21/06/2012
Flamant

Jean-Claude Flamant nous a quittés le 19 juin 2012. Le dernier envol d’un esprit libre

La « Mission », c’était sa dernière création, son « bébé ». Il en était fier. Et elle lui ressemble.
L’équipe que nous formions autour de lui et avec lui s’est frottée, à son contact, à l’inconfort des questions vives, au refus du règne de l’évidence, à l’exercice de la lucidité – un mot qu’il aimait-, à la grande honnêteté intellectuelle et puis à la malice, aussi, toujours bon enfant, qui plissait son sourire et faisait pétiller son regard.
Passionné de prospective, Jean-Claude avait du flair et quand l’idée jaillissait, il posait un doigt sur le bout de son nez pour souligner son intuition.
Il calmait nos impatiences, encourageait les audaces, écoutait les doutes, distillait de la méthode et rappelait la rigueur de la réflexion.
Sa silhouette menue trottinant dans le couloir, affairé toujours, Jean-Claude ne savait pas dire non, n’osait refuser telle intervention à l’autre bout de la France ou de l’Europe, courait entre deux réunions et prenait toujours le temps d’écouter ceux qui le happaient.
Passant une tête dans nos bureaux, il aimait nous confier un livre ou un article, annoté de sa main, parler, raconter ses étonnements et ses enthousiasmes, ponctués d’un petit rire espiègle. Parfois aussi ses déceptions, sans amertume mais cherchant à en tirer les leçons.
Il aimait voyager, humer les mouvements de sociétés, les évolutions à venir, ces signaux faibles qu’il percevait. Il en revenait avec des carnets, des bribes de papier griffonnées hâtivement en anglais, en espagnol ou en français, des chroniques et des billets. Cela parlait des hommes, toujours, des paysages et puis, parfois, des ours, des loups et surtout des brebis qui le rendaient poète et historien homérique.
C’était « le chef », pas autoritaire pour deux sous, sachant déléguer et faire confiance. Celui qu’on respecte et taquine.
C’était « le professeur », auquel en dernier recours, on demande un conseil, un nom, une aide.
C’était l’agitateur de notre « laboratoire d’idées ».
C’est notre mémoire vive. Nous l’aimons. Et c’est en sa mémoire qu’auront lieu les 18èmes Controverses européennes de Marciac dont il était l’âme et le fondateur.

Nous avons reçu de très nombreux hommages et témoignages de soutien et de sympathie. Des messages où domine la stupéfaction, comme s’il était impensable qu’avec sa vitalité, son engagement sur tous les fronts, il puisse nous quitter aussi soudainement.
Parmi les mots reçus, il en est qui reviennent sans cesse : la jeunesse d’esprit, l’attention, l’écoute, les qualités humaines et intellectuelles, la vivacité, la clarté, la pertinence, la liberté. Tous disent que la communauté scientifique perd un grand homme. Et que l’empreinte de Jean-Claude est telle qu’il restera longtemps présent.
Ne pouvant répondre individuellement à chacun de ces messages, nous adressons nos remerciements à tous leurs auteurs.

Sa couvée,
Jacques, Jean-Marie, Lucie, Sylvie et Valérie.

Accéder à la biographie de Jean-Claude Flamant et à la liste de ses publications dans le cadre de la Mission Agrobiosciences.

Mot-clé Nature du document
A la une
CONTROVERSES EUROPÉENNES Les actes, les lives…
  • Les Controverses européennes s’invitent au Salon « Au Tour du livre » de Vic-en-Bigorre Voir le site
  • Vu de l’Argentine : quand l’accès à la terre devient primordial Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • L’accès des paysans aux terres nourricières : trois pays, des questions communes Voir le site
  • Les échos #25-2020 Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

Transition : une notion victime de son succès
Analyse de Jean-Pierre Poulain, socio-anthropologue, Université de Toulouse Jean Jaurès

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top