prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
La Conversation de Midi-Pyrénées
Université des lycéens
Propos Epars
Diffusion sur Radio FMR
Les billets
Les entretiens
Les chroniques
Publications
En collaboration
Nos Sélections
Culture scientifique en Midi-Pyrénées
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Débat public. 2004.
Société civile contre OGM.
Arguments pour ouvrir un débat public. Collectif sous la direction de Frédéric Prat.
Société civile contre OGM

Un collectif d’une dizaine d’associations rend public un « dossier à charge » contre les OGM et réclame l’ouverture d’un débat public. On peut ne pas être d’accord avec les prises de position exprimées dans ce dossier. On peut aussi applaudir chaleureusement à la lecture de ses thèses. Son intérêt réside dans la mise par écrit des arguments, essentielle pour qu’un débat s’engage. Il faut souhaiter que d’autres parties de « la société civile » effectuent un travail similaire d’argumentation, pour ou contre les OGM. 

 

- Un combat pour le vivant :
« Mangez-vous des gènes quand vous mangez des tomates ? ». Non, répondait il y a quelques années la majorité des citoyens européens. Et les promoteurs des OGM de conclure : « Vous voyez bien, ils sont contre parce qu’ils n’y connaissent rien ! ». Depuis, tous les sondages confirment de manière éloquente qu’une information plus poussée sur les manipulations génétiques renforce les citoyens dans leur refus des OGM. Les raisons du refus sont donc à chercher ailleurs que dans une soi-disant « ignorance populaire ».

- Science ou technique ?
Le « vivant » est complexe et l’objectif des scientifiques reste d’en comprendre et d’en expliquer le fonctionnement. Les dernières décennies ont vu l’émergence d’un paradigme théorisé et accepté par la majorité d’entre eux : l’ADN, commun à tous les êtres vivants, constitue « le grand livre de la vie » et chaque gène ou ensemble de gènes prédétermine le développement d’un individu. Réduisant ce paradigme à l’état de vérité pratique, les techniciens ont alors commencé empiriquement à « bricoler » les génomes, non plus pour en comprendre le fonctionnement, mais pour conférer des propriétés nouvelles aux organismes vivants. Mais de son côté, la science a continué ses recherches, et celles-ci remettent chaque jour plus en question ce paradigme. Cependant, les entreprises de biotechnologies n’en ont cure : paradoxalement, jamais les techniques, en devenant technosciences, n’ont été aussi éloignées de la « Science ».

- Intérêts publics, intérêts privés.
C’est que les OGM ne sont finalement que l’expression caricaturale d’une société dans laquelle le libéralisme est exacerbé, et où domine la recherche du profit. De façon très pragmatique, les citoyens savent aujourd’hui, parce qu’ils le vivent, que cette recherche du profit n’est pas synonyme de bonheur pour la majorité d’entre eux. Devenue majeure, la société civile réagit. Toujours mieux informée, elle décrypte le fonctionnement de nos institutions publiques et met à jour les liens étroits qui les unissent avec les grandes entreprises privées, dont font partie les géants de l’agrochimie, des biotechnologies et de la pharmacie. L’irruption rapide des OGM dans le paysage économique et social catalyse et rassemble alors un large refus. Le message à la classe politique est clair : « Plus jamais vous ne pourrez nous imposer un choix technologique que nous n’avons pas clairement débattu au préalable. Et encore moins si ce choix ne nous apporte, comme les OGM aujourd’hui, aucun avantage ».

- Un moratoire total AVANT le débat.
Depuis 1998, l’Union Européenne observe un moratoire « de fait » sur les nouvelles autorisations d’OGM. Et, mis à part 30 000 ha de maïs en Espagne, les quelques variétés autorisées avant ce moratoire ne sont pas cultivées, faute de marchés. La logique aurait voulu que ce moratoire soit mis à profit pour organiser de grands débats nationaux publics, permettant de fonder la décision politique non plus uniquement sur quelques intérêts économiques privés, mais aussi sur les souhaits éclairés de la société civile. Or, hormis la Grande Bretagne qui a organisé une consultation (86% des Anglais ne veulent pas manger des OGM), aucun autre pays n’a encore mené ce processus. Mais il n’est pas trop tard. Margarett Wallström, Commissaire européen à l’Environnement, a elle-même reconnu qu’en fait de vouloir trouver une solution au problème de la faim dans le monde, les entreprises de biotechnologie voulaient surtout trouver une solution au problème de la faim de leurs actionnaires. Convenons-en : ces derniers peuvent attendre encore un peu !
C’est pourquoi le Collectif français pour une Conférence de Citoyens sur les OGM demande instamment au gouvernement français, AVANT toute décision politique, d’initier un débat public, dont les modalités (notamment le calendrier et les moyens nécessaires) sont à définir entre les partenaires des secteurs économiques, politiques et de la société civile. Une des procédures les plus démocratiques à ce jour est la conférence de citoyens car elle combine une formation préalable (où les citoyens étudient) avec une intervention active (où les citoyens interrogent) et un positionnement collectif (où les citoyens avisent). En toute logique, un débat parlementaire doit se mettre en place ensuite, afin de discuter les avis et propositions des citoyens, soit pour les accepter, soit pour les refuser, mais en pleine connaissance de cause, et en toute transparence. Nous éviterons ainsi que ces conclusions, à l’instar de celles du débat en public organisé par les 4 Sages en février 2002, restent lettre morte. La Commission Nationale du Débat Public pourrait être un des éléments organisateurs de ce débat.
Par ailleurs, le collectif a mobilisé ses autres partenaires européens, notamment lors du Forum Social Européen de novembre 2003, pour organiser ce débat dans tous les pays européens et à l’échelle des institutions communautaires. Il nous semble que le Parlement européen doit en effet être un des éléments essentiels de ce processus dont les enjeux dépassent largement le cadre clos des commissions européennes techniques.
Le Collectif CC-OGM.

C’est la première fois qu’autant de spécialistes et d’associations se regroupent, à la fois
pour faire le point sur ce dossier, et pour avancer des propositions concrètes d’alternatives ce qui en fait un événement majeur à la mesure des enjeux. Ce livre sera le "dossier à charges" dans le grand débat public sur les OGM que les associations réclament en vain aux gouvernements successifs depuis presque 10 ans.

- Les auteurs :
Le Collectif français pour une Conférence des Citoyens sur les OGM (CCC-OGM) regroupe plusieurs ONG, syndicats et associations françaises : Attac, BEDE, Confédération Paysanne, Coordination Nationale de Défense des Semences Fermières, Ferme de la Bergerie, Fondation Sciences Citoyennes, France Nature Environnement, FRAPNA Ardèche, Geyser, Giet, Greenpeace, Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures, Nature et Progrès, Solagral.
Les participants à l’écriture de ce livre sont généticiens, docteur vétérinaire, agro-économistes, économistes de l’environnement, agronomes, biologistes, agriculteurs, mathématiciens, sociologue...

Contact presse : Françoise Bonnet -Tél : 04 92 65 52 25 - Email : fbonnet@souffledor.fr
Editions YVES MICHEL - BP 3 - 05300 BARRET SUR MEOUGE
Contact auteurs : Eric Meunier Tél : 01 48 51 65 40 Email : eric@infogm.org

Editions Yves Michel - collection écologie - 318 p. - 19 € - En vente en librairie et sur www.souffledor.fr et sur www.infogm.org

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "OGM"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "AGRICULTURE"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "ALIMENTATION"- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Lire les nombreux articles et publications sur le thème "SCIENCE ET SOCIETE, OGM, ETC...- édités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à l’ensemble de la « Revue de Presse Quotidienne »- du Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

 

 

Dans cette rubrique

Les animaux sont dans la place. La longue histoire d’une cohabitation
Inscrivez-vous au Forum-débat
Le Bien-être animal, de la Science au Droit
Eté en Méditerranée : observez la Scamonée !

Quand les OGM en voient de toutes les couleurs


Les abeilles, on en parle beaucoup, et pour cause !
Je suis Charlie
Réduction, pour des raisons économiques et environnementales, de la dépendance de l’agriculture aux engrais et aux pesticides par Guillaume Bécard, Laboratoire de Recherche Sciences Végétales (LRSV) UMR5546 CNRS/Univ.Paul Sabatier
La légitime récompense de Jean Tirole
Portraits : regards sur l’animal et son langage
Colloque. « Des animaux et des hommes. Héritages partagés, futurs à construire » (annonce)
Vivre avec le loup ? Trois mille ans de conflits
A l’avant garde du quantified self : les biohackers
Gaz de schiste : fractures ouvertes (article revue de presse)
L’économie circulaire, une idée qui passe en boucle ? (article de revue de presse)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr