24/10/2012
Vient de paraître. Dans le cadre des 18es Controverses européennes de Marciac. Octobre 2012
Avec : Istvan Feher

La modernité, c’est la rénovation des institutions (Témoignage)

I.Feher © V. Brill pour la MAA

L’agriculture a-t-elle le droit d’être moderne ?. Telle était la question que se proposaient d’instruire les 18èmes Controverses européennes de Marciac, les 1er et 2 août derniers, au regard de la mise en cause, par nos sociétés, du modèle agro-industriel.
Si ce dernier est mis en mal en France et dans d’autres pays d’Europe occidentale, qu’en est-il dans les pays d’Europe centrale et orientale ?
Pour le savoir, la Mission Agrobiosciences avait sollicité le témoignage d’un "fidèle" des Controverses de Marciac, Istvan Feher, professeur d’économie agricole et de marketing à l’Université de Gödöllő (Hongrie), ancien secrétaire d’Etat à l’agriculture et au développement rural de Hongrie.
Pour ce dernier, évoquer la question de la modernisation agricole implique de remonter le fil de l’histoire jusqu’aux années 50, à l’époque où la Hongrie s’est engagée dans la voie de la collectivisation forcée. Une collectivisation qui, de sa genèse à son démantèlement à l’aube des années 90, a profondément marqué le paysage agricole hongrois.

La modernité, c’est la rénovation des institutions
Par Istvan Feher, professeur d’économie agricole et de marketing à l’Université de Gödöllő (Hongrie), ancien secrétaire d’Etat à l’agriculture et au développement rural de Hongrie

Istvan Feher. Il y a une chose que je dis souvent à mes étudiants : le seul élément stable de notre existence, c’est le changement. Or, selon moi, la modernité est une sorte de changement permanent.
Dans le domaine agricole et rural, cette modernité repose sur quatre piliers : le premier est d’ordre économique, c’est le marché. Le deuxième concerne l’écologie, avec la problématique dite du « verdissement ». Le troisième est social – la question de l’emploi – et le quatrième a trait aux institutions, c’est-à-dire aux politiques agricoles et rurales et ses institutions. C’est plus précisément sur ce dernier point que je voudrais intervenir.

Ces propositions que l’on ne peut pas refuser
Permettez-moi de débuter par une anecdote personnelle. Celle-ci concerne mon expérience de ce que l’on a appelé les « économies planifiées ».
Mon grand-père était paysan. Dans les années 50, il cultivait 7 hectares de terre avec l’aide de ma mère. Nous vivions tous, ces trois générations, sous le même toit. Alors, l’agriculture hongroise s’apparentait à une structure agraire post-féodale ; les exploitations étaient de surfaces réduites de l’ordre de quelques hectares. Pour moderniser ce système et s’orienter vers des unités de production de plus grande taille, l’Etat s’est engagé dans la création de coopératives. En la matière, j’ai compris plus tard qu’il y avait deux manières de procéder : le volontariat et la marche forcée.
Voici comment ma famille est entrée dans la coopérative locale dans mon village natal. Le secrétaire du parti a demandé à ma mère si elle souhaitait que son fils poursuive ses études dans le secondaire, puis à l’université. A l’époque, j’avais quatorze ans et effectivement je désirais entrer dans le secondaire. Ma mère a répondu par l’affirmative - j’étais bon élève. Il lui a alors indiqué à quel endroit elle devait signer pour adhérer à la coopérative.

Collectivisation et modernisation
Après mes études universitaires, je suis devenu vice-président d’une grande coopérative agroalimentaire. A ce poste, j’ai appris que la collectivisation avait fait beaucoup pour la modernisation de l’agriculture hongroise. Du temps de mon grand-père, faire pousser un hectare de céréales demandait 50 heures de travail là où, désormais, 5 heures suffisent. Chaque vache produisait en moyenne 2000 litres de lait par an contre 6000 litres à l’issue de la collectivisation. Aujourd’hui, en 2012, les rendements peuvent même atteindre 10 000 litres dans certains élevages. Bien sûr, ces progrès techniques se sont accompagnés, comme ici, d’une réduction importante du nombre d’actifs agricoles. Ils représentaient 30% de la population active dans les années 50 ; seulement 3% à présent.
Du point de vue de la structure agraire elle-même, le processus de collectivisation opéré en Hongrie est singulier en ce sens que les grandes exploitations ne se sont pas développées au détriment des petites. Au contraire, les unes étaient complémentaires des autres à tel point qu’on parle, à propos de ce modèle hongrois, de « symbiose de la grande et de la petite exploitation ». Par ailleurs, ce processus a également eu pour effet de stimuler la genèse d’activité non agricole dans les campagnes hongroises.
D’une certaine manière, au regard de ces résultats, on peut dire que la collectivisation forcée a eu des effets positifs. En outre, grâce aux deux grandes lignes de crédits octroyés par la Banque mondiale en 1988 [1], à la veille du changement de régime, nous avons pu accéder par la suite aux technologies – semences sélectionnées, pesticides, tracteurs high-tech…
Où en sommes-nous aujourd’hui ? L’agriculture hongroise est riche de 5 millions d’hectares, répartis entre les mains de 2 millions de propriétaires. Avec ce paradoxe : celui qui utilise la terre n’en est pas nécessairement le propriétaire.
Le contexte actuel pourrait être résumé par cette discussion que j’ai eue avec l’économiste Louis Malassis qui fut mon professeur à Montpellier. Je lui ai rendu visite au lendemain du changement de régime et, alors que nous déjeunions ensemble, il m’a dit ceci : « J’ai beaucoup pensé à vous M. Feher. J’espère que vous n’allez pas fragmenter vos grandes structures. Depuis 100 ans, la France essaie d’atteindre cette situation de manière différente ». Ce à quoi j’ai répondu : « c’est déjà fait… » [2]

Moderniser les institutions
La modernité agricole appelle une modernisation des institutions. Qu’est-ce que cela signifie concrètement vu de Hongrie ?
Ceci suppose tout d’abord, que le ministère de l’agriculture fonctionne bien et soit doté de représentants locaux. Je pense qu’il faut introduire une séparation dans le fonctionnement des institutions entre ceux qui pensent les politiques agricoles et ceux qui veillent à leur mise en œuvre sur le terrain.
Les institutions ont aussi pour rôle d’améliorer le transfert des connaissances et de stimuler l’innovation. Là aussi, des choses doivent être pensées. Nous avons besoin d’une recherche vigoureuse et de systèmes de conseils performants à même d’aider les Etats à moderniser leurs agricultures et à changer les mentalités des producteurs, plutôt conservateurs par nature. Il y a nécessairement des résistances. Mais celles-ci s’effacent à mesure que les avantages sont perçus.
J’aimerais ici souligner le rôle, important, du système de conseil agricole [3]. L’institution de ce système est indispensable pour la formation et l’accompagnement des agriculteurs, ces derniers n’étant, a priori, pas formés pour faire face à chacune des nouvelles exigences de la modernité. Leur instauration, dans le cadre de la PAC, a largement été saluée. Ceci étant, les Etats membres devront les mettre en place au niveau local.
Dans ce paysage, d’autres éléments doivent être pris en considération. Celui de la disponibilité en terre, en main d’œuvre, en capital. Ou encore celui de l’accessibilité au marché. Comment accéder à ce dernier ? C’est une question dont nous avons beaucoup parlé au fil de cette 18ème édition.
Enfin, j’aimerais attirer votre attention sur deux institutions françaises, qui n’existent pas en Hongrie et qui nous font défaut : les Safer [4] et les centres de gestion [5]. Que l’on songe à la question du remembrement ou des économies souterraines, ces deux outils manquent cruellement en Hongrie. Nous devons les introduire.

Intervention réalisée le 2 août 2012, dans le cadre des 18es Controverses européennes de Marciac : L’agriculture a-t-elle le droit d’être moderne ?.

Lire le portrait d’Istvan Feher

Dans le cadre des 18es Controverses européennes de Marciac, on peut lire :

Par Istvan Feher, professeur d’économie agricole et de marketing à l’Université de Gödöllő (Hongrie), ancien secrétaire d’Etat à l’agriculture et au développement rural de Hongrie

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société, Cancers et alimentation, Obésité : le corps sous pressions ; Le consommateur, l’alimentation et le développement durable et Lutte contre la faim : analyses, décryptages, leviers d’action. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Le progrès : une idée à redéfinir Voir le site
  • Robotisation : obsolescence programmée du travail humain ? Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
  • [Oasis] Un système politico-institutionnel défaillant (2/3) Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top