22/11/2022

Olivier Bastien

Connu comme l’un des porte-paroles de l’Agence de biomédecine en matière de dons d’organe, c’est en tant que médecin anesthésiste et réanimateur qu’Olivier Bastien débute sa carrière. Chef de service des hospices civils de Lyon de 1990 à 2014, il officie notamment au sein de l’Hôpital Louis Pradel, dédié à la pneumologie et la cardiologie. Très vite, il complète son cursus universitaire avec un DEA de greffe et crée, en tant que chef de pôle, une unité de greffe transdisciplinaire. Anesthésie, réanimation, prélèvement d’organes : des domaines que ce praticien hospitalier enseigne également à l’Université Claude Bernard Lyon 1 de 2002 à 2014.

A partir de cette date, il quitte ses fonctions hospitalières pour intégrer l’Agence de Biomédecine. Créée par la loi de bioéthique en 2004, cette agence publique d’Etat est l’autorité de référence sur les aspects médicaux, éthiques, scientifiques relatifs aux greffes, à la procréation, l’embryologie et la génétique humaines. Il y prend la direction des greffes nationales et des tissus, pilotant plusieurs gros chantiers comme l’élaboration du plan greffe 2017-2021, la révision de la loi de bioéthique en 2018 ou plus récemment, la gestion de la crise du Covid. Il y relance également, en 2018, une activité de recherche en xénogreffe.
Retraité de ses fonctions à l’Agence de biomédecine depuis peu, Olivier Bastien est membre associé de l’Académie de chirurgie. Il est également l’auteur, avec René Robert et Patrick M. Honoré d’un ouvrage médical «  Les circulations extracorporelles en réanimation » édité chez Masson en 2006.

médecin, ancien directeur des greffes nationales et des tissus à l’Agence de biomédecine

Mot-clé Nature du document
A la une
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
BORDERLINE, LE PODCAST Une coproduction de la MAA-INRAE et du Quai des Savoirs

Écoutez les derniers épisodes de la série de podcasts BorderLine :
Générations futures : pourquoi s’en remettre à demain ?
Humains et animaux sauvages : éviter les lieux communs ?
Le chercheur-militant, un nouveau citoyen ?

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top