10/12/2008
Les restitutions de la Conversation de Midi-Pyrénées. Octobre 2008
Avec : Joël Gellin
Mots-clés: Génétique , Modèles , Santé

"Le sacre du gène : pourquoi continue-t-on à surestimer la génétique ?"

Copyright www. intellego.fr/

Depuis plusieurs années, les avancées et découvertes de la biologie moléculaire ont laissé augurer une meilleure compréhension de certaines pathologies mais aussi de nouvelles voies de diagnostic et de soins. Reste que, sans nier les avancées fulgurantes de la génétique, cette dernière est toujours créditée de pouvoirs colossaux et ce, comme le rappelle Valérie Péan, de la Mission Agrobiosciences, en dépit de "tous les rappels à l’ordre réalisés depuis dix ans pour contrer les tentations déterministes, dénoncer les raccourcis commodes mais erronés ainsi que les extrapolations en direction du comportement humain voire les tromperies." Dès lors pourquoi en sommes-nous encore à parler du gène de la calvitie, de l’agressivité ou de l’infidélité ? Vaste question posée lors de cette Conversation de Midi-Pyrénées organisée en octobre 2008.
Invité à introduire cette séance, le généticien Joël Gellin après avoir soulevé quelques unes des limites de la génétique "dans l’état actuel de nos connaissances", met en lumière l’idéologie sous-jacente à cette science, présente bien avant l’avènement de la génomique, et au sein de laquelle, le biologique - les gènes - prime sur le culturel.

Un dualisme fondamentalement politique selon Jean-Pierre Albert. Cet ethnologue et directeur d’études à l’EHESS, invité à réagir aux propos de Joël Gellin, rappelle ainsi que pendant longtemps nous avons péché "à l’inverse par excès de culturalisme et d’antinaturalisme. (...) Nous sommes en train de tordre la bâton dans l’autre sens. D’où le retour en force des hypothèses naturalistes pour contrer un excès de relativisme et d’antinaturalisme’. Et au-delà il dénonce le poids du réductionnisme, et par là-même la tentation d’expliquer un phénomène à la lumière d’un seul facteur, d’une seule variable.

Poids de l’idéologie. Force intellectuelle du réductionnisme. Et encore bien d’autres pistes explorées par cette Conversation au fil des échanges : responsabilité des chercheurs, difficulté de communiquer sur un sujet qui devient politique, inexistence - dans le domaine du droit - du gène ou de la génétique...

Cette séance a été organisée le jeudi 23 octobre 2008 de 18h à 20h, à l’IEP Toulouse.
Télécharger la restitution de la Conversation de Midi-Pyrénées

La Conversation de Midi-Pyrénées est une expérience pilote organisée de 2003 à 2009 par la Mission Agrobiosciences dont l’objectif est de clarifier par l’échange de points de vue et d’expériences les situations de blocage Sciences-Société.
A l’issue de chaque séance, la Mission Agrobiosciences édite le contenu des échanges au travers d’une synthèse écrite « Les restitutions de la Conversation de Midi-Pyrénées ». Accéder à toutes les restitutions de la Conversation

Avec les introductions du généticien Joël Gellin et de l’ethnologue Jean-Pierre Albert

Mot-clé Nature du document
A la une
CONTROVERSES EUROPÉENNES Les actes, les lives…
  • Lire les Actes des 25es Controverses européennes Voir le site
  • Les Controverses européennes s’invitent au Salon « Au Tour du livre » de Vic-en-Bigorre Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Covid, croyances et récits]Le coronavirus, un agent de révision des croyances ? Voir le site
  • La recherche agronomique dans la globalisation agricole, alimentaire et environnementale (1992-2010) Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

Transition : une notion victime de son succès
Analyse de Jean-Pierre Poulain, socio-anthropologue, Université de Toulouse Jean Jaurès

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top