08/09/2010
Vient de paraître dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !". Septembre 2010
Nature du document: Actes des débats
Mots-clés: Santé

Alimentation/toxicologie : effroyables jardins ? (interview originale)

Colchique en floraison (automne)

Qui, se promenant dans la nature, n’a jamais été tenté de croquer ici une framboise sauvage, là une fraise de bois ? Ou, l’automne venu, de partir à la cueillette des champignons, histoire de se préparer une bonne omelette ?
Il faut dire que la nature est généreuse de substances qui peuvent venir égayer nos papilles. Tout comme elle regorge de composés toxiques. Alors que la pratique de la cueillette semble connaître un regain d’intérêt, Sylvie Berthier, de la Mission Agrobiosciences, et son invitée François Flesch, toxicologue clinicienne, s’interrogeaient, en mai dernier dans "Ça ne mange pas de pain !", sur la nature et les caractéristiques des accidents dus à la consommation de produits végétaux.

Alimentation/toxicologie : effroyables jardins ?
Une interview de Françoise Flesch, toxicologue clinicien, Chef de service du Centre antipoison et de toxicovigilance de Strasbourg, par Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences.

Sylvie Berthier. Cueillette de champignons en sous-bois, ramassage d’herbes et de légumes sauvages en lisière de fossés, récolte de baies et de fruits seulement connus de quelques initiés, cultures de légumes tordus et oubliés
Pour contrer les effets de la malbouffe industrielle, soupçonnée d’être à l’origine de bien des maladies contemporaines, certains préconisent le retour à une alimentation plus saine. Le mot d’ordre : manger naturel.
Alors bien sûr, il n’est pas question ici de défendre les adjuvants, les sucres cachés et autres graisses hydrogénées de tous poils, mais simplement d’alerter : non, la nature ne fait pas que du bon. Tenez, pas plus tard que la semaine dernière, la société BCI rappelait plusieurs lots de haricots verts en conserve vendus sous les marques Notre jardin et U. La raison : une plante, le Datura stramonium, impropre à la consommation car très vénéneux, était détectée dans des boîtes. L’activité des alcaloïdes de cette plante commune produit un délire hallucinatoire de plusieurs heures. Elle fut à cet effet employée pour des pratiques divinatoires depuis l’Antiquité et utilisée par les chamans. Alors bien sûr, grâce aux systèmes de contrôle sanitaire et à la traçabilité, nous sommes très peu exposés à ce genre d’incidents. Néanmoins chaque année, des accidents dus à la consommation de toutes sortes de végétaux sont enregistrés par les centres antipoison de notre pays. Quels sont-ils ? Sont-ils en augmentation ? Ont-ils changé de nature ? Et comment s’en prémunir ?
Vous êtes cueilleur du dimanche, accro à une alimentation sauvage, adepte du naturel… Cette interview de Françoise Flesch, toxicologue clinicien, chef de service du Centre antipoison et de toxicovigilance de Strasbourg, vous intéresse.

Quel est le rôle et comment fonctionnent les centres antipoison et de toxicovigilance ?
Françoise Flesch. Les centres antipoison et de toxicovigilance, qui sont actuellement au nombre de dix en France, sont des services accessibles 24h/24 pour donner des avis ou des conseils à tout type de public, en cas d’exposition à tout type de produit. Ils sont de ce fait au cœur d’un dispositif d’alerte dans la mesure où ils peuvent eux-mêmes générer une alerte devant un symptôme inattendu ou une augmentation de la fréquence des expositions par exemple, ou relayer une alerte en provenance des autorités sanitaires et enregistrer les signalements.

Quelles sont les grandes catégories d’intoxications répertoriées par les centres antipoison ?
Les centres antipoison sont concernés par tous les agents : les médicaments, les produits ménagers ou cosmétiques, de bricolage, de jardinage, les plantes, les champignons. La moitié de notre activité est concernée par les médicaments. Les plantes représentent environ 5% de l’activité des centres antipoison, et les champignons autour de 1%.

Comment les gens s’intoxiquent-ils avec des végétaux ?
Les intoxications par plantes sont accidentelles dans 94% des cas, dont 6% en raison d’une confusion alimentaire. Et pour le reste, 6%, ce sont des intoxications dans un but suicidaire ou au cours d’une pratique addictive.

94% d’intoxication de manière accidentelle ; quels types d’accidents et quels types de plantes rencontrez-vous ?
Les accidents les plus fréquents sont ceux qui surviennent chez les enfants. La moitié des enfants ont généralement entre un et quatre ans ; il s’agit principalement d’ingestion accidentelle de baies. Les plantes les plus fréquemment en cause sont le laurier cerise, le pyracantha, le cotonéaster, le mahonia, les baies de muguet et d’autres plantes. Toutes ces baies un peu colorées sont à portée des petites mains. Le maximum des intoxications avec ces baies se produit en automne.
Chez les adultes, il s’agit de confusion au moment de la cueillette. En ce moment, nous sommes en période où une confusion est possible entre des colchiques et du poireau sauvage, ou entre des colchiques et de l’ail des ours.
Si on n’est pas initié, on peut confondre les plantes, en particulier le poireau sauvage et les colchiques.

Il y a donc une saisonnalité dans les confusions
Oui, effectivement. Il y a des saisons préférentielles pour certaines variétés d’intoxication. Par exemple, en hiver on peut confondre des bulbes de narcisse avec les oignons, qui sont entreposés à la cave, on peut confondre les coloquintes avec les courgettes. Pour la fabrication de liqueur, on peut confondre les racines de gentiane avec le vératre… et d’autres.

Imaginons, que l’on ait fait une cueillette de colchiques au lieu de poireaux sauvages, on les cuisine, on commence à manger. Y-a-t-il des premiers signes qui permettraient aux mangeurs d’arrêter de manger ?
Il y a certainement un signe, qui n’est pas général, mais fréquent : c’est l’amertume de la plante. Si vous cuisinez une plante et qu’apparaît une amertume réelle, il convient de ne pas la consommer. Certains pensent que c’est le goût habituel. Par exemple, pour ceux qui ont pu confondre la belladone avec des myrtilles, même lorsque le goût était très mauvais, ils ont rajouté du sucre pour masquer le goût. Quand le légume ou le fruit a mauvais goût, il ne faut pas le consommer.

Imaginons que nous continuions à manger ce plat, quels sont les symptômes de l’intoxication ?
Les premiers signes sont en général digestifs avec des nausées, suivis généralement de vomissements. Si cela se produit, il faut alors prendre immédiatement contact avec le centre antipoison de la région.

Concernant les suicides, certaines personnes connaissent-elles bien les plantes et peuvent-elles passer à l’acte par ce moyen ?
Malheureusement, ça arrive. S’ils connaissent bien les plantes, ils connaissent aussi la toxicité inhérente de la plante. Ils choisissent en général des plantes qui ont une toxicité cardiaque comme la digitale, l’aconit, le laurier rose, l’if, par exemple, qu’ils peuvent prendre sous différentes formes. Ils consomment généralement la plante crue.

Il y a eu cette alerte il y a quelques semaines sur le Datura stramonium, qui est une plante dangereuse qui était présente dans des boîtes de haricots verts. C’est une plante commune que vous connaissez bien ? Que l’on peut manger par inadvertance ?
C’est une plante que l’on connaît bien, que l’on trouve dans les jardins comme plante ornementale mais qui pousse également à l’état sauvage. C’est surtout une plante connue par les jeunes qui peuvent l’utiliser dans un but addictif, c’est à dire consommer les graines ou en faire une décoction pour avoir des effets hallucinatoires.

Les évolutions sont rarement mortelles, il y a peu de décès chaque année dus à l’ingestion de plantes toxiques (moins de 10 par an, en France), en revanche vous désirez alerter sur certaines conséquences qui peuvent être très graves.
Tout à fait. Selon les plantes, l’activité toxique diffère. Ce peut être une toxicité essentiellement cardiaque, comme par exemple la digitale, l’aconit ou l’if ; une toxicité neurologique avec des problèmes d’hallucination et de convulsions ; ou encore hématologiques, comme avec les colchiques, qui ont, au niveau de l’organisme, le même effet qu’une substance anti-cancéreuse. In fine, les personnes se retrouvent en réanimation avec des effets secondaires graves.

Quel conseil pouvons-nous-donner, si l’on veut cueillir des plantes pour les consommer ? Se munir d’un livre de botanique est-il suffisant ? Faut-il demander conseil à son pharmacien ?
Clairement, il ne faut pas cueillir et ne pas manger ce que l’on ne connaît pas. Le fait de consulter un livre ne suffit pas à reconnaître la plante. Et le pharmacien n’est pas forcément un spécialiste de l’identification d’une plante ou d’un champignon, à moins que le sujet ne le passionne.

Malgré tout en cas d’ingestion accidentelle, il faut appeler le centre antipoison. A quel numéro ? Y a t il un numéro commun aux dix centres ?
Non, pour l’instant il n’y a pas de numéro unique. Chaque centre dispose de son propre numéro [1].

Propos de table
Discussion avec les chroniqueurs

Lucie Gillot. Vous avez parlé de saisonnalité. De la même façon y a t-il une géographie des plantes toxiques.
Forcément. Certaines plantes poussent dans le nord, mais pas au sud, et inversement. Par exemple, le Redoul est une plante extrêmement dangereuse de la Garrigue qui ne pousse pas au Nord. Et il en est de même pour les champignons.

Valérie Péan. Quand nous étions jeunes, nous parlions beaucoup de champignons hallucinogènes. Recevez-vous ainsi dans les centres antipoison des jeunes qui ont tenté l’expérience ?
Personne ne vient dans les centres antipoison, car ce ne sont pas des services de soins mais des services de réponse téléphonique à l’urgence toxicologique. Alors, nous recevons effectivement des appels concernant des jeunes, qui sont par ailleurs pris en charge par des services d’urgence, car ils ont consommé des champignons hallucinogènes de type psilocybe, par exemple.

Il faut donc leur rappeler que consommer des champignons hallucinogènes n’est pas un petit voyage plaisant mais que cette ingestion est risquée.
Oui, d’autant que le problème reste le même qu’avec celui des plantes : il peut y avoir confusion dans la cueillette. Ainsi, il arrive que certains patients sont admis dans des services d’urgence car ils pensaient ramasser un psilocybe, qui a des effets psychotropes, mais qu’en réalité ils ont consommé un autre champignon à la toxicité certaine.

Interview réalisée dans le cadre de l’émission de mai 2010 de "Ça ne mange pas de pain !" : Alimentation et société. Et si on végétait ?

Lire sur le magazine web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :

"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (19h00-20h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. L’émission peut aussi être écoutée par podcast à ces mêmes dates et heures. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Une interview de Françoise Flesch, toxicologue clinicien, Chef de service du Centre antipoison et de toxicovigilance de Strasbourg, par Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES


Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top