21/07/2015
Contribution aux Controverses européennes de Marciac 2015 (20 juillet 2015)
Mots-clés: Modèles

Une charte de coexistence

Suite aux Etats généraux de l’agriculture organisés par le Conseil départemental, le Civam Agrobio 47, le Syndicat des Agriculteurs multiplicateurs de semences 47, le Syndicat des apiculteurs « l’Abeille gasconne », et le Département de Lot-et-Garonne ont décidé de collaborer dans une démarche exemplaire de gestion concertée de leur territoire. La première concrétisation de ce co-engagement s’est traduite par la signature d’une « Charte de coexistence » le 14 décembre 2012.
Pour quoi faire, avec quels objectifs et quel bilan ? Tel est le sens de la contribution aux Controverses européennes de Marciac, sur le thème de la coexistence, qui se tiendront les 28 et 29 juillet prochains.
A lire ci-dessous, ainsi que l’ensemble des autres contributions

Charte de coexistence entre apiculteurs, agriculteurs multiplicateurs de semences, agriculteurs en agrobiologie et collectivités locales en Lot-et-Garonne

Pourquoi une charte de coexistence ?
Pour les filières apicole, multiplication de semences, et agriculture biologique, il s’agit donc de préserver des secteurs économiques majeurs, c’est-à-dire produire des semences certifiées ou paysannes exemptes de contamination par d’autres pollens, assurer une bonne pollinisation des cultures et éviter la disparition des abeilles, répondre à la demande en produits biologiques et conforter ce mode de production.

Les 4 objectifs de la charte
1- Développer le dialogue entre les usagers de l’espace : une meilleure connaissance des activités agricoles voisines et de leurs contraintes suffit le plus souvent à prévenir les nuisances occasionnées. Dans ce contexte, la formation initiale et continue, l’information des agriculteurs, apiculteurs et collectivités est essentielle pour anticiper les problèmes de coexistence des activités.
2- Préserver les insectes pollinisateurs indispensables aux activités agricoles : leur pollinisation est garante du rendement de nombreuses cultures en particulier semencières et arboricoles. L’optimisation de la pollinisation, et d’une manière générale la préservation des pollinisateurs est un objectif pour tous les partenaires.
3- Contribuer à la maîtrise des flux de pollen : éviter la contamination des semences par des pollens « indésirables » est une contrainte majeure pour tout multiplicateur de semences. La maîtrise des repousses indésirables, une meilleure communication à propos des semences paysannes doit permettre de faciliter la multiplication de semences.
4- Limiter l’impact des traitements phytosanitaires : les traitements phytosanitaires peuvent avoir un impact important sur les abeilles et les auxiliaires de culture, et sont une source potentielle de pollution pour l’eau et les cultures voisines. C’est pourquoi cette charte vise à améliorer les techniques de pulvérisation et les méthodes alternatives, ainsi qu’au respect des heures de butinage des insectes pollinisateurs.

Bilan des actions réalisées et en cours

  • Participation à des congrès nationaux et internationaux et organisation d’évènements locaux
    Suite au succès en 2012 de la conférence dédiée à la coexistence agriculteurs et apiculteurs lors du 1er congrès européen de l’apiculture à Agen, le groupe « coexistence » a poursuivi son travail de diffusion et d’explication de la charte : Congrès FNAMS (Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences) en Lot-et-Garonne (mai 2013), Rencontre en bout de champ « l’impact des pollinisateurs pour la multiplication de semences » le 1 août 2013), Semaine des semences paysannes (septembre 2013 et 2014), Congrès international de l’apiculture à Bruxelles (novembre 2013), Colloque au Sénat (juin 2014).
  • Réalisation d’outil de communication : une plaquette de présentation des enjeux de la charte a été réalisée et diffusée aux adhérents des signataires de la charte.
  • Mise en place d’un outil cartographique commun : une étude sur la mise en place d’une cartographie est en cours afin de déterminer les besoins des acteurs de la charte et les possibilités de mise en place de cet outil.
  • Intégrer les enjeux de la coexistence aux formations agricoles
    Le Rucher Ecole de Lot-et-Garonne, avec l’appui du syndicat apicole l’Abeille Gasconne et du Groupement de défense sanitaire apicole 47, développe un partenariat avec les lycées agricoles publics du département. Début 2014, deux ruchers ont été installés sur deux lycées agricoles du territoire. Cette démarche s’inscrit dans la volonté de rapprocher des futurs professionnels agricoles et l’apiculture, en les sensibilisant aux problématiques environnementales et apicoles.
    De plus, la création d’un BTS par apprentissage « agronomie – production végétale » avec un module intégrant la pollinisation et le respect des insectes pollinisateurs permet de développer la formation initiale de techniciens sensibilisés à la problématique de la coexistence des activités agricoles.
  • Le Conseil départemental des jeunes et les insectes pollinisateurs : pour la session 2012-2014, un groupe de collégiens élus a travaillé sur la préservation des insectes pollinisateurs et de la biodiversité. A leur initiative, un hôtel à insectes a été installé à l’Hôtel du Département et quatre fiches pratiques (biodiversité, hôtel à insectes, haie naturelle, prairie fleurie) ont été créées afin de communiquer auprès des collèges et du grand public.

Retrouvez les contributions filmées sur AgrobiosciencesTV
Sur le thème « Nouveaux résidents et agriculteurs : la grande brouille ?

  • "On évite de travailler le week-end", par Roger Beziat. Cet agriculteur met en évidence la nécessité du dialogue et du partage pour redéfinir un espace commun, au sein duquel chacun trouve son compte.
  • Une coexistence de tranchée, par Michèle Gascoin, agricultrice et ancien maire de Cobonne (Drôme).
    Sur le thème : Afrique, Le modèle paysan survivra-t-il à l’agribusiness ?Jean-Christophe DEBAR, Farm.

Et les contributions écrites :

Retrouvez le programme actualisé des Controverses européennes de Marciac

Télécharger le programme détaillé et le bulletin d’inscription (document interactif) des 21èmes Controverses européennes de Marciac



entre apiculteurs, agriculteurs multiplicateurs de semences, agriculteurs en agrobiologie et collectivités locales en Lot-et-Garonne

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  :
Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES


Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top