10/02/2022
Le Monde, CNN, Libé, France Info, Ouest-France
Nature du document: Revue de presse
Mots-clés: Eau

JO d’hiver de Pékin et développement durable : cet autre revers de la médaille

Alors que se sont ouverts le 4 février 2022 les Jeux Olympiques d’hiver à Pékin et que la presse mondiale scrute les scores de chacun, la Chine clame fièrement à qui veut bien l’entendre qu’elle a organisé les Jeux d’hiver les plus écolos de l’histoire. Les organisateurs montrent avec quelle diligence ils cherchent à suivre les recommandations du CIO, qui insiste sur la volonté de laisser après les jeux un « héritage durable ». Ce dernier constitue l’un des piliers de l’Agenda Olympique, lequel trace pour chaque édition « la feuille de route stratégique pour l’avenir du Mouvement olympique ».
Si les JO d’hiver de Pékin 2022 ont fait couler beaucoup d’encre au cours de la dernière année, ce fut d’abord en raison du Covid, avec une Chine qui cherche à montrer son savoir-faire en matière de contrôle épidémique, mais aussi des boycotts diplomatiques de plusieurs pays dénonçant les conditions en matière de droits de l’homme et les camps d’enfermement des Ouighours. Des focales qui ont éclipsé un temps les problématiques environnementales, désormais en ligne de mire. Et ce ne sont pas les critiques qui manquent.
Une revue de presse réalisée par Nina Sipp, étudiante Insa Toulouse, stagiaire à la Mission agrobiosciences.

Avalanche de neige artificielle
185 millions de litres selon Libération, 2 millions de mètres cubes pour France Info, 10% des ressources annuelles de la région, pointe Le Monde. Ces chiffres, très variables d’une source à l’autre mais tous aussi hallucinants, seraient les ressources nécessaires en eau pour assurer la couverture des pistes, constituée à 100% de neige artificielle. Un pourcentage record, qui ne saurait toutefois faire oublier les 80% de Sotchi, en 2014. Voire, les 90% de Pyeongchang en 2018. Une triste première place sur le podium due entre autres au choix du lieu : l’hydrologue Carmen de Jong signale ainsi pour Le Monde que Pékin profite de moins de 5 cm de neige par an, avec un climat certes très froid mais aussi très sec et une région en stress hydrique important. Ce à quoi les autorités chinoises rétorquent, à travers Wei Qinghua (responsable des opérations de montagne à Zhangjiakou pour les Jeux de Beijing) et le CIO, que les ressources en eau sont suffisantes, en partie grâce à des réservoirs d’eau de pluie construits pour l’occasion, et que l’eau retournera au sol avec la fonte…

Piste verte ou noire ?

100% d’énergie verte sur les sites de compétition (dans un pays qui reste le champion mondial des émissions de gaz à effet de serre…). Un autre score mis sur le devant de la scène par le comité d’organisation chinois, lequel y aurait consacré plus de 8 milliards d’euros selon Le Monde. Résultat : des champs d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques ont poussé dans toute la région. Mais à quel prix, au-delà des investissements clamés haut et fort ? Récemment, des témoignages ont fait état d’agriculteurs expropriés de leur terre, sans indemnisations et sans bénéficier de l’électricité gratuite qui leur avait été promise. "Ils ont dit qu’il s’agissait de terres impropres à la culture, mais ce sont de très bonnes terres. Ils ont promis 400 euros pour un demi hectare, mais au final ils n’ont rien donné", déclare le paysan Xu Wan sur France Info. De quoi être presque soulagé que cette énergie verte n’inclut pas les infrastructures d’hébergement.

A une réserve près…

Troisième sujet tendu que pointe notamment CNN, la réserve naturelle de Songshan dont les limites ont été modifiées. Une réserve qui abrite entre autres l’aigle impérial et le léopard doré, espèces sur la « liste rouge » des espèces menacées. Malgré les réclamations des scientifiques chinois qui, d’après Ouest France, proposaient dès 2015 que le site soit construit à un autre endroit, un quart de la réserve a été déplacé pour construire de toutes pièces le site de Yanging qui accueille les épreuves de ski alpin.
Cette déclassification d’un site pour installer des pistes de ski participe au développement des sports d’hiver insufflé par le gouvernement chinois. La Chine s’est en effet engagée à créer mille stations à l’horizon 2030, et tant pis si cela se fait aux dépends des ressources et milieux naturels.
Si le CIO et les autorités chinoises peinent à cacher l’impact environnemental réel de la compétition, la critique est facile pour pointer les dérapages qui se déroulent à des milliers de kilomètres… N’oublions pas que d’ici deux ans, les Jeux Olympiques de Paris et leur « héritage durable » risquent bien, eux aussi, de montrer le revers de leur médaille, comme l’illustre cette analyse de controverse réalisée tout récemment par des étudiants de Sciences Po Toulouse, "JO de Paris 2024, démesure d’avenir pour la seine-Saint-Denis"

10 février 2022

Mot-clé Nature du document
A la une
CONTROVERSES EUROPÉENNES Les actes, les lives…
  • Lire les Actes des 25es Controverses européennes Voir le site
  • Les Controverses européennes s’invitent au Salon « Au Tour du livre » de Vic-en-Bigorre Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Covid, croyances et récits]Le coronavirus, un agent de révision des croyances ? Voir le site
  • La recherche agronomique dans la globalisation agricole, alimentaire et environnementale (1992-2010) Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

Transition : une notion victime de son succès
Analyse de Jean-Pierre Poulain, socio-anthropologue, Université de Toulouse Jean Jaurès

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top