14/01/2011
Veille Politique scientifique et technique

Stratégie pour une recherche collaborative sur le vieillissement


D’après les derniers chiffres de l’Insee, la population française des 75 ans et plus sera multipliée par 2,5 entre 2000 et 2040, pour atteindre plus de 10 millions de personnes. En toile de fond, le spectre d’une explosion des personnes dépendantes et de maladies, comme celle d’Alzheimer. Au-delà des drames humains, de très nombreuses questions se posent : dépenses publiques, cohésion sociale, prévention qu’il faut penser dès aujourd’hui. De nombreux pays occidentaux, mais aussi émergents, sont dans les startings blocks. Ainsi, le chef de l’Etat dévoilera jeudi 20 janvier les objectifs de la réforme de la dépendance, en France, à l’occasion des voeux aux acteurs de la santé, à Châtillon-sur-Indre. Le service scientifique de l’Ambassade de France au Royaume uni expose, dans son dernier Bulletin électronique, la stratégie mise en place outre-Manche, notamment les défis pour la recherche. Une certitude pour la Mission Agrobiosciences : un débat science et société doit s’engager. Source photo : www.alzheimer-conseil.fr/

Si la durée de vie moyenne d’un citoyen britannique s’est accrue d’environ 30 ans au cours du siècle dernier grâce à l’amélioration des soins de santé, des installations sanitaires et des conditions d’habitat, le vieillissement des populations n’est pas uniquement une caractéristique des pays développés, ce phénomène existant également dans les pays émergents. Cette réalité amène le monde dans son ensemble à faire face à un réel défi pour le 21ème siècle, au même titre que le changement climatique ou les risques de pénurie d’énergie.

Au Royaume-Uni, le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans est estimé à un individu sur six et les projections pour 2033 sont de un sur quatre. Les personnes d’âge supérieur à 85 ans correspondent à la tranche d’âge qui risque de s’accroître le plus rapidement au cours des 30 prochaines années, pour atteindre 4,6% de la population totale. Le vieillissement s’accompagne souvent, voire est synonyme, de dépendance et problèmes de santé, induisant une augmentation des dépenses publiques de santé, des soins et des retraites. Par ailleurs, il est important de noter que le groupe "personnes âgées" n’est pas un groupe homogène et cela doit être pris en compte dans la formulation de cette stratégie.

Pour se préparer au mieux aux opportunités et défis que présenteront ces changements démographiques au Royaume-Uni, les pouvoirs publics viennent mettre en place des mesures pour créer une société qui soit aussi équitable et accessible pour les personnes âgées. Par ailleurs, le Royaume-Uni poursuit sa contribution pour étendre et améliorer la qualité de vie de millions de personnes à travers le monde : les chercheurs étant souvent en première ligne pour répondre à ces défis soit sur le long terme, soit en réponse à des situations d’urgence, il est crucial de continuer à soutenir la recherche dans ce domaine scientifique. Toutefois, pour maximiser l’efficacité de ces recherches, les pouvoirs publics britanniques ont depuis longtemps créé des plateformes multidisciplinaires impliquant l’ensemble des acteurs du domaine, notamment à travers des programmes tels EQUAL et New Dynamics of Ageing (NDA, les nouvelles dynamiques du vieillissement), et plus récemment à travers le programme Lifelong Health and Wellbeing (LLHW, une bonne santé et un bien-être tout au long de la vie). Au sein de ce programme LLHW a été lancée la Strategy for Collaborative Ageing Research (stratégie pour une recherche collaborative sur le vieillissement), dont l’objectif est de dégager une vision d’avenir, en termes de partenariats de recherche, qui pourraient servir de catalyseur à la création de nouvelles collaborations avec le gouvernement, l’industrie et le secteur des services.

L’objectif de cette stratégie est de se concentrer sur les questions communes de complémentarités entre les plans stratégiques des organismes individuels, et de créer une valeur ajoutée aux résultats déjà connus et aux initiatives déjà en place. Le but est de consolider les aptitudes du Royaume-Uni et d’identifier les domaines potentiels encore non exploités qui pourraient bénéficier de travaux collaboratifs. La stratégie constituera la base d’information sur laquelle pourra être formulée une direction d’avenir pour la recherche collaborative sur le vieillissement, qui sera soutenue par les conseils de recherche et le Department of Health (DH, ministère de la santé), notamment en ce qui concerne la coordination entre les financeurs et les partenariats avec d’autres ministères, le secteur privé et le secteur des services. Enfin, cette stratégie vise à promouvoir la translation des connaissances depuis les politiques mises en place jusqu’aux bénéfices aux personnes âgées.

1. Développement de la stratégie

La stratégie a été développée à l’aide des contributions : i) du groupe Lifelong Health and Welbeing Advisory Panel (groupe de conseil sur la santé et le bien-être tout au long de la vie) constitué d’experts de disciplines variées et représentant l’industrie, les pouvoirs publics, les charities (associations et fondations caritatives) et le grand public ; ii) d’un exercice d’envergure, par les conseils de recherche, le DH et les charities les plus importantes, portant sur l’étude des investissements dans la recherche sur le vieillissement s ; iii) d’une révision des rapports publiés récemment ; et iv) des parties prenantes incontournables du domaine de la recherche sur le vieillissement.

Fondés sur les résultats obtenus à travers les études indiquées ci-dessus, les défis pour la recherche ont été identifiés avec une emphase portée sur la prévention et la promotion de la santé, du bien-être et de l’indépendance au cours des dernières années de vie. Sur ces points en particulier, il a été identifié qu’une plus grande coordination de l’ensemble des secteurs impliqués pouvait avoir un impact bénéfique.

2. Les défis pour la recherche

2.1 Promouvoir la santé et le bien-être mental chez les personnes âgées

En raison de l’importance socioéconomique de maintenir la population vieillissante dans un état de bonne santé mentale, des faits déjà reportés dans le rapport Foresight Mental Capital and Wellbeing, l’objectif est de développer une stratégie qui permette la promotion de la santé et du bien être mental tout au long de la vie, afin de renforcer les chances de santé et de bien-être au cours des années vieillissantes.

=> Maintenir les fonctions cognitives

Le déclin des fonctions cognitives, conséquence du vieillissement, varie sensiblement en termes de résilience et de prévalence, mais aussi en termes neuroscientifiques de cognition, mémoire, circuiterie neuronale, plasticité du cerveau. L’étude de ce déclin est permise grâce au développement d’outils et de technologies d’imagerie cérébrale. Une augmentation de la collaboration scientifique dans ces thématiques de pointe permettra d’améliorer la compréhension du rôle des facteurs génétiques et environnementaux et de leurs interactions tout au long de la vie. A l’heure actuelle, la connaissance des mécanismes est relativement limitée, tout comme celle visant à généraliser la mise en oeuvre d’interventions destinées à améliorer la cognition chez les personnes âgées. Le développement de stratégies robustes capables de maintenir les fonctions cognitives chez les personnes âgées nécessitera de combiner les expertises des neuroscience, de la psychologie et de la biologie des populations.

=> Promouvoir le bien-être mental chez les personnes âgées

Il existe aujourd’hui assez de preuves liant le bien-être mental à des fonctions cognitives aiguisées, à une bonne santé physique et une vie sociale adéquate. Or, si dans de nombreux cas, ces critères ne sont pas remplis, des effets bénéfiques pourraient être atteints à travers la mise en oeuvre d’approches ciblées, ou encore à travers les retombées indirectes d’actions visant d’autres aspects de la santé, de l’environnement socio-psychologique ou du gain économique.

2.2 Le style de vie influence la durée de vie où l’on est en bonne santé

Un défi sociétal majeur sera de réussir à réduire le taux de morbidité au cours de la vieillesse. Pour cela et pour planifier l’avenir, il sera nécessaire, d’une part d’évaluer l’impact des changements démographiques et de l’allongement de la vie active, et, d’autre part de comprendre comment la modification des facteurs comportementaux et environnementaux conduit à une amélioration de la santé et du bien-être chez les personnes âgées.

=> Changements démographiques et sociétaux

  • Changements de la dynamique de la population : pour répondre au mieux aux besoins d’une population vieillissante, il est nécessaire de comprendre l’évolution des tendances démographiques ainsi que celle (en termes de demandes et de coûts) des services publics offerts. Des exercices de recherche en micro- et macro-économie existent sur ces sujets, notamment sur la modélisation de la richesse après la retraite, les migrations de groupes de populations, etc., mais d’autres études devront être démarrées telles que des études longitudinales permettant le suivi des groupes de population sur le long terme et l’agrégation des données.
  • Allongement de la durée de la vie active : comme dans de nombreux autres pays, le Royaume-Uni reconnaît la nécessité (d’un point de vue économique) d’allonger la durée de la vie active. Ce qui est incertain à ce stade, cependant, sont les conséquences sur la santé et le bien-être des personnes âgées qui auront travaillé plus longtemps au cours de leur vie.

=> Bien vieillir dans son environnement de proximité

L’importance de l’environnement physique de proximité est aujourd’hui largement reconnue comme un facteur déterminant favorisant la mobilité et le bien-être des personnes âgées. Pour exemple, des magasins et des services de santé permettent aux personnes à mobilité réduite (dont les personnes âgées) de continuer à vivre de manière indépendante plus longtemps. De plus en plus de recherches sont menées au Royaume-Uni pour identifier les besoins à la création de communautés durables et saines pour les personnes âgées. Selon la stratégie présentée dans ce rapport, des efforts supplémentaires devraient être faits pour combiner les compétences des ingénieurs, architectes, designers, épidémiologistes, décideurs politiques locaux, etc., et ainsi créer des environnements de proximité favorisant l’indépendance et l’interaction des personnes âgées dans la vie communautaire.

=> Facteurs déterminants de santé et longévité

  • Interactions entre la génétique et l’environnement : des études sur des vrais jumeaux ont permis de montrer qu’environ 25% de la variation observée en termes de longévité est due à des facteurs génétiques intrinsèques. Il est également reconnu que parmi les facteurs environnementaux, une influence particulière provient de la qualité de l’alimentation des premières années de la vie. Davantage de travaux sont cependant nécessaires pour comprendre les interactions entre les variations génétiques et environnementales d’une part, et comment ces interactions influencent la longévité d’autre part.
  • Maintien de choix de vie sains : les choix de vie sont des facteurs déterminants dans le maintien de la bonne santé et du bien-être chez les personnes âgées. Par exemple, l’exercice physique renforce la densité osseuse et confère des effets positifs sur la santé mentale. En revanche, s’il est reconnu que la quantité et la qualité de l’alimentation est un facteur important pour rester en bonne santé, l’évolution des besoins nutritionnels à chaque âge de la vie n’est pas bien comprise. Les niveaux de régimes et d’activité physique optimum pour le maintien d’une bonne santé aux différents âges de la vie devront être évalués. Les auteurs de la stratégie estiment que le Royaume-Uni est bien équipé pour obtenir ce genre d’informations, grâce à de nombreuses études longitudinales de cohortes de population, à la mise en place du programme Biobank, et aux centres de recherche d’excellence en génétique et génomique existant sur le territoire britannique.

2.3 Impact du vieillissement sur la santé et l’indépendance

Le vieillissement est un facteur de risque majeur pour le développement de pathologies dégénératives chroniques telles que la démence, l’ostéoporose ou encore les maladies cardiovasculaires. Une meilleure compréhension de la relation entre le processus du vieillissement et le déclenchement de pathologies liées à l’âge sera nécessaire pour apporter l’information nécessaire à la formulation de stratégies visant à prévenir, retarder, améliorer ou gérer ces pathologies. En parallèle, le développement de diagnostics innovants et de nouveaux traitements devrait permettre aux personnes âgées d’être mieux préparées pour gérer au mieux leur santé et rester le plus indépendantes possible.

=> Le processus de vieillissement et les pathologies liées au grand âge

Il est connu que l’activité du système immunitaire décroît de manière proportionnelle à l’âge. Si le Royaume-Uni possède de grandes compétences et une excellence reconnue internationalement eu égard à la recherche sur le vieillissement des cellules immunitaires individuelles, en revanche, les connaissances sont limitées quant au rôle et à l’influence que d’autres changements physiologiques liés à l’âge pourraient avoir sur le système immunitaire. Il est donc important d’accroître les connaissances portant sur l’évolution du système immunitaire au cours des différents âges de la vie, et les interactions entre celui-ci et d’autres systèmes physiologiques.

En parallèle au système immunitaire, le déclin sensoriel est également une caractéristique du vieillissement (en particulier l’incontinence, la cécité, la surdité). Il est donc important de mieux comprendre les processus physiologiques normaux pour être capable de les distinguer des processus pathologiques d’une part et de contrer les changements qui s’opèrent. De la même manière, le traitement des maladies neurodégénératives, dont la fréquence augmente de manière proportionnelle à l’accroissement de l’âge de la population, pourrait être grandement amélioré lorsque l’on aura davantage de connaissances concernant le vieillissement du cerveau, les gènes candidats et les voies de signalisation impliquées dans ces pathologies.

Enfin, le processus de vieillissement est associé à une grande instabilité génomique, l’endommagement des télomères et une dysfonction des mitochondries. Le défi de la recherche sur le vieillissement sera, à plus long terme, d’être capable de corréler les connaissances biologiques du vieillissement avec les risques de développer les pathologies associées, dans l’optique de développer des diagnostics et des traitements appropriés.

=> Nouveaux modèles de santé et soins sociaux

En raison de l’augmentation du nombre de personnes âgés , la pression sur les services de santé risque de s’accroître jusqu’à un point de rupture. Les technologies d’assistance (télé-soins) représentent alors l’une des solutions permettant de soulager cette pression. Le Royaume-Uni est l’un des leaders en innovation dans la conception et le développement d’outils d’assistance et de technologies ayant pour objectif de promouvoir une vie indépendante. Si ces technologies alternatives devront être adoptées par les personnes âgées pour devenir pérennes, un facteur critique provient de l’implication des services d’utilisateurs devant s’assurer que ces technologies sont adéquates et appropriées Une meilleure intelligence est nécessaire pour évaluer, développer et mettre en oeuvre de nouvelles mesures innovantes qui promulgueront les soins à court et à long termes aux personnes nécessiteuses. Il est aussi crucial que les fournisseurs de services dans les domaines médicaux et des soins sociaux travaillent en collaboration pour l’optimisation des soins de cette tranche de la population. Les responsabilités entre les services de santé, les individus, les secteurs privé et associatif seront donc crucial dans cet environnement changeant.

=> Amélioration des diagnotics et de la gestion des pathologies liées au grand âge

Le Royaume-Uni a vu au cours de la dernière décennie de larges investissements en recherche dans le domaine des nouveaux marqueurs diagnostiques, d’outils et de technologies, de nouvelles molécules thérapeutiques, et enfin d’appareils et d’actions visant à améliorer la détection, le traitement et la gestion des pathologies liées au vieillissement. L’étape suivante est aujourd’hui de s’assurer que les résultats de ces recherches soient correctement et efficacement traduits en bénéfices aux patients (au niveau des soins et de l’information qui leur ai fournie, concernant notamment les possibilités de soins qui peuvent être offertes).

De nouveaux partenariats liant l’université, le NHS, le secteur associatif, le gouvernement et l’industrie ont été mis en place ces dernières années pour optimiser l’environnement du secteur biomédical, allant de la recherche la plus fondamentale au patient, en passant par l’information pour la formulation de politiques informées. Les recherches sont aujourd’hui multidisciplinaires, et la présente stratégie souligne l’importance de continuer à favoriser la recherche dans ce sens, pour mixer les compétences variées et complémentaires.

3. Faire face aux défis de la recherche

Alors que le Royaume-Uni est bien placé pour répondre à ces défis, grâce notamment à des investissements significatifs et une forte expertise dans le domaine de la recherche sur le vieillissement, il sera important de continuer à exploiter les ressources existantes, à s’appuyer sur les forces vives du secteur de la recherche pour accroître les connaissances en la matière, et à élargir les collaborations et les comparaisons internationales.

La stratégie présentée ici souligne les disciplines où le Royaume-Uni peut avoir un impact significatif en termes d’innovations, et celles où le Royaume-Uni pourrait améliorer ses compétences et expertises en travaillant de manière collaborative.

3.1 Opportunités d’impact à travers des efforts communs

La présente stratégie comprte les recommandations ci-dessous.

=> Préserver de bonnes fonctions cognitives et un bien-être mental chez les personnes âgées

  • Développer et évaluer un large spectre d’actions ayant le potentiel de renforcer le bien-être chez les personnes âgées, en s’appuyant sur les expertises biologique, sociale et de biologie des populations, et sur les sciences de l’ingénieur, les arts et les sciences humaines, les sciences économiques et le secteur de la santé ;
  • Identifier les facteurs environnementaux, socio-économiques et génétiques venant influencer, tout au long de la vie, les fonctions cognitives du troisième âge, en particulier en utilisant les cohortes britanniques de personnes âgées ;
  • Explorer les stratégies possibles pour la préservation des réserves cognitives, en combinant les forces britanniques en psychologie, neurosciences et les études de populations.

=> Promouvoir la santé physique chez les personnes âgées

  • Identifier les facteurs d’influence et les effets des comportements sains, leurs interactions au sein de différents groupes sociaux et culturels dans les populations de personnes âgées. Utiliser au mieux l’expertise britannique en épidémiologie et en sciences sociales.
  • Encourager les comportements sains tout au long de la vie pour améliorer la santé des années de fin de vie en identifiant et en évaluant les actions positives conduisant à des styles de vie sains durables. Déterminer les niveaux optimums d’activité physique, de régimes alimentaires et de nutrition pour se maintenir en bonne santé et conserver un bien-être dans les années de vieillesse. Explorer la possibilité, à travers des partenariats transversaux, d’utiliser des approches alternatives pour soutenir les changements comportementaux .
  • Définir les relations entre la physiologie normale du vieillissement et la pathogenèse des conditions liées à l’âge, en particulier la neurodégénération, le déclin sensoriel et les conditions musculo-squeletales. Encourager davantage de collaborations entre les chercheurs en science fondamentale et clinique dans le but de fournir des résultats informés permettant la mise en oeuvre des stratégies efficaces pour prévenir, retarder ou traiter les pathologies liées à l’âge.
  • Eclaircir les interactions complexes entre les facteurs génétiques et environnementaux, d’une part de la vie en bonne santé, et, d’autre part, à travers une amélioration des collaborations entre les chercheurs des sciences fondamentales, cliniques et des sciences sociales.

=> Améliorer la santé au cours des années de vie active

  • Créer des environnements adéquats pour préserver une bonne santé et le bien-être sur le lieu de travail, en particulier en adressant les besoins des employés d’âges variés et d’âges mûrs. Etablir des collaborations transversales entre les universitaires, les employeurs, les décideurs politiques et les employés d’âges mûrs.
  • Comprendre les implications socio-économiques, de santé et de qualité de vie pour les personnes travaillant à un âge avancé. Maximiser l’utilisation des études longitudinales et des données provenant d’enquêtes, et former de nouvelles collaborations à travers les disciplines et les parties prenantes.

=> Accroître la mobilité et l’indépendance chez les personnes âgées

  • Concevoir des environnements physiques (incluant l’habitat, les services et les transports) favorisant la mobilité et la participation sociale. S’appuyer sur les forces existantes et encourager davantage de collaborations transversales entre les universitaires, les gouvernements locaux et central, les citoyens et les fournisseurs de services.
  • Développer des interventions efficaces incluant les technologies d’assistance et de nouveaux modèles de services de soins pour favoriser une vie indépendante. Ceci sera facilité par des collaborations entre universitaires, utilisateurs, décideurs politiques et parties prenantes au sens large pour assurer un bon ratio coût/efficacité de ces technologies, leur adoption et leur durabilité.

.2 S’attaquer aux questions de recherche multidisciplinaires

=> Créer un environnement optimal

Accroître et prolonger la recherche de base sur le vieillissement en encourageant les jeunes chercheurs dans ces domaines, en soutenant les carrières à toutes les étapes, en attirant l’expertise depuis des disciplines diverses et en créant de nouvelles alliances entre les universitaires venant de disciplines variées et les différentes communautés de parties prenantes.

=> Intégrer des marqueurs de santé propres à la vieillesse

Développer et valider les méthodes visant à intégrer les marqueurs biologiques, psychologiques, physiques, sociaux et économiques afin de mieux comprendre ou prédire la résilience, les phénotypes du vieillissement et les facteurs déterminants de la santé et du bien-être dans les années de vieillesse.

=> Synthèse et analyse des données existantes

Utiliser au mieux les données existantes à travers la synthèse des connaissances sur une vieillesse saine : revues systématiques, utilisation secondaire des données et des données collectées de manière routinière. Maximiser l’utilisation des larges cohortes de naissances, des études longitudinales, des enquêtes et de Biobanks ainsi que des dossiers médicaux individuels électroniques pour mieux comprendre l’influence de la vie sur la santé, le bien-être et les causes et risques de développer des maladies ou handicaps tardivement au cours de la vie.

=> Echanges de connaissances et collaboration transversales

Traduire de manière efficace les résultats de recherche en actions, produits, services ou connaissances qui peuvent venir impacter de manière positive sur la formulation des politiques dans le domaine : favoriser les collaborations nouvelles ou renforcer celles existantes entre les universitaires et les parties prenantes des secteurs public et privé, et du public. Stimuler la recherche sur laquelle s’appuient les politiques mises en oeuvre et les pratiques de soins à travers le développement d’alliances étroites entre les universitaires, les décideurs politiques les utilisateurs et les praticiens cliniques.

4. Les prochaines étapes

Les défis et opportunités présentés dans cette stratégie s’appliquent à l’ensemble du Royaume-Uni et couvrent un large spectre de disciplines, de financeurs du privé et du public et des organisations à but non lucratif. Les défis mentionnés ici s’alignent avec les recommandations émises dans d’autres revues, telles que celle du MRC Mental Health Review, celle de l’Academy of Medical Sciences : Rejuvenating Ageing Report, le rapport inter-ministériel Building a Society for all Ages et d’autres des administrations dévoluées. Pour être couronnée de succès, cette stratégie nécessitera une approche coordonnée des financeurs publiques et des organisations caritatives travaillant en partenariat avec le gouvernement, l’industrie et le public. Les programmes permettant la mise en oeuvre de cette stratégie sont déjà en place. Il s’agit de financeurs individuels ou de programmes qui incluent par exemple LifeLong Health and Wellbeing programme (inter conseils de recherche), le programme de l’Economic and Social Research Council (ESRC) Technology Strategy Board call in Assited Living : Economic and Business Models and Social and Behavioural Studies, le programme National Prevention Research Initiative, le programme de l’Arts and Humanities Research Council (AHRC) Connected Communities Programme ou encore le programme européen European Joint Programme in Neurodegeneration.

Sources :

Rédacteur :
Dr Claire Mouchot

Lire l’article sur le site des Bulletins électroniques

BE Royaume-Uni 107 ( 14/01/2011)

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h00-18h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES
Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h00-18h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top