19/06/2003
Les Cafés-Débats de Marciac. "Agriculture du Monde". 17 octobre 2002
Nature du document: Actes des débats

L’agriculture des pays méditerranéens du Sud, entre conquête des marchés européens et réponse aux besoins de subsistance

A l’heure de la mondialisation, des négociations de l’OMC et de la réforme de la PAC, les pays méditerranéens s’étaient invités à notre table. Une fois n’est pas coutume : les fameux tapas qui précèdent les cafés-débats de Marciac étaient remplacés, ce 17 octobre 2002 au soir, par un somptueux tajine. De quoi mieux faire corps avec l’idée forte que souhaitaient développer les deux conférenciers : les peuples de la méditerranée ont un patrimoine culturel commun qui justifie des solidarités importantes à développer.

Reste qu’autour de ce « grand continent liquide », selon F. Braudel, il existe un sacré clivage d’une rive à l’autre. Car à deux des Etats membres de l’Union Européenne, la situation agricole et agro-alimentaire des pays du sud fait l’objet d’un constat tragique. Mais aussi sévère que soit ce diagnostic posé par ces deux experts du développement local, il reste une part d’optimisme que traduit leur véhémence. A deux conditions : cesser de croire que l’échange commercial et économique constitue le seul instrument pour régler les problèmes de cet espace euroméditerranéen, et abandonner les postures de rivalité pour apprivoiser enfin une véritable culture d’échanges.

Accéder à l’intégral de la conférence-débat "L’agriculture des pays méditerranéens du sud, entre conquête des marchés européens et réponse aux besoins de subsistance"

LE SUJET

Les pays du bassin méditerranéen constituent des voisinages « turbulents » pour les pays de l’Union Européenne, avec des conflits violents aux conséquences politiques mondiales. L’augmentation constante de leur population au cours des cinquante dernières années contraste avec la chute notable de la natalité en Europe depuis plusieurs décennies.
La Conférence de Barcelone en 1995 a jeté les bases de la constitution d’un « espace euro-méditerranéen » de libre échange selon le principe que la prospérité économique pourrait apporter de nouvelles ressources et apaiser les conflits. Dans quelle mesure le marché potentiel des pays de l’Union Européenne peut-il stimuler l’émergence d’une classe de nouveaux producteurs organisés pour approvisionner les consommateurs européens, notamment en fruits et légumes, entrant en concurrence avec les propres productions des pays du sud de l’Europe ? Mais comment sont satisfaits les besoins alimentaires des populations qui se concentrent en nombre de plus en plus grand dans les mégapoles (Casablanca, Alger, Le Caire, Istanbul,etc.) ? Et ne faut-il pas prêter une attention plus grande aux agricultures pauvres des territoires ruraux de ces pays, où réside une proportion importante de la population, tels que les montagnes et plateaux d’Afrique du Nord ou le delta du Nil ? Tel était le point de départ de cette soirée.

Accéder à toutes nos publications sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques

Gérard Ghersi, directeur de l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier (IAMM) et Omar Bessaoud, enseignant-chercheur à l’IAMM

Mot-clé Nature du document
A la une
CONTROVERSES EUROPÉENNES Les actes, les lives…
  • Les Controverses européennes s’invitent au Salon « Au Tour du livre » de Vic-en-Bigorre Voir le site
  • Vu de l’Argentine : quand l’accès à la terre devient primordial Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

Transition : une notion victime de son succès
Analyse de Jean-Pierre Poulain, socio-anthropologue, Université de Toulouse Jean Jaurès

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top