06/09/2010
La revue de presse de la Mission Agrobiosciences. 6 septembre 2010.
Nature du document: Revue de presse

Russie : l’héritage de Nikolaï Vavilov menacé par la progression urbaine (article revue de presse)

Copyright fr.academic.ruLe Monde des 5 et 6 septembre consacre une pleine page à la menace qui pèse sur le futur de la collection de variétés d’arbres fruitiers, de baies et de fleurs dans la périphérie de Saint-Pétersbourg par la réalisation d’une opération immobilière sur le domaine de 80 hectares qui l’abrite. Michel Chauvet, spécialiste français de la conservation de la biodiversité des plantes cultivées en a expliqué le premier en France les enjeux dans le magazine Tela Botanica, le 11 août dernier, au cœur de l’été à la suite des informations parues dès le 10 août dans des journaux scientifiques internationaux. Le communiqué de l’Agence France Presse, daté du 19 août, suivi de l’article du Monde, ont donné une plus large audience à cette affaire.
En fait, elle ne date pas d’hier. Mais c’est seulement maintenant, après le rejet d’un recours juridique et avec l’imminence de la vente effective des terrains de la Station Agricole de Pavlovsk, qui dépend de l’Institut Vavilov de Saint-Pétersbourg, que l’alerte a été enfin donnée. Les médias russes s’en sont fait l’écho. Le Journal de l’Environnement du 28 août s’interroge sur les raisons du soutien obtenu par le directeur de l’Institut Vavilov de la part du président Medvedev, après la décision de celui-ci d’ajourner les travaux de l’autoroute concédée à Vinci et qui devaient sacrifier 80 kilomètres de forêt : les incendies de cet été n’y sont pas étrangers à moins que ce soient les élections présidentielles qui se profilent à l’horizon...

La banalité de la progression urbaine
Il est évidemment pour le moins malencontreux que la décision de mise en vente des terrains de la station intervienne durant l’année de la biodiversité. Mais cette fâcheuse coïncidence mérite quelque analyse. Tout d’abord, il est courant qu’un domaine de la recherche agricole, installée à l’origine en pleine campagne se retrouve cerné par l’urbanisation et les lotissements plusieurs décennies après. Cette situation est fréquente en France dans la région parisienne et en périphérie des grandes villes en croissance. Ce qu’il l’est moins, c’est la situation du droit de la terre en Russie, en l’absence de titres de propriété foncière et même de cadastre jusqu’à une période récente. Avec des conséquences sur les procédures de privatisation foncières telles que celle qui touche la Station de Pavlovsk, et que l’Agence fédérale du logement a maintenant en charge en toute légalité.

L’exemplarité de l’héritage de Vavilov
Nikolaï Vavilov, illustre savant russe, est à l’origine d’une prospection mondiale des ressources génétiques végétales au cours d’une succession de voyages au cours des années 1920 et 1930, dont les leçons l’amenèrent à formuler une théorie sur l’existence de pôles de diversité des plantes cultivées, et à créer à Leningrad le premier conservatoire mondial des variétés végétales. Une œuvre de pionnier qui fut sauvée durant le siège de Leningrad, mais dont l’auteur mourut de faim en prison à Saratov après sa condamnation à mort. On retient de ce travail le rassemblement des graines de multiples cultivars de plantes cultivées, céréales et légumes notamment, identifiés de part le monde. Mais ce que l’on sait peut-être moins clairement, c’est que la prospection concernait aussi les espèces fruitières et l’ensemble de l’Union Soviétique. Ainsi, le chercheur américain Gary Paul Rabhan, refaisant les voyages de prospection de Vavilov, raconte sa visite au Kazakhstan et dans les montagnes qui environnent Alma-Ata, pôle mondial de différenciation des pommiers, menacé aujourd’hui lui aussi par l’expansion urbaine. L’intérêt de la collection de Pavlovsk réside dans le fait, souligne Michel Chauvet, qu’elle rassemble des variétés telles qu’on pouvait les trouver alors dans l’ensemble de l’empire soviétique : elle est donc effectivement unique. Ce qui d’ailleurs en souligne la fragilité, car on considère aujourd’hui la nécessité, en matière de collections d’espèces ligneuses, de dupliquer les collections afin de les sauvegarder de l’incidence destructrice de tout aléa, notamment de nature climatique.

Donner un statut spécifique aux collections
En fait, l’avenir des terrains du domaine de Pavlovsk est réglé : ils seront dédiés à des opérations immobilières souligne l’article du Monde. Ce qui est maintenant en débat, ce sont les délais accordés pour assurer les opérations de greffe ou de bouturage de 12 000 variétés de plantes, en toute sécurité. Là est l’enjeu souligne Michel Chauvet. D’où l’importance du recours au Président Medvedev. Mais, insiste Michel Chauvet, il est indispensable que de telles collections disposent d’un statut spécifique qui les protège, au même titre que les ressources génétiques dont elles sont l’objet, que ce soit en Russie ou en France.

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 6 septembre 2010

Sources :

Le Monde, Tela Botanica, AFP, Journal de l’environnement

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top