17/12/2013
A propos de la crise de la viande de cheval

Crise des lasagnes au cheval. Escrocs, arnaques et malandrins : des mots qui ne trompent pas, eux !

« Le scandale de la viande de cheval »… Difficile d’échapper au titre, repris en boucle depuis quinze jours. Et les articles en question de détricoter la filière pour le moins complexe, où, sous le couvert de pressions économiques et grâce à l’afflux de chevaux mis au rancard, opérateurs véreux et fraudeurs de tous crins se sont faufilés.
Mais plutôt que de scandale, ne serait-il pas plus approprié de parler d’escroquerie et d’arnaque ? D’un point de vue étymologique en tout cas, il y a comme une parenté avec l’affaire qui nous occupe... Une chronique clin d’oeil de la Mission Agrobiosciences pour jouer un peu avec les mots.

Escrocs, tel abattoir irlandais ou tel trader de viande néerlandais ? Sans nul doute. D’autant que, ironie de l’histoire, le qualificatif a une origine quelque peu bouchère. En latin, scroccare (escroquer), c’est en effet tout simplement le fait de décrocher, d’enlever du croc ou du crochet. En clair, il s’agit de manger aux dépens d’autrui, de vivre à ses crochets en quelque sorte… Après le verbe, le substantif : au 17è siècle, ces pique-assiettes et autres écornifleurs ne tardent pas en effet à se voir qualifiés d’ « escroqueurs » ou d’ « escroqs », sous l’influence de l’italien scrocco.
Quant à l’arnaque, le mot est tout aussi approprié pour qualifier cette vaste duperie où l’on vous fait prendre du cheval pour du bœuf. Car à l’origine, c’est d’ « harnacher » dont il était question, ce qui nous plonge effectivement dans l’univers équin. Une mise au harnais qui, au sens figuré, a dérivé vers le sens de l’accoutrement, donc de la tromperie.
Mais ce qui aurait vraiment de l’allure, pour sûr, ce serait de traiter ces piètres aigrefins, ces vils fraudeurs, ces larrons du canasson de... malandrins. Après tout, cela nous vient tout droit de la malandria qui, devinez quoi, est « une maladie des chevaux se traduisant par des pustules au cou » (dictionnaire historique de la langue française, Alain Rey). Et là, question traçabilité, cela faciliterait grandement l’identification des crapules de la filière.

Valérie Péan

Lire toutes les chroniques "Le sens des mots", éditées par la Mission Agrobiosciences :

Chronique. 19 février 2013

Mot-clé Nature du document
A la une
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Covid, croyances et récits]Le coronavirus, un agent de révision des croyances ? Voir le site
  • La recherche agronomique dans la globalisation agricole, alimentaire et environnementale (1992-2010) Voir le site
BORDERLINE, LE PODCAST Une coproduction de la MAA-INRAE et du Quai des Savoirs

Écoutez les derniers épisodes de la série de podcasts BorderLine :
Générations futures : pourquoi s’en remettre à demain ?
Humains et animaux sauvages : éviter les lieux communs ?
Le chercheur-militant, un nouveau citoyen ?

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top