17/05/2013
Revue de presse du 17 mai 2013.

Le commerce équitable, toujours hors-circuits ?

 Fairpride, © SortiràParis.comEn mai, la consommation responsable est sur le devant de la scène avec la 3ème Quinzaine du commerce équitable et le plan d’action national en sa faveur, annoncé le 29 avril. Un thème souvent traité par les médias de façon anecdotique et univoque. Quelques titres, et en particulier un hors-série d’Altermondes distribué avec Libération, ont quant à eux saisi l’opportunité de traiter en profondeur ce sujet bien plus complexe qu’il n’y paraît. Car derrière l’idée d’un bien-être partagé et d’une bonne conscience retrouvée, se cache la problématique de la consommation à deux vitesses, mais aussi des questionnements internes sur les risques d’une plus large diffusion : indépendance et concurrence par rapport à la grande distribution, contrats et accès aux marchés… Le point avec la Mission Agrobiosciences dans cette revue de presse.
Suivez-nous sur facebook

Le commerce équitable, c’est festif ?

Le commerce équitable pourrait-il être aussi simple que ce dessin dans Metro où un Blanc, son paquet équitable sous le bras, serre en souriant la main d’un « Banania » aux larges lèvres, ce dernier tenant une grosse liasse de dollars, que vient visiblement de lui donner le Blanc ? « Se faire plaisir sans se ruiner, mais tout en luttant contre la pauvreté à l’autre bout de la planète » (Métro) : voilà de quoi créer le consensus. Sans oublier une « Fairpride » (défilé « éthique et solidaire »), qui n’entre pas dans la rubrique politique ou social, mais dans « Où sortir ? », parmi d’autres « apéros à conviction ». S’adapter aux consommateurs en utilisant des images simplistes pour un impact direct sur les consciences, ou privilégier la compréhension des enjeux et des réalités de terrain, au risque de dégoûter un lecteur pressé ? Entre promouvoir et informer, la plupart des journaux semble avoir tranché.

Les ventes, elles, n’ont pas la banane.

Le problème, c’est qu’une image « sympa » (Métro termine son article par « sympa, non ? ») risque de ne pas suffire ; car un fossé sépare les discours des Français de leurs pratiques. En effet, si 91% d’entre eux trouve la démarche du commerce équitable très ou plutôt positive, seulement 3 Français sur 10 achètent régulièrement des produits qui en sont issus (sondage BVA 2012). Les plus paradoxaux : les jeunes (de 18 à 24 ans), qui se sentent tous, à 100%, proches de la démarche, mais sont aussi ceux qui en achètent le moins. La raison en est facile à deviner : c’est que pour soutenir ce commerce, il faut mettre la main à la poche. D’après le sondage de BVA, le prix de ces produits est bien le principal frein à l’achat pour près de la moitié de la population française. Alors, la faute à la crise ? Ou scepticisme concernant la mission sociale et économique portée par le commerce équitable, comme l’affirme 37% des Français ?

Des réalités contrastées…

De fait, contrairement aux images véhiculées, il ne s’agit pas tant d’argent que l’on donnerait directement aux petits producteurs du Sud. Certes il y a un système de « prix minimum garanti », mais il est très proche du prix sur les autres marchés (La Croix). L’intérêt, c’est justement qu’à partir d’une certaine échelle, ce prix plancher ait un effet levier et entraîne également à la hausse les prix sur les marchés non équitables (Altermondes).

Le commerce équitable est plus une affaire de gestion alternative, qu’on ne peut a priori pas directement comparer au secteur conventionnel. Structuré à partir de coopératives qui tentent d’être indépendantes des évolutions de la bourse, ses principes sont de limiter les intermédiaires et d’établir des relations commerciales à long-terme, où les importateurs préfinancent en grande partie les récoltes, et versent une « prime de développement » afin que la coopérative finance des projets et investissements collectifs. Prime qui « favorise la structuration de la société civile locale et la prise de décision démocratique car son usage doit être voté en Assemblée générale » (Altermondes). Pour les petits producteurs, ces avantages impliquent de se soumettre à une démarche de certification, et parfois de réorganiser leur travail. Ainsi, pour Olivier de Schutter interrogé dans Altermondes, le commerce équitable pourrait être « une matrice pour un changement de paradigme », aussi bien dans la façon de produire que dans celle de commercer. Mais c’est aussi là que le bât peut blesser : qui va fixer ces nouvelles règles ?

Le beurre et l’argent du beurre.

En 1988, la création du label Max Havelaar a ouvert la voie à un commerce équitable de masse, que l’on peut trouver dans la grande distribution. Pour les puristes, c’est un dévoiement de ses principes fondateurs. En effet, de pratique alternative, il devient une niche commerciale comme une autre. Où à nouveau, les acteurs traditionnels que sont la grande distribution et les multinationales ont voix au chapitre. Ces derniers feraient par exemple pression sur les labels pour obtenir l’assouplissement des conditions et se contenteraient du service minimum (critique de Michel Besson, gérant d’Andines, dans Altermondes). De même, l’ouverture à une agriculture de contrats individuels, qui met en relation directe firmes et producteurs, fait controverse en rompant avec l’un des principes originels du commerce équitable, qui suppose une organisation collective sur le modèle de coopératives démocratiques. Mais d’un autre côté, il faut savoir qu’en moyenne 80% de la production dite « équitable » n’est pas commercialisée comme telle. Faute de débouchés en commerce équitable, elle est écoulée sur les marchés conventionnels. Alors, ce « commerce différent » doit-il inéluctablement se rapprocher du commerce conventionnel pour exister ?

Une politique ambitieuse.

C’est en tout cas le point de vue des politiques qui se sont saisis de la question. Le ministre délégué en charge du développement, Pascal Canfin, affirme par exemple qu’il faut mobiliser « les vrais acteurs économiques qui sont en premier lieu les enseignes de la distribution » ; quand le plan d’action national a pour objectif de « tripler la consommation de produits équitables en France pour passer de 6,4 à 19,20 euros par personne et par an » (Euractiv), à travers 3 leviers : « l’aide au préfinancement des récoltes, la labellisation des acteurs (en cours avec les travaux de la commission nationale du commerce équitable) et l’intégration des objectifs du commerce équitable dans les politiques de développement » (Territorial.fr). Elargir le commerce équitable à tous les acteurs, dans la perspective qu’ « idéalement, tout le commerce devienne équitable ». (Pascal Canfin dans 20 Minutes).

Un projet très ambitieux, qui n’apparaît pas superflu au regard de la situation actuelle : le commerce équitable ne représente que 0,01 % du commerce mondial, et près du quart des habitants de la planète vivent sous le seuil d’extrême pauvreté (Economie Matin). Si quelques exemples encourageants ont été rappelés durant cette Quinzaine, tels le gouvernement équatorien qui a inscrit le commerce équitable dans sa nouvelle Constitution, le chemin semble encore très long à parcourir.

Une revue de presse de Diane Lambert-Sébastiani, stagiaire à la Mission Agrobiosciences et étudiante à l’IEP de Toulouse.

Sources :

Altermondes-Libération, Sondage BVA, La Croix, Metro, 20 Minutes, Economie Matin, Euractiv

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top