09/12/2008
Vient de paraître. Une chronique originale de "Ça ne mange pas de pain ! " de décembre 2008

Quand la bûche renaît de ses cendres (chronique originale)

(1)

A quelques semaines des fêtes de Noël, la Mission Agrobiosciences consacre son émission radiophonique "Ça ne mange pas de pain" de décembre au thème "Manger, c’est pas sorcier, mais...", histoire de revisiter quelques-uns des rituels, croyances et autres interdits qui commandent le rapport des mangeurs à l’alimentation, à travers les temps. Premier article de cette série, la chronique de Valérie Péan sur le l’histoire de la bûche, une façon de nous réconcilier avec ce dessert emblématique des tables du Réveillon.
Cette émission diffusée les mardi 16 décembre 2008, de 17h30 à 18h30, et le mercredi 17 de 13h à 14h sur Radio Mon Païs (90.1) peut désormais être téléchargée sous forme d’Intégrale écrite.

"Quand la bûche renaît de ses cendres"
La chronique de Valérie Péan, Mission Agrobiosciences

"Souvenez-vous. En fin de repas, après 4 heures passées à table, vous frôlez déjà l’indigestion et l’ennui mortel, et voilà qu’arrive sur la table une sorte de boudin marron, débordant de crème au beurre, recouvert d’un nain ridicule, la scie à la main, et entouré de petits champignons au sucre et de feuilles de houx en plastique. La bûche de Noël allait vous plomber définitivement les systèmes hépatique et digestif.
Eh bien, le pari de cette chronique, c’est de vous réconcilier avec cet infâme dessert. Qui, je vous l’accorde, a quand même considérablement évolué.
Plongeons dans le passé. Bien avant l’ère chrétienne, Celtes, Vikings et autres nordiques barbares, qui craignaient tous que le soleil ne se relève point à l’issue de la nuit, célébraient avec solennité le solstice d’hiver, à partir duquel les jours commençaient à rallonger : c’était leur fête de Yule, celle de la lumière. Au soir du 21 décembre, donc, il fallait choisir avec soin une bonne grosse bûche, taillée dans les meilleurs fûts et ce à la nuit tombée seulement puis dûment décorée de feuillages. Elle devait être de taille suffisante pour flamber trois jours entiers, selon certaines sources, d’où son nom de tréfou dans certaines provinces françaises, voire 12 jours selon d’autres indications : en clair, jusqu’au 6 janvier. Pourquoi 12 jours, c’est une autre histoire, mais disons en résumé que cela permettait de relier le calendrier lunaire - 354 jours, au calendrier solaire.
Mais revenons à nos tisons. Autour de la flambée qui encourageait la renaissance du soleil, promesse d’un nouveau cycle agricole, tout le clan réuni observait attentivement la manière dont se consumait la bûche. Des gerbes d’étincelles en abondance par exemple ? Promesses de bonnes moissons. Mais on pouvait y lire aussi les mariages à venir, le nombre de poulets à naître... Et ce n’est pas fini : la cendre, précieusement recueillie, protège la maison de la foudre et des incendies. Quant aux brandons et aux tisons, ils sont également mis de côté pour allumer la bûche de l’année suivante.
Une fête du feu, donc, à l’égal de la saint Jean pour le solstice d’été, un rite de régénération du temps qui se répand par la suite dans toute la Gaule romaine mais aussi outre Manche, où la bûche s’appelle toujours Yule log.
Les premiers chrétiens eux-mêmes s’y conformèrent sans sourciller. Il faut dire que, jusqu’au IVè siècle, on ne risquait pas à la place de fêter la Naissance de Jésus, puisque la date était inconnue ou fort variable.
Evidemment, l’Eglise a cependant fini par mettre bon ordre dans ces pratiques de mécréants. Exit Yule, remplacé vite fait bien fait par sainte Luce, qui fait nettement plus catholique. Et puis, il y a les petits arrangements avec les dates. Oublié le 21 décembre, on opte après moults atermoiements pour une naissance officielle de Jésus le 25. Principalement pour des raisons stratégiques. Car en plus de Yule, se déroulaient ces foutues saturnales qui déployaient leurs orgies, ripailles et luxures du 17 au 24 décembre. A noter qu’on retrouve ici l’importance du cycle agricole puisque Saturne était le dieu des semailles. Et puis, il y a enfin le culte à Rome du dieu persan Mithra, né d’un rocher le 25 décembre.
Mais les chrétiens sont quand même malins. Pour que leurs nouveaux rites fonctionnent, ils gardent des petits bouts par-ci par-là des autres cultes. Des rites paganistes et de l’Eglise orientale, ils gardent l’idée de fêter la lumière, désormais incarnée par le Christ, soleil invaincu.
La bûche n’est pas faite pour déplaire. Sauf qu’il devient de bon ton de la bénir à l’aide de buis des Rameaux précédents...
C’est ainsi que la bûche de Noël continue à brûler tranquillement dans tous les foyers, qu’elle soit appelée Suche en Bourgogne, Kef Nedelez en Bretagne, Tronche en Franche-Comté... C’est apparemment d’ailleurs en Franche-Comté que l’on commence à creuser la bûche pour la garnir de friandises.
C’est que progressivement, dans les maisons bourgeoises, la cheminée est remplacée par les poêles relégués aux cuisines. Mémoire miniature, la bûche se met donc à table à partir du 19ème siècle. Gâteau blanc roulé et farci de confiture, avec glaçage imitant l’écorce, ou pâte d’amande collée au sucre et recouverte d’un glaçage au chocolat... Les avis divergent sur la recette initiale, son lieu de naissance et la date. Les Lyonnais la revendiquent, vers 1880, les Parisiens prétendent l’avoir mise au point dès 1834.
Peu importe. En tout cas, quand le soir de Noël, vous mettrez à la bouche une part de bûche, songez que vous sacrifiez ainsi aux cultes solaires les plus anciens, renouant avec le bon vieux paganisme".

Chronique de Valérie Péan, Mission Agrobiosciences. "Ça ne mange pas de pain" de décembre 2008, "Manger, c’est pas sorcier, mais..."

Télécharger gratuitement l’Intégrale "Manger, c’est pas sorcier, mais..."

(1) Affiche de Pâtissier (photo MNATP), Collection du Musée national des arts et traditions populaires, Paris, France. http://www.culture.gouv.fr/culture/noel/franc/legimg/buche1.htm

Retrouvez les autres chroniques de cette émission spéciale, "Manger, c’est pas sorcier, mais..." :

"Ça ne mange pas de pain !" (anciennement le Plateau du J’Go) est une émission mensuelle organisée par la Mission Agrobiosciences pour ré-éclairer les nouveaux enjeux Alimentation-Société. Enregistrée dans le studio de Radio Mon Païs (90.1), elle est diffusée sur ses ondes les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. L’émission peut aussi être écoutée par podcast à ces mêmes dates et heures. Pour En savoir plus....

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :

ou l’art de se réconcilier avec le dessert emblématique du Réveillon de Noël

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top