23/06/2006
Les cahiers de l’Université des lycéens
Nature du document: Actes des débats
Mots-clés: OGM , Pesticides , Risque

Quels toxiques dans notre assiette ? (Publication originale)

Jean-François Narbonne
Martin Hirsch

Amphi comble ce jour-là. Près de 400 lycéens et leurs enseignants étaient venus de Carmaux (Lycée Jean Jaurès), d’Auzeville (Lycée agricole) ou d’Albi (Lycée général Bellevue et Lycée agricole) pour discuter avec Martin Hirsch- et Jean-François Narbonne. Inscrits en Première ou en Terminale, les élèves qui ont participé à cette séance, organisée par la Mission Agrobiosciences, provenaient de différentes filières : ES, S, Bac pro, ou STAE.
Au programme : Quels toxiques dans notre assiette ?

Le débat entre les deux conférenciers et les lycéens a montré combien ces jeunes, préoccupés par leur avenir, cherchent à savoir comment ils peuvent devenir acteurs de leur destin sur des sujets aussi brûlants que les OGM, les cantines scolaires et les conditions d’une agriculture de qualité.

Martin Hirsch- a rappelé aux lycéens comment, d’un côté, grâce aux progrès des technologies et aux contrôles sanitaires, l’alimentation n’a jamais été aussi sûre et aussi diversifiée alors que,de l’autre, les modifications des techniques et des procédés de fabrication font apparaître de nouveaux risques éventuels, inconnus jusqu’alors, comme l’a révélé la crise dite de la « vache folle ».
Pour que la recherche continue de progresser sans pour autant faire courir de danger au consommateur, l’Etat a créé, en avril 1999, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) un établissement chargé, en toute indépendance et transparence, de surveiller et d’évaluer les risques possibles de contamination, d’informer et d’alerter les pouvoirs publics et les consommateurs. Longtemps directeur de l’AFSSA, Martin Hirsch rappelle les enjeux auxquels doit répondre cette agence, qui mène de nombreuses recherches.

Jean-François Narbonne, lui, a expliqué que les risques que des toxiques finissent dans notre assiette sont liés aux trois grandes étapes qui jalonnent le parcours des aliments de la fourche à la fourchette.
Il s’agit, dès la production, de substances naturellement présentes, mais aussi d’auxiliaires de production comme les engrais, les pesticides ou les produits vétérinaires, ou encore de contaminants naturels, industriels ou domestiques de l’environnement (métaux lourds, dioxines, PCBs, mycotoxines...), sans oublier les contaminations possibles issues des locaux et du matériel.
Au stade de la transformation, ce sont les additifs et auxiliaires entrant dans les formulations, mais aussi les composés néoformés (HAPs, nitrosamines, amines aromatiques, acrylamide...) et autres contaminants possibles à partir des locaux, du matériel ou des opérateurs, qu’il convient de surveiller particulièrement.
Dernier stade, celui de la distribution. Là, les risques viennent des matériaux au contact des aliments et des conditions de stockage et de transport (phtalates, alkylphénols, pesticides...).

Accéder au document

Avec Martin Hirsch, conseiller d’Etat, ancien directeur général de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (Afssa) et Jean-François Narbonne, toxicologue, expert à l’Afssa

Mot-clé Nature du document
A la une
CONTROVERSES EUROPÉENNES Les actes, les lives…
  • Viande : faut-il cultiver les alternatives ? Voir le site
  • Quel avenir pour l’élevage européen ? Replay du 18/05/2020 Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

Transition : une notion victime de son succès
Analyse de Jean-Pierre Poulain, socio-anthropologue, Université de Toulouse Jean Jaurès

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top