04/06/2008
Note du mois de mai 2008

Le prix du riz et la paix du monde

L. Bourgeois. Copyright P. Assalit

Après la hausse des prix du maïs, du blé, des produits oléagineux et des produits laitiers, nous assistons à présent à une flambée des prix du riz. Rien de plus normal, peut-on penser. Aucune matière première n’échappe à la règle commune de la hausse. Mais il ne s’agit pas d’une matière première comme une autre. Car les conséquences sont dramatiques pour la moitié de la population mondiale pour qui le riz constitue l’aliment de base. Si nous ne sommes pas capables de trouver des solutions efficaces pour empêcher la hausse, il faut s’attendre à de graves problèmes pour la paix du monde.

+30% en un jour

Il aura suffi de quelques inondations en Chine pour créer les ingrédients de la spéculation sur le riz dans un contexte mondial très favorable à ce phénomène concernant les matières premières. Depuis le début 2008, le prix de ce produit est entraîné dans une spirale spéculative. Comme c’est un produit stratégique dans de nombreux pays, on comprend aisément que certains d’entre eux comme l’Egypte, le Vietnam ou le Cambodge aient voulu prévenir une crise en interdisant les exportations. Mais quand le 28 Mars dernier, l’Inde, deuxième producteur mondial, a fixé un prix minimum à l’export de 1000 dollars, c’est un surenchérissement de 30% en 24 heures qui en a découlé ! Résultat, le prix du riz aura doublé depuis le début de cette année et il aura quadruplé depuis 5 ans. Le récent cyclone sur la Birmanie ne fait que renforcer les craintes pour l’avenir.
Les explications données paraissent convaincantes. La population mondiale continue de progresser rapidement. Qui plus est, le riz constitue la nourriture de base des Chinois et des Indiens. Comme ce sont ceux qui connaissent les taux de croissance les plus forts, la cause est entendue : l’offre stagnant et la demande augmentant rapidement, il est logique que les prix flambent. Un mauvais moment à passer, se dit-on... Dans peu de temps, les producteurs, assurés d’une rentabilité supérieure, se mettront à produire plus et les prix baisseront à nouveau. Sauf que rien n’est moins sûr si l’on ne change pas les règles du jeu actuelles.

Une exportation résiduelle

D’une façon générale, les marchés des produits agricoles ne sont pas des marchés comme les autres. Mais celui du riz constitue en plus un cas extrême, totalement caricatural. Songez qu’il n’y a même pas de cotation de référence comme celle de la Bourse de Chicago pour les céréales. De fait, le marché international ne porte que sur 30 millions de tonnes, soit à peine 7% de la production mondiale, un taux équivalent à celui qui existait il y a 50 ans. Normal : la plupart des pays produisent principalement pour les besoins de leur population. Plus de la moitié de la production est en effet assurée par la Chine et l’Inde qui ne réservent qu’une part infime à l’exportation, le principal exportateur étant la Thaïlande, pour à peine 10 millions de tonnes. D’où le fait que la cotation la plus utilisée soit celle de son riz blanc 5% de brisures FOB (Ndlr : Franco à bord). C’est ce prix qui est passé en quelques mois de 350 à 750 dollars la tonne. Fort heureusement, les prix internes n’ont pas suivi la même évolution dans tous les pays du monde. Mais cette augmentation n’en révèle pas moins une crise grave.

Trois milliards d’habitants se nourrissent de riz

La situation actuelle a des conséquences dramatiques. Le riz assure le revenu de plus d’un milliard de personnes pour sa production et il constitue la base de l’alimentation de trois milliards d’habitants. C’est donc un enjeu essentiel pour la sécurité alimentaire de la planète. On comprend mieux pourquoi certains pays ont fait des stocks et pour quelles raisons les pays producteurs veulent interdire les exportations de peur de créer une inflation chez eux. La Thaïlande vient d’ailleurs de proposer à ses voisins de constituer un cartel à l’instar des pays de l’OPEP pour luttter contre la volatilité des prix. Il n’en faut pas plus pour attirer les foudres des défenseurs de la loi du marché. Le cartel est un vilain mot ! Et L’OPEP un mauvais souvenir que l’OMC a pour but de bannir. Mais comment expliquer à tous ceux qui vivent avec moins de deux dollars par jour que si le prix du riz augmente, il leur suffit de faire jouer la concurrence et de trouver un autre aliment moins cher ?

Hier, les USA expliquaient aux Japonais qu’ils n’avaient rien compris à l’économie moderne pour continuer à produire eux-mêmes du riz plus cher que s’ils l’achetaient sur le marché mondial. Aujourd’hui, il ne s’agit plus du seul droit de continuer à produire certaines variétés pour leurs qualités culinaires incomparables. Il s’agit de permettre à la moitié des hommes de cette planète de se nourrir cette année.

Une honte pour l’humanité

On vient de voir, avec la crise des subprimes aux USA, les inconvénients de la mondialisation financière sur le système bancaire mondial. Il serait temps qu’on explique à tous les donneurs de leçon sur le commerce des grains que les émeutes de la faim sont particulièrement dangereuses pour la stabilité politique de tous les pays et en articulier pour les Etats les plus pauvres. Le gouvernement anglais vient de trouver 63 milliards d’euros pour sauver les banques anglaises de la faillite. Or cette somme correspond très exactement à la totalité de la production de blé dans le monde au prix de 2006 ! Si un gouvernement d’un « petit pays » peut faire un tel effort pour réparer les erreurs de gestion des financiers les plus célèbres, qu’attend-on pour faire en sorte que « le monde puisse nourrir le monde » pour reprendre une expression chère à Edgad Pisani ?

La crise du riz est une honte pour l’humanité. Contrairement au pétrole ou au minerai de fer, la demande chinoise n’en est pas la cause. En revanche, les apprentis sorciers qui nous ont fait croire que l’ouverture des frontières dans le cadre de l’OMC et la suppression de toutes les régulations des Etats allaient améliorer la situation des pays pauvres ont une lourde responsabilité par rapport aux émeutes de la faim. Mais, comme en matière financière, ils se déchargeront sur les Etats qu’ils avaient tant dénigrés auparavant.

Lucien Bourgeois, pour la Mission Agrobiosciences, le 13 mai 2008.

De Lucien Bourgeois, on peut lire sur le magazine Web de la Mission Agrobisociences :

Lire aussi sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences,"La baguette à tout prix ? Retour sur les émeutes liées au prix du pain", l’interview de Steven Laurence Kaplan, historien, spécialiste du pain et des révoltes frumentaires, dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !"

Par Lucien Bourgeois, économiste.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES


Vous aimerez aussi
Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top