15/01/2013
Note de lecture. 15 Janvier 2013

Le Paysan et la Nature, mythes fondateurs de l’intensification écologique.

Pourquoi un tel succès ? En clair, qu’est-ce qui pousse une multiplicité d’acteurs du monde agricole à se réclamer de cette notion toute nouvelle qu’est l’intensification écologique, promue par diverses personnalités scientifiques ? C’est à cette question que répond, sans naïveté aucune, le sociologue Frédéric Goulet, dans un article paru dans Le Courrier de l’Environnement de l’Inra (n°62, décembre 2012).
Certes, l’idée même qui sous-tend cette expression - la mise au point de systèmes agricoles utilisant de façon intensive les processus biologiques des écosystèmes plutôt que des intrants - ne paraît guère critiquable. Mais elle ne saurait expliquer à elle seule les ralliements des milieux agricoles, y compris les plus « conservateurs »… La Mission Agrobiosciences vous invite vivement à lire l’analyse stimulante de ce jeune chercheur du Cirad.

La clé résiderait-elle dans ce terme d’ « intensif » ? Pas vraiment. Elle n’est pas non plus à chercher du côté d’un principe nourricier qui refait surface, même si cela participe de l’adhésion des milieux agricoles. En fait, selon l’auteur, le ressort est bien plus puissant. Il relève de « mythes mobilisateurs qui ont rencontré les frustrations et les projections d’une partie de la profession agricole française (…). Les agriculteurs ont su entendre cet argumentaire, y trouver des appuis scientifiques et institutionnels qui confortaient les leurs… »

Soucieux « d’entamer une réflexion critique sur les fondements et l’essor de cette notion » F.Goulet s’est plongé dans les textes et les discours, explorant les cadres de pensée, mettant à jour les représentations à l’œuvre et dénichant les effets d’aubaine.
A commencer par la relance du productionnisme, à la faveur de cette préoccupation mondiale récente martelée ad libitum : comment nourrir les 9 milliards d’humains que comptera la planète en 2050 ? Malicieusement, F.Goulet égrène au passage les titres d’une quinzaine d’ouvrages publiés ces dernières années par des responsables scientifiques, tous d’une ressemblance confondante (« Nourrir le Monde », « Nourrir l’Humanité », Comment nourrir le Monde » etc.). Le défi s’énonce à toutes les pages : il nous faut produire autant si ce n’est plus, tout en préservant des ressources naturelles qui se raréfient. Or, c’est bien à ce problème que l’intensification propose de répondre : en articulant rendement et environnement, écologie et économie, elle devient l’une des solutions majeures.

Vision paysanniste

Plus intéressant, c’est en analysant le détail du discours des promoteurs ou des utilisateurs de l’agriculture écologiquement intensive que F.Goulet touche du doigt deux éléments sensibles à même d’expliquer le succès d’un tel propos. La clé, selon lui, réside dans deux puissants mythes fondateurs qui sous-tendent le discours. Celui du Paysan, d’abord. Car l’intensification écologique repose sur « Une vision paysanniste de l’innovation, mettant en exergue le rôle des paysans, au détriment d’autres acteurs, dans la conception des innovations ». L’agriculteur, dépossédé ces dernières décennies d’un rôle moteur, considéré jusque-là comme le récepteur passif d’innovations standardisées, tout droit tombées des labos et des firmes internationales, se retrouve soudainement au centre de la conception et la gestion des systèmes de production. Sacré basculement qui, en revalorisant les savoirs locaux, « s’inscrit d’une certaine manière », selon l’auteur, « dans une lignée de courants de pensée de la recherche et du développement agricole exaltant le savoir profane, en lutte contre la domination des savoirs scientifiques et techniciens. Courant de pensée dont nombre de travaux n’ont pas manqué, il y a presque vingt ans de cela, de souligner la vision purement romantique et populiste de ce que serait la place des agriculteurs dans leur relations avec les acteurs de l’encadrement et des filières agricoles », relations évidemment ô combien complexes…
Cette innovation ascendante et participative a certes des vertus de ré-enchantement, donnant ainsi à entendre des « récits » glorieux. Ainsi en est-il du modèle technique qu’est l’agriculture de conservation « qui serait née des seules volonté et imagination de valeureux paysans pionniers, enfreignant la norme technique du labour et s’auto-organisant pour mieux partager leurs connaissances locales(… ), pure mise en scène occultant une réalité moins romantique ».

Le lombric pour mascotte

Romantique aussi le regard porté sur la Nature, qui constitue le deuxième mythe fondateur de l’intensification écologique. Une Nature sage et transcendante, qui «  posséderait en elle les clés de la réussite  » si tant est que l’homme, ce grand perturbateur, ne cherche pas à transgresser ses lois. Bref, si sagesse de l’homme il y a, elle consiste dès lors à prendre « La nature comme modèle ». Dès lors, exit la Technique, les artefacts et le soc : le nouveau projet – qui conserve toutefois la croyance dans le progrès – substitue à la rationalité une nature de caractère sacré. Dans « cette cosmogonie en pleine reconstruction (…) le lombric est érigé en mascotte, en symbole d’une Nature qui travaille en lieu et place de l’homme et de la charrue »…
On le comprend, avec de tels soubassements, l’agriculture écologiquement intensive a rapidement suscité des dynamiques nouvelles, « aussi inattendues qu’intéressantes », qui ne sont pas sans déplacer des lignes, reconfigurer des stratégies d’acteurs et générer des tensions inédites. C’est ce que F.Goulet explore dans un troisième temps à travers le propos et les arguments des promoteurs de l’agriculture de conservation, jugée plus performante que l’agriculture biologique, laquelle en retour, ne manque pas de pointer les liens de l’agriculture de conservation avec les firmes semencières et agrochimiques.
Il faut dire que la notion d’intensification écologique a entraîné dans son sillage une série d’acteurs du « conventionnel » et donc du modèle agricole dominant, en premier lieu les grandes cultures céréalières, habituellement critiqués pour leur impact environnemental. « Notre objectif n’est pas (…) de savoir au final si la notion, avec son projet, son programme et les pratiques techniques qu’elle recouvre, sont justes et bien fondées. Il n’est pas non plus de formuler un quelconque jugement sur la population agricole concernée et ses valeurs  », précise à bon escient F.Goulet, qui invite bien plutôt à reconsidérer « la place et le rôle des mots d’ordre de la recherche agronomique dans les mobilisations professionnelles ».

Un article du sociologue Frédéric Goulet, dans Le Courrier de l’Environnement

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société, Cancers et alimentation, Obésité : le corps sous pressions ; Le consommateur, l’alimentation et le développement durable et Lutte contre la faim : analyses, décryptages, leviers d’action. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top