28/09/2006
Les restitutions de la Conversation de la Maison Midi-Pyrénées
Nature du document: Actes des débats
Mots-clés: Obésité , Santé

Obésité... "Les politiques nutritionnelles en balance : des bienfaits aux excès."

Max Lafontan

Voici un point sur lequel tout le monde s’accorde : les français grossissent ; la prévalence de l’obésité ne cesse d’augmenter en France comme dans nombre de pays développés. En cause, nos modes de vie sédentaires et surtout une alimentation qui fait la part belle aux sucres et aux graisses. Et si, en soi, l’excès de masse grasse qui caractérise l’obésité n’est pas pathogène, sa présence est néanmoins corrélée avec certaines pathologies à l’issue trop souvent mortelle comme le diabète et les maladies cardio-vasculaires. Face à cette situation, on comprend mieux que les pouvoirs publics aient mis en place un certain nombre de mesures de prévention ayant pour axe majoritaire la qualité nutritive de notre alimentation, à l’image du Programme National Nutrition et Santé. Mais voilà : malgré la mise en œuvre de ces actions, "l’épidémie" d’obésité ne régresse pas pour autant. D’où cette question posée par la Mission Agrobiosciences aux participants de la Conversation de la Maison Midi-Pyrénées le 1er février dernier : quels sont les carences et les excès des politiques nutritionnelles ?

Autour d’une même table, professionnels des métiers de la santé, chercheurs en biologie mais aussi en sciences humaines ont pesé le pour et le contre - que savons-nous réellement des mécanismes qui conduisent à l’état d’obésité ? Quelles images véhiculent ces politiques nutritionnelles ? N’ont-elles pas tendance à stigmatiser le « gros » et à l’inverse à valoriser la minceur voire la maigreur ? - et identifié d’autres pistes d’actions possibles. L’éducation certes, mais aussi la lutte contre la pauvreté pour que tout un chacun, quels que soient ses revenus, puissent avoir accès aux aliments identifiés comme nutritionnellement corrects.

Avec en introduction de cette séance les points de vue de Max Lafontan, chercheur à l’Inserm, unité de recherche sur les obésités « Obésité, la part des faits, la part de l’exagération » ; Muriel Gineste, Espace de Formation et d’Information sur l’Alimentation « Avant c’était mieux : Utopie d’un passé idéalisé » et Geneviève Cazes-Valette, Professeur de Marketing à l’ESC Toulouse et doctorante en anthropologie, « Anomalie anomie : pourquoi tant de normes ? »

LIRE l’inégralité de la Conversation de la Maison Midi-Pyrénées :

Séance introduite par Max Lafontan, Muriel Gineste et Geneviève Cazes-Valette

Mot-clé Nature du document
A la une
CONTROVERSES EUROPÉENNES Les actes, les lives…
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • Burkina Faso : à l’école du local Voir le site
  • A l’origine du blé tendre Renan : une obtention sans mystère Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

Transition : une notion victime de son succès
Analyse de Jean-Pierre Poulain, socio-anthropologue, Université de Toulouse Jean Jaurès

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top