09/04/2011
Veille science et société (9 avril 2011)

Reprise de l’emploi aux Etats-Unis : qu’en est-il pour les scientifiques et chercheurs ?


La Mission Agrobiosciences se fait régulièrement l’écho des bulletins de veille science et société issus des services techniques des ambassades de France à l’étranger, histoire de tâter le pouls des évolutions, tensions et autres signaux faibles émergents en dehors des frontières hexagonales et européennes.
Ce vendredi 8 avril, c’est une information issue du Bulletin électronique sur l’emploi des scientifiques et des chercheurs publics et privés aux Etats-Unis, qui a retenu notre attention. Si l’on ne peut parler de reprise massive, les observateurs notent tout de même un léger frémissement de la reprise. Reste, comme le souligne cet article, qu’il est encore trop tôt pour évaluer précisément de quelle façon la crise mondiale a modifié la nature et la répartition des emplois scientifiques entre pays développés et émergents.

Politique scientifique
Reprise de l’emploi aux Etats-Unis : qu’en est-il pour les scientifiques et chercheurs ?
Issu du BE Etats-Unis numéro 243 (8/04/2011) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT [1]

C’est une bonne nouvelle pour l’Administration Obama. Sans doute la première depuis des mois alors que la croissance continue d’être molle, que les déficits se creusent et que la menace de la dette se fait toujours plus grande : le taux de chômage de la population active est revenu à une moyenne de 8,8%. Pour la première fois depuis trois ans, le chiffre s’éloigne donc nettement des 10% mais sans pour autant revenir à ses niveaux d’avant la crise, désormais appelée aux Etats-Unis la "grande dépression" du 21ème siècle.

La bonne nouvelle n’est pas arrivée seule puisque l’OCDE dans son rapport "intermédiaire" laisse entendre que les prévisions de croissance pour 2011 aux Etats-Unis doivent être revues à la hausse pour atteindre bien plus que 2%. C’est peut-être ce petit faisceau d’informations de bon augure qui a motivé le Président Obama à annoncer sa candidature à sa propre succession.

Mais revenons à l’emploi et essayons de voir ce qu’il en est pour les scientifiques et chercheurs. D’une façon générale, on distingue deux marchés, celui lié à la recherche universitaire et des laboratoires fédéraux ainsi que celui du secteur privé. Pour le premier, la situation de l’emploi scientifique (recherche fondamentale) est plutôt satisfaisante quoique non pérenne. En effet, le plan de relance du printemps 2009 (ARRA, "American Recovery and Reinvestment Act") a certes injecté dans le système de recherche une trentaine de milliards de dollars supplémentaires via les principales agences de financement de la recherche (NSF, NIH, etc.) et certains départements ministériels comme celui de l’énergie (DoE). Mais, dans la pratique, les derniers financements de l’ARRA en direction de la recherche universitaire sont intervenus à l’automne 2010. Il faut donc s’attendre à ce que l’année 2011 soit beaucoup moins favorable pour l’emploi scientifique en recherche fondamentale même si les experts du Congrès tablent sur une dotation de 147 milliards à la recherche en 2011, chiffre correspondant à une progression quasi étale (+ 0,2%) des budgets. Malheureusement pour la recherche, ce montant va aussi sans doute être réduit sous la double pression du déficit budgétaire et des parlementaires de tous bords qui conditionnent la réélection du Président à des engagements contraignants de l’Administration fédérale en matière de finances publiques et d’endettement. La possibilité que les Etats-Unis consacrent 3% de PIB à des dépenses de recherche n’a donc presque aucune chance de se réaliser. De même en est-il de la promesse du candidat Obama de doubler sur 10 ans le budget fédéral des quatre principales agences de recherche (DoE, NSF, NIST, ACI [2]).

Pour le secteur privé, la situation est différente. En premier lieu parce que l’activité de R&D des entreprises est souvent corrélée à la croissance économique en général. D’autre part, en raison du fait que les dépenses de R&D américaines, qui atteignaient selon le Congrès env. 397 milliards en 2007, sont essentiellement le fait des entreprises (à plus de 60%). Avec la reprise de la croissance, la R&D privée retrouve un élan qui s’était arrêté net à l’automne 2008 au moment du déclenchement de la crise.

Sans surprise, c’est le vaste secteur des TICs qui connaît actuellement une certaine effervescence. Selon un récent sondage conduit par une société privée (BDO USA) qui a interrogé les grands comptes de l’industrie, 46% d’entre eux envisagent de procéder à des recrutements en 2011. Principal objectif : répondre à la demande croissante d’applications liées au "cloud computing" (l’informatique dématérialisée). Autre secteur en phase ascendante et intensif en main d’oeuvre scientifique : les technologies propres.

Les choses sont donc en train de changer. Pour mémoire, entre le second trimestre 2008 et le premier trimestre 2010, ce sont 308.000 emplois à fort contenu intellectuel qui ont été détruits. Pour 2011, et selon les économistes de l’agence Moody’s, les Etats-Unis vont en créer 148.000.

Sur le terrain, ces informations trouvent un début de confirmation. Ainsi, au Massachusetts, la majorité des 20 principales entreprises de haute technologie procèdent ou vont prochainement procéder à des recrutements dans la R&D après avoir détruit des emplois scientifiques en 2009. Mi-mars 2011, ces mêmes entreprises avaient affiché quelque 311 avis de vacance. Plus tôt, en janvier 2011, les statistiques officielles de l’Etat faisaient montre d’une augmentation de 2 500 postes, majoritairement concernant les professions scientifiques. Ce mouvement concorde avec les observations issues du terrain : des entreprises comme EMC Corp. (stockage de données, +16% de budget de R&D), Analog Devices Inc. et Thermo Fisher Corp. recrutent massivement pour leurs activités de R&D. Selon un consultant spécialisé en ressources humaines dans l’informatique, on observe également sur la place de Boston que les donneurs d’ordre recherchent des compétences dans les nouveaux langages de programmation "dotnet", "J2E" et "Ruby on rail".

Sur la côte ouest, les affaires de la Silicon Valley sont peut-être encore plus florissantes puisque l’on parle d’une "frénésie de recrutements" comme au bon vieux temps de la bulle Internet. Certains praticiens des TICs évoquent même des tiraillements sur le marché des talents de haut niveau. Entre février et mars 2011, les offres de travail à fort contenu intellectuel ont cru de 30%. Le géant Google, qui emploie 30.000 personnes, va de son côté en recruter 6 200 nouvelles pour faire face à l’accroissement de ses activités dans le monde, y compris aux Etats-Unis. Les autres grands noms californiens de l’informatique sont dans les mêmes dispositions : Facebook, Zynga, Twitter, Skype, etc. Paradoxe (apparent seulement) : cela n’empêche pas la Californie de connaître le taux de chômage le plus élevé du pays (12,2%).

Il en de même dans d’autres régions des Etats-Unis, comme en Ohio où l’on relève que les 1 300 sociétés impliquées dans les sciences biologiques créent de nombreux emplois et contribuent à attirer d’autres investissements.

Au total, il serait faux de parler d’une reprise massive de l’emploi scientifique aux Etats-Unis. Si l’on met de côté la situation actuelle de la Silicon Valley, tout au plus peut-on constater un frémissement du marché. Reste à savoir si cette embellie sera durable. Autre interrogation majeure : les 148.000 emplois scientifiques susceptibles d’être créés en 2011 vont-ils venir compenser les 308.000 détruits pendant la crise ? Rien n’est moins sûr d’autant que ce ne sont sans doute pas des mêmes emplois dont il s’agit. Ainsi, dans l’industrie pharmaceutique, des coupes majeures parmi les personnels de recherche ont été opérées, la priorité étant mise sur l’externalisation des phases exploratoires de recherche. Conséquence sous forme d’illustration : en quelques mois les centres de recherche pharmaceutiques de Boston ont par exemple vu leurs effectifs de chimistes organiciens divisés par deux ou trois.

A ces deux interrogations s’en ajoute également une troisième. Elle concerne les mouvements de relocalisation des activités de R&D en direction des marchés émergents qui ont connu une croissance ininterrompue à deux chiffres, alors que les pays de l’OCDE étaient entrés en récession profonde. Il est peut être encore trop tôt pour dire si la crise a accéléré ou amplifié la tendance. Mais personne ne peut croire que la crise n’a pas modifié la nature et la répartition des emplois scientifiques entre pays développés et émergents.
Rédacteur : Antoine Mynard, attache-inno.mst@consulfrance-boston.org

Une information issue du BE Etats-Unis du 8 avril 2011

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h-20h) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société ». Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top