prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
La Conversation de Midi-Pyrénées
Université des lycéens
Propos Epars
Diffusion sur Radio FMR
Les billets
Les entretiens
Les chroniques
Publications
En collaboration
Nos Sélections
Culture scientifique en Midi-Pyrénées
Perturbateurs endocriniens : le bruit du silence  
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
C’est par où, le rural ? Notions floues et lignes de fuite (diffusion)
A écouter sur FMR, samedi 6 mai et 3 juin 2017, de 8h00 à 9h30
Morceaux choisis de la 14ème Université d’Eté de l’Innovation Rurale, août 2008
en savoir+
La nature, la technique et l’homme : la guerre des Trois aura-t-elle lieu ?
Les vendredi 28 et samedi 29 juillet 2017, à Marciac (Gers)
Les 23èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Vient de paraître : une publication originale sur les cosmétiques bio
Les cosmétiques bio à la loupe : entrez dans l’univers des controverses actuelles, des labels et de la réglementation
Un dossier produit par des étudiantes en Mastère Management des Industries de la Santé, du groupe ESC Toulouse, en collaboration avec la Mission Agrobiosciences.
copyright www. orserie.fr

Pour la deuxième année, la Mission Agrobiosciences travaille en collaboration avec un groupe d’étudiants en Mastère Management des Industries de Santé, du groupe ESC Toulouse. Après le thème "Alimentation et cancer : qui croire ? Que savoir ?" qui avait conduit, l’an passé, à l’organisation de tables rondes, cette fois c’est le sujet des cosmétiques bio qui a été choisi par les jeunes de Sup de Co.
Les cosmétiques bio sont à la mode. Pourquoi ? Les ingrédients font-ils vraiment la différence ? Présentent-ils un avantage pour notre peau ? Comment sont-ils contrôlés ? Comment se répérer dans la jungle des labels ? Réponses dans ce dossier, à télécharger gratuitement (PDF, 53 pages) sur le monde, plutôt obscur, de la beauté.

 

Communiqué de presse

Cinq étudiantes du Mastère « Management des Industries de Santé » de l’Ecole Supérieure de Commerce de Toulouse, de formation scientifique et commerciale, ont mené leur enquête sur les cosmétiques biologiques, en collaboration avec la Mission Agrobiosciences, en vue d’établir un état des lieux de la composition de ces produits, de leurs évaluations et de leurs certifications, pour y voir plus clair dans ce monde de beauté. Ce dossier a reçu l’aval de scientifiques tels que le chimiste Armand Lattes, ancien Président de la Société Française de Chimie, et Daniel Zalko, chercheur à l’Inra [1] sur les perturbateurs endocriniens.

Cosmétiques biologiques... mais qu’est ce que c’est ?
Le Code de la Santé Publique donne la définition suivante du cosmétique : « Un produit cosmétique est une substance ou préparation destinée à être mise en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain, par exemple, la peau, les cheveux, les ongles, les lèvres ou encore les dents, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d’en modifier l’aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou d’en corriger les odeurs ».
Jusqu’à présent, les cosmétiques étaient considérés uniquement comme des produits de beauté, visant à améliorer la qualité des couches superficielles de la peau. Pourtant aujourd’hui, ces produits se positionnent largement sur le soin et se retrouvent à la frontière entre beauté et traitement. Se pose alors le problème, notamment, de leur passage à travers les couches plus profondes de la peau ainsi que les conséquences de leur accumulation dans notre organisme ; d’où, à priori, l’intérêt d’un label biologique en la matière.
Si les cosmétiques biologiques représentent aujourd’hui une part infime du marché des cosmétiques (2% en Europe), leur croissance est considérable : ils pourraient atteindre 1/3 des ventes des cosmétiques d’ici 2013. Les efforts marketing sur ces produits semblent donc porter leurs fruits. Pourtant, les cosmétiques biologiques, qui se veulent meilleurs pour l’environnement comme pour la santé, n’ont toujours pas de définition règlementaire.

Cosmétiques, ça rime avec risques ?
Les cosmétiques classiques sont fabriqués avec une foule d’ingrédients. Ils doivent sentir bons, être agréables au toucher, à la vue tout en étant dépourvus de risques pour la santé. De nombreuses substances ont fait l’objet d’études approfondies dans le but de prouver leur innocuité. Dans ce cadre, les parabènes, connus d’un grand nombre de consommateurs, sont sur le devant de la scène. Une étude scientifique a, en effet, émis l’hypothèse d’une relation entre parabènes et cancer du sein. Mais elle présentait des limites méthodologiques qui ne permettent pas d’établir de lien direct. D’autres études ont mis en évidence un effet œstrogénique des parabènes, c’est-à-dire la capacité de copier l’effet des oestrogènes, hormones naturellement présentes dans le corps humain. Or celles-ci jouent un rôle dans le développement du cancer du sein. Néanmoins, là encore, ces études soulignent que l’effet œstrogénique des parabènes n’est pas suffisant pour déclencher cette pathologie à lui tout seul. Toutefois, par mesure de précaution, l’AFSSAPS [2] a choisi d’interdire l’utilisation de certains parabènes. Plusieurs substances sont à présent interdites dans la composition des cosmétiques, d’autres sont en cours d’évaluation et il est clair que la responsabilité des industriels est en jeu dans le choix de la composition de leurs produits.

Vos papiers, s’il vous plaît !
Reconnaissant enfin que les cosmétiques, y compris biologiques, peuvent traverser la barrière cutanée à long terme, l’Union européenne a pris la décision de les soumettre au règlement REACH [3], prenant effet cette année et venant compléter la Directive européenne Cosmétique. Malheureusement, ce texte prévoit plusieurs exceptions et aménagements... Surtout, les ingrédients des cosmétiques biologiques et naturels (c’est-à-dire non chimiquement modifiés) sont exclus de son champ d’application. Du coup, l’évaluation de la toxicité de certaines substances passera à la trappe.

Trop bio pour être vrai ?
Pour garantir la qualité des cosmétiques biologiques, il faut alors faire confiance aux nombreux labels présents sur le marché de l’industrie cosmétique. Ces labels sont attribués par des organismes privés qui garantissent le respect d’un cahier des charges précis conditionnant le choix des matières premières, les procédés de fabrication, le respect de certaines valeurs éthiques et environnementales. Ainsi, Ecocert s’assure que les produits vendus sous sa certification contiennent au minimum 95% d’ingrédients d’origine naturelle dont 10% issus de l’agriculture biologique. Les 5% d’ingrédients restants peuvent donc être des produits de synthèse selon une liste très précise de conservateurs et autres composants. Du côté des procédés de fabrication, ces organismes privilégient les processus physiques aux processus chimiques car ces derniers peuvent laisser des traces, c’est-à-dire des substances de synthèse, dans le produit final. Naît ici un paradoxe : un produit d’origine naturelle peut donc contenir des éléments de synthèse.
En 2008, l’AFSSAPS et la DGCCRF [4] ont réalisé une enquête auprès de 28 produits portant la mention « bio ». Satisfaisante du point de vue de la qualité des cosmétiques analysés, ces recherches ont cependant révélé des traces infimes de parabènes dans certains de ces produits biologiques (bien en-dessous des limites autorisées). Des résultats qui montrent les failles de la réglementation et des organismes certificateurs pour bannir totalement ces produits de la composition de nos cosmétiques. Car il faut bien différencier ingrédients d’origine naturelle, donc substances d’origine végétale, minérale ou animale qui ont pu subir une transformation, et ingrédients biologiques, substances d’origine végétale cultivées de façon biologique, sans engrais ou pesticide de synthèse.

La guerre des labels
Dans un souci d’harmonisation et de transparence, sept organismes européens (organismes certificateurs et associations de fabricants) se sont associés pour créer le label européen « Cosmos », qui, à l’origine, se voulait unique, clair et à la portée du consommateur.
Cependant, « Natrue », un second label européen, a vu le jour en 2009 à l’initiative de l’Allemagne et de la Suisse. Le marché des cosmétiques biologiques est donc à présent encadré par plusieurs organismes certificateurs, des labels nationaux et deux labels européens... Un flou qui ne fait que s’accentuer et laisse le consommateur... le teint brouillé.

Contacts presse :
Catherine Baurès, catherine_baures@yahoo.fr
Sonia Bedda, bedda.sonia@neuf.fr

- Consulter le site du Groupe ESC Toulouse

Télécharger le dossier produit par les étudiants en Mastère Management des Industries de la Santé.

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- On a bio dire, quel méli-mélo !. L’intégrale de l’émission de "ça ne mange pas de pain !". Le bio sous toutes les coutures : histoire, rapport à la nature, effet sur la santé, imaginaire du mangeur bio...
- Le règlement Reach, fait comme un rat ?. La revue de presse de la Mission Agrobiosciences, septembre 2009. Avec la réaction d’Armand Lattes, Réglement Reach : Nous subissons les conséquences d’une négligence des politiques scientifiques.
- Alicaments et cosmetofood : trop beaux pour être vrais ?. Avec Béatrice de Reynal, nutritionniste, directrice de Nutrimarketing. Entretien réalisé dans le cadre de "ça ne mange pas de pain !" d’octobre 2008, "Les industries agroalimentaires, mais qu’est-ce qu’elles fabriquent ?".
- Trop gros, trop maigres ? Décoder ces normes qui nous (top)-modèlent !. Entretien conduit par Valérie Péan, Mission Agrobiosciences, avec Patrick Denoux, Professeur de Psychologie Interculturelle à l’Université de Picardie Jules Verne, Amiens.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1Institut national de la recherche agronomique.

[2Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

[3Le règlement REACH (Registration, Evaluation, Autorisation and Restriction of Chemical substances) a été adopté par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne dès décembre 2006. Il vise à évaluer l’ensemble des substances chimiques produites dans l’espace communautaire d’ici à 2018. Ce nouveau texte prévoit de mettre en place des mesures d’évaluation de la sécurité des substances chimiques utilisées en fonction de leur dangerosité estimée et du volume de production annuel. Les substances suspectées comme étant les plus dangereuses (cancérigènes, accumulatives...) et celles produites en grandes quantités seront examinées en premier

[4Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes


PDF Les cosmétiques bio à la loupe. Octobre 2009-2.2 Mo

 

Dans cette rubrique

Projet commercial Val Tolosa : du conflit local aux enjeux nationaux
Une piétonnisation des villes... à marche forcée ?
Peur des vaccins : à qui la faute ?
L’hygiène en 2025 : un sujet glissant.
Mise en ligne du rapport "Les sciences participatives en France"
Sciences participatives : partagez vos expériences et vos propositions en participant à une vaste enquête en ligne
Diversité humaine : ces différences qui fâchent, une chance ?
Histoire de.... Glace et climat ; avec Frédérique Rémy, directrice de recherches au CNRS (Observatoire Midi-Pyrénées, Legos).
Ethique et environnement. « L’écologie au risque d’une science sans conscience ? » (annonce)
L’évaluation : une culture partagée pour l’enseignement agricole
Déchets recyclage ou l’art d’accommoder les restes. Festival Nailloux Sciences (Haute-Garonne).
« Sous le signe de l’eau » le 2e festival Nailloux Sciences
La culture scientifique et technique en question, par Lionel Larqué
Comment contenir les peurs pour une meilleure prise de conscience du risque ? Par Patrick Denoux
Culture scientifique et technique à l’Hôtel de Région Midi-Pyrénées

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr