04/06/2008
Dans le cadre de "Ça ne mange pas de pain !" d’avril 2008

La baguette à tout prix ? Retour sur les émeutes liées au prix du pain

S.L. Kaplan. Copyright G. Cattiau

Qu’il s’agisse d’Haïti, de l’Egypte, du Cameroun, de l’Indonésie ou de la Malaisie, on voit ces derniers temps, suite à la hausse du prix des denrées alimentaires en particulier du blé, le peuple descendre dans la rue et demander du pain. Ainsi, ces émeutes qualifiées de révoltes frumentaires induisent des troubles politiques et sociaux majeurs dans ces pays. A tel point qu’en Egypte, le 23 mars dernier, le président égyptien Hosni Moubarak a demandé à l’armée de distribuer du pain afin de remédier à des pénuries qui avaient déclenché de nombreuses émeutes.
Et si, en France, un tel phénomène nous semble bien loin, n’oublions pas que ces révoltes ont jalonné notre histoire à l’instar des émeutes précédant la Révolution française auxquelles on associe cette phrase célèbre de Marie-Antoinette «  Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent de la brioche !  »
Pour mieux comprendre ce phénomène, la Mission Agrobiosciences a convié, dans le cadre de l’émission "Ça ne mange pas de pain spéciale "l’alimentation en bout de course" qui sera diffusée sur Radio Mon Païs (90.1 et par podcast) les mardi 15 avril 2008 (17h30-18h30) et mercredi 16 avril (13h-14h), Steven Laurence Kaplan, historien, spécialiste du pain et de cette question des révoltes frumentaires d’hier à aujourd’hui, à nous éclairer sur le sens de ces révoltes. Plus qu’une simple question de prix, il s’agit là de la rupture d’un accord implicite entre l’Etat et le peuple : celui de la subsistance et du droit à l’existence.

La baguette à tout prix
L’interview de Steven Laurence Kaplan <br<
Par Lucie Gillot, Mission Agrobiosciences


L. Gillot : "Steven Laurence Kaplan, vous êtes historien, spécialiste du pain et des révoltes frumentaires d’hier à aujourd’hui. Fait surprenant, sur des sujets parfois très graves, les choses n’explosent pas, les gens ne descendent pas dans la rue. Mais l’histoire le montre et l’actualité aussi : que l’on touche au prix du pain et c’est la crise, la révolte, l’hécatombe...
S.L.Kaplan : Dès que le prix dépasse la possibilité des gens d’acquérir des produits de premières nécessités ou quand la qualité est mauvaise, les gens réagissent. Cela se constate un peu partout dans le monde...

L.Gillot : Pourquoi ?
S.L.Kaplan : Il s’agit d’une entorse à une sorte d’accord implicite. Autrefois, en France, c’était le contrat social de subsistance, c’était l’obligation régalienne du "prince nourricier", c’était ce que l’on appelait "l’économie morale". Aujourd’hui au Cameroun, au Maroc, en Egypte, en Malaisie, en Indonésie, il s’agit d’une situation équivalente où la promesse implicite, qui fait le lien social, est cassée par ces "accidents" sur les prix mondiaux ou parfois par des effets néfastes déclenchés par la corruption. L’explosion est alors réelle et immédiate.

L.Gillot : Vous voulez dire que normalement l’état est garant d’une accessibilité au pain.
S.L.Kaplan : Un peu partout, l’état se légitime d’abord par son engagement à empêcher les gens de mourir de faim. C’est basique dans l’histoire européenne et dans quasiment tous les coins du monde. Il peut s’agir du riz ou d’autres céréales. Quand l’état n’est plus capable de répondre à ce droit à l’existence, il y a une grave menace d’instabilité. Le pire n’est alors pas loin.

L.Gillot : Pourquoi est-ce focalisé sur le pain et non sur le prix des pommes de terre par exemple ?
S.L.Kaplan : Il s’agit du pain quand il est la denrée de première nécessité. L’histoire montre qu’en Irlande, en 1845, il s’agissait de la pomme de terre. Et lorsqu’on regarde ailleurs, on remarque que cela peut-être une autre denrée. Pour les français, le pain est un grand protagoniste sur la scène de l’histoire. Ces derniers sont "panivores". Mais ce n’est pas consubstantiel comme le "corps du christ" au pain lui-même.

L.Gillot : Aujourd’hui, et contrairement à d’autres endroits du monde, on ne descend plus dans la rue en France pour réclamer du pain.
S.L.Kaplan : Non. En France, depuis les années 50-52, moment où le pain revient brutalement après la guerre et une longue pénurie, il n’est plus perçu comme une denrée de première nécessité. C’est un accompagnement dans un régime alimentaire extrêmement diversifié. En France, de nos jours, avoir du pain n’est plus une question de vie ou de mort sauf pour les gens les plus pauvres de la société. D’où cette tolérance « relative » par rapport à son prix. Mais n’oublions pas qu’en France ce dernier a été fixé jusqu’en 1987. C’est d’ailleurs une chose assez incroyable car on n’avait déjà plus le réel besoin de le faire. Les boulangers se plaignaient amèrement de ce "pain symbole" propre à la France, c’est-à-dire cette mystique du pain, ce besoin politique des gouvernements de dire « On est là pour votre pain ».

L.Gillot : Comment expliquer, alors que la consommation de pain est moins "à la mode" en France, qu’en pleine hausse des prix des matières premières, tout le monde se focalise sur le prix de la baguette ?
S.L.Kaplan : Pour la simple raison qu’il s’agit d’un symbole facile, commode, qui parle aux gens car il évoque, d’une manière très robuste, une mémoire collective ancrée sur cette denrée. Il incarne en partie l’identité de la France. Il est donc facile, et même trop facile, pour le gouvernement de déclarer que cette augmentation est excessive et qu’il veillera au grain. Nous sommes là, et de toutes part, dans une forme d’instrumentalisation du symbole qui n’est pas tout à fait juste au regard de la flambée des prix d’autres denrées comme les produits laitiers ou le pétrole.

L.Gillot : Reste que dans d’autres pays du monde, les révoltes sont toujours d’actualité.
S.L.Kaplan : Oui, car c’est aussi par là que les gens arrivent à s’exprimer. Vous évoquez là des société où le pain est réellement une question de survie. En Egypte, si l’on regarde les sommes énormes que le gouvernement met en subventions pour maintenir le prix du pain à un niveau raisonnable, cela montre à quel point le contrat social dans ce pays se situe là. Ce gouvernement sait qu’il n’a aucune chance de tenir si ce prix monte. Dans ces pays, quand on veut sanctionner, et en quelque sorte mettre en garde voire punir le pouvoir, on provoque de véritables révoltes de rue.

L.Gillot : Vous publiez en mai 2008, aux éditions Fayard, un ouvrage «  Le Pain Maudit ». De quoi s’agit-il ?
S.L.Kaplan : C’est un retour sur les années oubliées de la France de 1945 à 1958, une sorte d’enquête policière sur un fait divers terrible : l’empoisonnement collectif de centaines de milliers de gens à Pont Saint Esprit en 1951. Dans cette affaire, 7 personnes ont trouvé la mort et une quarantaine d’autres a fini ses jours en institution psychiatrique (1). J’essaye donc de comprendre les conditions de production d’une telle "horreur". Pour ce faire, je retrace pour la première fois l’histoire de la meunerie et de la boulangerie en France. Et cette histoire est essentiellement celle du prix du pain depuis les années trente jusqu’au années soixante, lorsque l’Etat se retrouvait devant le dilemme suivant : comment assurer un haut prix du blé aux agriculteurs et un bas prix du pain aux consommateurs ?"

(1) Cette intoxication serait due à la présence d’un champignon, l’ergot de seigle

Mission Agrobiosciences, le 14 avril 2008.

Télécharger gratuitement l’Intégrale de cette émission spéciale "l’alimentation en bout de course"

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences :

On peut également lire "L’agriculture à tout prix : de l’effervescence des marchés agricoles mondiaux, à l’urgence de repenser les politiques publiques"-. Edité par le groupe de réflexion européen "Groupe Saint-Germain"-.

Cette interview a été réalisée dans le cadre de l’émission "Ça ne mange pas de pain !" d’avril 2008 (anciennement le Plateau du J’Go), spéciale "L’alimentation en bout de course". Accéder au sommaire de cette émission et à toutes les informations concernant "Ça ne mange pas de pain !".

A l’issue de chaque émission, le magazine Web de la Mission Agrobiosciences édite l’Intégrale, une publication d’une dizaine de pages, téléchargeable gratuitement. Retrouvez Toutes les Intégrales de "Ça ne mange pas de pain !" mais aussi toutes les chroniques et tables rondes.

Par Steven Laurence Kaplan, historien, spécialiste du pain et des révoltes frumentaires

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES-

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top