06/01/2020
Le sens des mots
Mots-clés: Biodiversité , Nature

L’effet boeuf de l’hécatombe

Hécatombe… Quand le mot apparaît dans un titre d’article ou la bouche d’un orateur, on sent bien que ce n’est pas bon signe. Même ses deux syllabes finales semblent sonner le glas. Et de fait, il projette son ombre dès lors qu’il est question d’exterminations en nombre d’humains, de l’effondrement massif d’une espèce animale et autres tueries. Mais pas que… Dans le milieu sportif, peu connu pour son sens de la nuance et de la mesure, l’hécatombe est aussi d’usage répandu. Une pluie de coups lors d’un match ? « Hécatombe de blessures » (sic) . Une série de forfaits et de défaillances de telle équipe de France ? « Hécatombe chez les Bleus ». Mais le massacre ne s’arrête pas là. Car par effet de contagion, il touche désormais la société tout entière.

Une série d’élus démissionne de Trifouilly ? « Hécatombe au conseil municipal ». Une vingtaine d’infractions constatées en quelques minutes pour excès de vitesse sur telle départementale ? Hécatombe là encore, titre le journal local. Si si. Une baisse des cours boursier du Bitcoin ? On vous le donne en mille, « L’hécatombe des cryptomonnaies se poursuit ». Parions qu’à ce train-là, l’automne donnera lieu à une effroyable hécatombe de feuilles mortes…

L’histoire des langues regorge de telles euphémisations : les significations premières s’émoussent, leurs racines concrètes s’affaiblissent et la paresse (dont celle de l’articulation) fait le reste, comme l’illustre le passage du mortel trepalium au vital travail… L’hécatombe n’y a pas échappé. Il faut dire que ce qu’elle désignait originellement ne tombe pas sous le sens. Rien à voir avec une quelconque chute ou une sépulture. Mais un goût prononcé chez les Grecs anciens pour les spectaculaires rituels, surtout ceux qui leur permettaient au passage de manger de la viande sans culpabiliser. Très exactement, hekatombê est en effet la contraction de hekaton (cent) et de bous (bœuf), en clair, le sacrifice public de cent bœufs puis, déjà par atténuation, celui d’autres espèces animales moins précieuses aux yeux des Hellènes. Reste qu’on est loin des défaillances en cascade de footballeurs ou d’élus, des pluies de PV pour vitesse excessive ou de la dégringolade des valeurs boursières. En revanche, elle sonne hélas juste dans nombre de cas, l’hécatombe, depuis les catastrophes humanitaires que constituent toujours les guerres jusqu’aux millions d’animaux tués dans les incendies australiens, en passant par les extinctions d’espèces et les épidémies. Parfois, même, on y décèle encore la dimension sacrificielle, quand bien même les divinités ou idoles visées ont changé de toges. Où l’on songe, en passant, à l’hécatombe des agriculteurs…

V. Péan, Mission Agrobiosciences-Inrae.

janvier 2020

Mot-clé Nature du document
A la une
CONTROVERSES EUROPÉENNES Les actes, les lives…
  • Les Controverses européennes s’invitent au Salon « Au Tour du livre » de Vic-en-Bigorre Voir le site
  • Vu de l’Argentine : quand l’accès à la terre devient primordial Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • Les échos #26-2020 Voir le site
  • L’accès des paysans aux terres nourricières : trois pays, des questions communes Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

Transition : une notion victime de son succès
Analyse de Jean-Pierre Poulain, socio-anthropologue, Université de Toulouse Jean Jaurès

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top