prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Fédération Européenne de Zootechnie
A qui profite la mondialisation des productions animales ?
Table Ronde. Le Caire. 2 septembre 2002
Copyright swisscastles.ch

Pour la première fois de son histoire, la Fédération Européenne de Zootechnie (FEZ) tenait sa Réunion Annuelle hors d’Europe, à l’Université du Caire, en même temps que se déroulait la Conférence de Johannesburgh sur le Développement Durable.
Des échanges on ne peut plus d’actualité concernant l’économie des pays émergents et développés.

 

Le lieu et le moment ne pouvaient être mieux choisis pour cerner la réalité et les conséquences de la mondialisation pour le secteur de l’élevage et des productions animales, tout particulièrement pour les pays en développement.

Pour en débattre, la Table Ronde a réuni Paolo De Castro, ancien Ministre italien de l’agriculture et Président de Nomisma ; Marcel Mazoyer et Laurence Roudart, Professeurs à l’Institut National Agronomique Paris-Grignon, co-auteurs d’un Rapport de la FAO (« Protéger les petits agriculteurs et les paysans pauvres dans le contexte de la mondialisation ») ; Saad Nassar, Professeur d’économie à l’Université du Caire, Gouverneur de la Province du Fayoun et membre de la délégation de l’Egypte à l’OMC. Animation de la Table Ronde par Patrick Cunningham, ancien Président de la FEZ et ancien Directeur des productions animales de la FAO, Professeur au Trinity College (Dublin), et Jean-Claude Flamant (Mission Agrobiosciences).

Que retenir ?

Premièrement que le processus d’extension des échanges économiques à l’échelle du monde apparaît inexorable : c’est ce que démontrent les statistiques présentées par Paolo DE Castro. Deuxièmement, « Qui en bénéficie ? » : essentiellement les pays développés, mais quelque chose est en train de changer explique Paolo De Castro, avec la part croissante prise par les exportations de certains pays émergents, tels que le Brésil, cité en exemple. Troisièmement, « Qui est perdant ? » : principalement les centaines de millions de paysans de « l’agriculture orpheline » explique Laurence Roudart, paysans qui dans le monde n’ont accès ni aux technologies agronomiques, ni aux semences sélectionnées et aux engrais, ni à la mécanisation qui ont porté « la révolution agricole contemporaine », et qui n’ont pas bénéficié non plus des principes de « l’agriculture de la révolution verte ». Or l’agriculture hautement mécanisée et technicisée ne concerne que 2% des actifs agricoles dans le monde.

Alors, comment faire en sorte que les pays en développement soient également bénéficiaires de la mondialisation ?

Saad Nassar plaide d’abord pour que les pays industrialisés tiennent leurs engagements lorsqu’ils signent des accords avec les pays en développement. Il commente la situation de l’Egypte qui respecte sa signature au sein de l’OMC et d’autres organisations internationales par une large ouverture au monde de son marché intérieur. Et cela se révèle profitable dans la mesure où a été organisé simultanément le développement de produits pour lesquels l’agriculture égyptienne présentait un avantage comparatif évident : et il l’illustre avec le cas du coton « longue fibre d’Egypte ». Pour Paolo De Castro, le salut de l’agriculture européenne sur les marchés mondiaux est aussi celui d’une option délibérée pour des produits de qualité spécifique, ceux dont les caractéristiques sont liées aux traditions et aux territoires. Cependant, Laurence Roudart et Marcel Mazoyer défendent que pour résoudre des questions aussi complexes et face à l’énorme différentiel de productivités entre les différentes agricultures du monde, il est indispensable que les négociations en cours au sein de l’OMC adoptent le principe de politiques agricoles spécifiques par grandes régions du monde. Une telle option devrait assurer aux agriculteurs des pays en développement une protection vis-à-vis des produits de l’agriculture des pays développés, afin de leur permettre d’obtenir, sur les marchés intérieurs, une rémunération de leurs produits aptes à assurer le revenu familial nécessaire au moins à leur survie.

Accéder à la version française : Mondialisation des productions animales

Pour accéder également à la version anglaise : Globalisation and the livestock sector : Who benefits ?

Accédez aux nombreux articles et publications sur le thème Elevage et Zootechnie- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications originales sur le thème "OGM"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications originales sur le thème "AGRICULTURE"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications originales sur le thème "ALIMENTATION"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications originales sur le thème "SCIENCE ET SOCIETE...- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à l’ensemble de la « Revue de Presse Quotidienne »- du Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder au site du Ministère de l’Agriculture-

Accéder au site Educagri- le Site de la Communauté éducative de l’Enseignement Agricole Français

Accéder à toutes nos publications sur le thème Agriculture et Société

ACCEDER AUX ACTES DE LA TABLE RONDE "A QUI PROFITE LA MONDIALISATION DES ESPECES ANIMALES" EN CLIQANT CI-DESSOUS—>

 

PDF FEZ. Mondialisation des productions animales. Version française. -322.8 ko

 

Dans cette rubrique

Les consommateurs européens : incontournables et introuvables
Conflits ou complémentarités entre valeurs éthiques et finalités économiques ? Conséquences pour les éleveurs et les productions animales.
L’intégration européenne : quels atouts et quels risques pour les activités d’élevage et les productions animales ? (Article complet)
Le futur de l’élevage en Europe à la lumière des crises sanitaires récentes (Publication originale)
L’évolution de l’agriculture égyptienne dans le contexte de la mondialisation
Les consommateurs changent... Quelles conséquences pour l’élevage et les produits animaux ?
Actes de la Table-Ronde 2000 de la Fédération Européenne de Zootechnie (FEZ)
La chaîne de compétences : les connaissances au sein des filières agroalimentaires
Globalisation and the livestock sector : Who benefits ?
The future of the livestock sector in the light of the recent crises in Europe

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr