19/06/2009
Science, société, décision. Les restitutions de la Conversation de Midi-Pyrénées

"Faut-il réintroduire l’homme dans la nature ? Les risques d’une fracture écologique."

Copyright medias. loofok.com/

"Faut-il réintroduire l’homme dans la nature ?" se demandait en mars dernier la Conversation de Midi-Pyrénées. Derrière cette interrogation, l’envie de questionner les origines de la préoccupation environnementale, propres aux cultures occidentales, et les pressions qu’elle fait éventuellement peser sur les pays du Sud comme sur les populations défavorisées du Nord. Finalement, l’homme ne serait-il pas la nouvelle espèce à protéger ?
Une Conversation introduite par le géographe Georges Rossi, avec la contribution des étudiants de Sciences Po, dont la Mission Agrobiosciences publie la restitution des échanges.

Le signal d’un possible infléchissement des discours

A la rentrée 2008, une marque d’équipements sportifs affichait un slogan étonnant : "Pour la réintroduction de l’homme dans la nature". Un contre-pied humoristique qui, au-delà de l’anecdote publicitaire, révèle peut-être une inflexion du regard et du discours appliqués à l’environnement et à la nature.
Car depuis près de trois décennies, le consensus apparent réside très nettement dans la dénonciation des méfaits de l’activité humaine sur les grands équilibres de la biosphère. La protection de la biodiversité, la pédagogie sur les gestes écologiques à pratiquer et, globalement, le souci de réduire les nuisances se traduisent progressivement en injonctions. "Faisons vite, ça chauffe !" explique ainsi l’Ademe en matière d’économies d’énergies. L’homme, « maître et possesseur de la nature », est pointé comme l’un des responsables de la destruction de la planète, par un utilitarisme qui excède la simple satisfaction de ses besoins.
S’il n’est pas question de nier la réalité des dommages environnementaux régulièrement dénoncés ni, à l’inverse, d’attacher une importance excessive aux mouvements anti-humanistes des deep ecologists, il est opportun de s’interroger sur les coûts sociaux et les inégalités nouvelles que génèrent le discours public et les mesures environnementales, en France et au plan international.

Quelles sont les conséquences politiques, économiques et sociales de cette injonction à la réintroduction de l’homme dans la nature ? Dans quelle mesure celle-ci induit-elle de nouvelles formes de stigmatisation sociale envers les plus pauvres ou les plus âgées ? Cette distinction entre l’homme et la nature n’est-elle pas une vision purement occidentale ? D’une certaine manière, cette question de l’environnement ne serait-elle pas devenue la "nouvelle Croisade" de l’Occident ? Eléments de réponse dans cette restitution.

Télécharger la restitution de cette séance "Faut-il réintroduire l’homme dans la nature ?"

Accéder à l’intégrale de "Pour la réintroduction de l’Homme dans la nature", un document d’Emilie Amauger, Eve-Marie Castellan, Jérémy Gadek et Damien Vallot, étudiants à Sciences Po Toulouse.

Avec le point de vue introductif de Georges Rossi, géographe, et la contribution des étudiants de Sciences Po Toulouse

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Vidéo : Demain, j’enlève les pesticides ? Voir le site
  • Vidéo : Et si on envisageait la fin des politiques agricoles et alimentaires ? Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

Agriculture augmentée : quels impacts économiques et sociaux ? Visionner le LAB des 24es Controverses européennes à Bergerac.

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top