28/06/2005
Les restitutions de la Conversation de la Maison Midi-Pyrénées, mai 2005
Nature du document: Actes des débats
Mots-clés: Modèles , Représentations

"La science est-elle culturelle ?"

Depuis plusieurs décennies, la culture scientifique est un leitmotiv, vœu pieux sans cesse formulé à travers colloques, discours politiques et intégré dans les textes de loi, décrété au travers de semaines festives, mis en scène dans des lieux institués à cet effet... Tout cela semble-t-il sans que cette fameuse culture progresse d’un iota.
Et pourtant, les enjeux sont clairement énoncés : «  Il faut rendre la science à la société  », prônait ainsi récemment Philippe Busquin, « la resituer comme une partie intégrante de la culture »... Et ce au nom de l’avenir même de la science et des scientifiques, au nom de l’exercice de la démocratie et de la citoyenneté et pour comprendre le monde qui nous entoure. Et de pointer les risques : dans la brèche d’une inculture scientifique, s’engouffrent de nouveaux obscurantismes et la montée des idéologies. Des sciences occultées naîtraient les sciences occultes.
Pour y voir plus clair, la Mission d’Animation des Agrobiosciences a choisi d’inverser la question : avant d’invoquer la « mise en culture » des sciences, ne pourrions-nous pas nous demander si la science est tout simplement culturelle ? Un changement de point de vue, un décalage du regard qui peut peut-être nous conduire à des échanges plus féconds. Démonstration au fil de cette Conversation organisée en mai 2005.

La science est-elle culturelle ?

Pendant longtemps cette question ne se posait même pas. Les termes Culture et Science faisaient « naturellement » bon ménage. Une alliance sous-tendue par une notion de progrès partagée depuis le siècle des Lumières. La rupture s’annonce au 19ème avec l’opposition entre scientistes et romantiques... La nature idéale est prônée par ces derniers. La science devient donc suspecte. Puis vient le divorce à propos duquel le physicien dénoncera la totale imperméabilité entre les disciplines littéraires et scientifiques. Plus près de nous, la vulgarisation sera qualifiée de vulgaire ou d’illusoire car, en voulant traduire la science en langage simple, elle masque la complexité qui en est pourtant son moteur et se voit soupçonnée de « dogmatisme ». Aujourd’hui, alors même que le bain de culture ambiant est plutôt du côté d’une « défiance au progrès », certains formulent de nouvelles approches pour entretenir les rapports science et société. L’une d’elle propose d’abord de regarder la complexité en face en prenant pour objet la fonction critique d’une science « empêcheuse de penser en rond ». Une science comme activité de la pensée et du doute et non plus seulement comme productrice de résultats. L’autre approche proposée est de montrer comment, à l’heure où la science est en débat, la culture parle à travers la science par l’imagination, les valeurs ou encore le contexte économique et social. En remontant le fil de l’histoire, Valérie Péan, de la Mission Agrobiosciences, s’est attachée, en introduction à la Conversation de la Maison Midi-Pyrénées, à dresser un état des lieux des relations entre science et culture.

La science ne fait plus culture.

C’est un fait sur lequel les membres de la Conversation s’accordent. En cause, la culture (l’inculture) des scientifiques due, en partie, à l’hyper spécialisation des savoirs ou au caractère intrusif de la science, cette "empêcheuse de tourner en rond". De fait, c’est la nature de la science elle-même dont il est question car le terme recouvre divers sens. Entre science-institution, production scientifique, expression de chercheurs ou produits de la science, de quelle science parle-t-on ?
Face à ces constats d’échec, les membres de la Conversation soulignent néanmoins des voies de réconciliation. Si effectivement, personne ne parle physique quantique à la terrasse des cafés, on ne peut pas en dire autant dans le domaine de la santé. La science ferait donc culture dès lors qu’elle nous interpelle.
Pour autant, être informé, est-ce être cultivé ? Probablement pas. « Comment inverser les choses pour que nous ne soyons plus une masse à informer mais pour que nous puissions nous construire un itinéraire culturel au sens fort du terme ? ».

Télécharger la restitution

La conversation

La Conversation de Midi-Pyrénées est une expérience pilote organisée de 2003 à 2009 par la Mission Agrobiosciences dont l’objectif est de clarifier par l’échange de points de vue et d’expériences les situations de blocage Sciences-Société.
A l’issue de chaque séance, la Mission Agrobiosciences édite le contenu des échanges au travers d’une synthèse écrite « Les restitutions de la Conversation de Midi-Pyrénées ». Accéder à toutes les restitutions de la Conversation de la Maison Midi-Pyrénées éditées par la Mission Agrobiosciences.

Séance introduite par Valérie Péan, Mission Agrobiosciences

Mot-clé Nature du document
A la une
CONTROVERSES EUROPÉENNES Les actes, les lives…
  • Lire les Actes des 25es Controverses européennes Voir le site
  • Les Controverses européennes s’invitent au Salon « Au Tour du livre » de Vic-en-Bigorre Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Covid, croyances et récits]Le coronavirus, un agent de révision des croyances ? Voir le site
  • La recherche agronomique dans la globalisation agricole, alimentaire et environnementale (1992-2010) Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

Transition : une notion victime de son succès
Analyse de Jean-Pierre Poulain, socio-anthropologue, Université de Toulouse Jean Jaurès

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top