05/02/2009
Les chroniques de la Mission Agrobiosciences
Mots-clés: Ville-campagne

Les espaces publics, ou l’apologie du terrain vague (chronique originale)

©www.zeblog.com

Dans les villes et les villages, rues, places et parcs se voient réinvestis depuis plusieurs années par des aménagements de tous poils. C’est que la voiture, désormais jugée indésirable, laisse libres des espaces qui n’étaient pensés que pour elle. Suffit-il pour autant de « végétaliser » d’anciens parkings, de rajouter deux ou trois fontaines, une aire pour enfant et des petits pavés au sol pour dessiner une nouvelle urbanité ? De fait, plus ils sont aménagés, moins les espaces publics semblent pensés. Jusqu’à constituer, parfois, le lieu même de la vacuité politique. Une chronique qui souhaite interpeller plus qu’affirmer, pour lancer un débat... public ? Par Valérie Péan, Mission Agrobiosciences.

D’abord, il y a cette ambiguïté. Espaces publics au pluriel ou singulier ? Peu importe, direz-vous... Or ce n’est pas innocent. C’est accorder là deux champs distincts, ainsi que le rappelle Dominique Wolton dans son glossaire tiré du livre Penser la communication :

  • L’espace public, au singulier, popularisé dans les années 70 par le philosophe Habermas et le sociologue Sennet, n’a pas d’ancrage physique précis. Il est mouvant. Il a la forme du débat... Ce sont les salons, les cafés, les théâtres, l’agora ou un site internet. Il désigne un processus inhérent aux systèmes démocratiques, dès lors que la société civile souhaite exprimer une opinion publique sur des problèmes d’intérêt général. Une sphère intermédiaire, donc, qui s’est peu à peu construite à partir des Lumières entre le citoyen et l’Etat. Un espace symbolique où l’opinion privée est rendue publique.
  • Les espaces publics, au pluriel, relèvent de la sphère de l’Etat et de l’action publique, en opposition à la sphère privée. Des espaces communs à tous qui n’ont pas toujours eu les mêmes fonctions dans l’histoire des villes : une fonction d’échanges, par exemple au Moyen-Age, où les villes sont plutôt des lieux libératoires par rapport au pouvoir féodal ; une fonction monumentale qui permet à l’Autorité de se mettre en scène, notamment à la renaissance et à la période classique, comme l’illustrent les places Royale et Dauphine à Paris. Une fonction esthétique, quand sont privilégiés la beauté formelle et le goût du moment. Une fonction physiologique ( !), enfin, à partir du milieu du 18è et au cours du 19è siècle, dès lors que le souci hygiéniste se met en tête d’assainir les foules pestilentielles, les bas-fonds, les coupe-gorges et autres venelles mal famées. Aux espaces publics de purger le « cœur », les « artères », la « circulation » et le « ventre » des villes enfiévrées...

Ensuite, il y a la plasticité, cette capacité qu’ont les espaces publics, dans le temps et dans l’espace, à tenir leur géographie de l’organisation politique d’une société donnée, des représentations qu’elle nourrit, des valeurs dominantes qu’elle véhicule...
A cet égard, qu’est-ce qui sous-tend, en France, l’attention portée aux espaces publics ?
Tentons quelques hypothèses :

  • Les espaces publics comme des lieux d’ordre public - un ordre social et moral.

C’est une vision qui s’impose à partir du milieu du 19è siècle, lorsque la ville connaît une disgrâce aux yeux des gouvernants. Par une inversion de valeurs, due en partie à la croissance démographique urbaine, à la révolution industrielle et aux épisodes révolutionnaires telles que la Commune, la campagne dont on se méfiait jusque là pour ses jacqueries devient le lieu de refuge des valeurs morales, autour de la terre, de la famille et, plus tard, de la patrie ... La ville au contraire apparaît soudain contre-nature : un lieu de puanteur, d’agitations et de cloaques, où se mêlent les prostituées, les indigents, les coupe-jarrets et les malades. Où complotent étudiants et ouvriers. Où se diffusent la culture et les principes égalitaires. Le tout au contact immédiat des populations bourgeoises et aristocratiques.

De l’air, de l’air !

Dès lors, les espaces publics obéissent à un urbanisme rationnel et hygiénique. Les grands travaux d’urbanisme
« taillent dans le vif »
. Les rues se font plus larges et rectilignes, les trottoirs et les réverbères apparaissent, les ponts sont débarrassés des boutiques, les places ouvertes, les transports en commun et les bains publics se multiplient, les égouts drainent les eaux usées, les jardins s’ouvrent au peuple pour qu’il s’oxygène. Haussmann ? « Le Jack l’éventreur de l’histoire urbaine », écrit joliment Georges Duby (Histoire de la France urbaine, tome 3, la Ville Classique. Ed.du Seuil). Assainissement oblige, les espaces de la ville se segmentent. Comme on coupe un membre malade, les morts, les hôpitaux, les abattoirs et les manufactures sont éloignés.

Toutes proportions gardées, certaines de ces préoccupations ne sont pas sans faire écho à un certain réveil de l’hygiénisme, de l’ordre moral et social. Songez tout simplement à cette obsession de la qualité de l’air et du parfum, que décrit si bien Alain Corbin dans Le Miasme et la Jonquille et dont les effluves sont largement de retour, depuis les parfums d’ambiance domestiques jusqu’à l’odorisation du métro en passant par les mesures quotidiennes d’Airparif...

Comment ne pas percevoir aussi l’accent retrouvé de l’édification des citoyens ? Les espaces publics donnent souvent à percevoir une véritable leçon d’instruction civique et morale sur les valeurs dominantes. Sur le développement durable et le respect de l’environnement, sur la nostalgie d’une agriculture enchantée (dans les parterres, fleurs des prés et choux sont très "tendance"...). Sans oublier l’édification culturelle, oscillant entre l’art contemporain émaillant les parcs ou les stations de métro et la patrimonialisation du bâti.

  • Des espaces publics où se projettent les fantasmes...

Lieux de passages, entre-deux, lieux creux : les espaces publics favorisent les projections et les utopies. Parmi elles, il y a celle du « Vivre-ensemble ».
Les espaces publics se veulent en effet - et c’est logique - des lieux de sociabilisation. On s’y rencontre, on y échange, on s’y frotte à l’altérité... En tout cas, tous les aménagements sont pensés de manière à favoriser cette vocation. Passons sur le fait que la sociabilisation s’opère bien plus fréquemment dans des lieux privés, glissons aussi sur le statut incertain des espaces résidentiels clos ou des galeries marchandes... Entre les espaces privés qui s’ouvrent au public et les espaces publics qui se privatisent, le statut foncier du territoire ne semble plus guère pertinent. Sans doute vaudrait-il mieux distinguer, à l’instar de certains sociologues, la sphère collective, la sphère politique et la sphère de l’intime.

Pour vivre ensemble, séparons-nous

Désormais, c’est toute la circulation qui se trouve cloisonnée : un couloir pour les bus, une piste pour les vélos, des peintures au sol pour guider les piétons... Car si la segmentation est trop peu coercitive, tout le monde se heurte et se renverse, dans des rues « semi-piétonnières », à plot rétractable ou à barrière réservée aux commerçants... En général, tout le monde râle et vélos comme piétons finissent par remonter sur le trottoir - quand il en reste - finalement plus sûr...
Dans les parcs, fleurissent de même les grillages ou barrières ( en bois, c’est plus naturel) pour encadrer l’aire de jeu des enfants, quadriller le panneau de basket des ados, circonscrire les joueurs de boule ou les promeneurs de chien. Socialiser, oui, mais pas avec n’importe qui !

Mon village à l’heure du global

Comme un modèle par excellence de la résistance à l’envahisseur (la mondialisation), le village médiéval prête ses formes (réinventées) à bon nombre de places citadines. Arcades fleuries, fontaine gargouillante, pavage irrégulier et fausses halles pour compléter : un espace clos, une bulle de tranquillité aux vertus imaginaires (qui n’a pas connu la tyrannie villageoise où chacun est sans cesse sous le regard de l’autre, le rideau qui se soulève, le volet entrebâillé, les voisins qui ne se parlent plus ?). De fait, à bien y regarder, la petite place est principalement traversée par les touristes et investie par les populations les plus favorisées, hausse du foncier oblige... Et si les nouveaux espaces de la sociabilité contemporaine avaient de tout autres points d’ancrage ?

Ici, concertation en chantier

Se nourrissant du flou sémantique signalé au début (l’espace public comme sphère intermédiaire entre l’État et le citoyen), les espaces publics sont également le lieu d’expérimentation de formes démocratiques nouvelles. La création ou le réaménagement d’un terrain public sont alors l’occasion d’une consultation, en amont, pour au minimum définir ses usages, voire choisir les plantations et la couleur des peintures...
A l’exception de quelques collectivités locales, rares sont cependant les élus qui ont le temps, les moyens voire la volonté, de mener de bout en bout une telle démarche somme toute contraignante. Aussi les résultats en sont-ils souvent décevants. Ici, une décision politique qui ne tient plus compte, au dernier moment, des desiderata des citoyens. Ailleurs, un aménagement du « tout y est », qui ne fait que juxtaposer et empiler les mobiliers urbains et les usages sans pour autant empêcher, quand tout est achevé , la contestation d’un quidam insatisfait. Plus loin, encore, un espace dont seuls les habitants ont été consultés, excluant les pratiques d’autres usagers.

L’apologie du terrain vague

Formulons une intuition : plus les espaces publics sont vacants en terme de pensée, plus ils sont emplis en termes d’aménagements, débordant d’intentions plus ou moins louables. Ce qui ne les empêche pas, parfois, de rester déserts.
Reste cette question : comment faciliter les logiques d’appropriation par chacun des espaces publics ?
Peut-être en osant le lieu vacant, désœuvré, indifférent. Un terrain vague, libre de toutes marques, où chacun est à même d’apporter, détourner, cultiver, bidouiller, s’ennuyer aussi. Des espaces publics dont l’humilité - il ne s’agit pas d’imposer une représentation du monde - correspond à ce que Yves Chalas, dans L’imaginaire des villes, appelle la pensée faible : en situation de transition et de mutation, mieux vaut, argumente-t-il, une pensée à faible référentiel et la moins doctrinaire possible.

Lire sur le magazine web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement) :

Valérie Péan, Mission Agrobiosciences. février 2009

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES


Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top