prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois 
Retour sur le scandale du Mediator
A écouter sur FMR, samedi 10 décembre 2016, de 8h00 à 9h00
Diffusion de la rencontre de Propos Epars avec la pneumologue Irène Frachon
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Appel à contribution "Pour que le numérique fasse campagne" (5 janvier 2016)
Des « tiers-lieux » à la campagne : quels univers de justification ?
Une contribution de Laurent Rieutort, géographe.

Dans le cadre des débats qui accompagnent la future "Loi pour une République numérique", la Mission Agrobiosciences a lancé un appel à contribution autour de la question : Faut-il une politique nationale de développement numérique dédiée aux territoires ruraux ?".
Laurent Rieutort, géographe, Professeur à l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, Directeur de l’Institut d’Auvergne du Développement des Territoires (IADT), nous propose ici une première réflexion sur la notion de "tiers-lieux", concept sociologique qui tord le cou à une vision jacobine de la société et amène à réfléchir à une autre notion, celle du territoire virtuel.

 

Des « tiers-lieux » à la campagne : quels univers de justification ?

L’importance et le poids acquis par les technologies du numérique dans le développement des territoires ruraux sont mis en avant par de nombreux travaux scientifiques. Le numérique est à la fois technologie, infrastructure, contenu et vecteur de développement [1]. Les TIC sont aussi des outils de transformation de la société et des territoires du fait des mutations qu’elles permettent dans les relations sociales (notamment comme outils collaboratifs) ou par l’acquisition d’un nouveau capital culturel qu’elles autorisent par l’accès à la formation et la diffusion large de données ouvrant le champ de la créativité y compris dans le monde entrepreneurial. A travers une recherche récente [2] dans le Massif central à propos des « tiers-lieux » numériques [3], nous avons montré une diffusion de ces initiatives non seulement dans les principales aires urbaines mais aussi dans l’espace rural (exemples du Cantal ou de la Lozère), dans les petites villes ou bourgades, souvent à l’initiative des collectivités territoriales ou du monde consulaire avec des jeux d’acteurs complexes (volonté de leaders, élus ou chefs d’entreprises, relais d’associations ou de collectifs). Ces tiers-lieux sont vus comme d’utiles compléments pour les entreprises rurales existantes et pour les créateurs – souvent nouveaux arrivants – qui soulignent l’intérêt de l’accès aux équipements, à la connexion THD, tandis que le cadre de vie rural reste une plus-value résidentielle. Tous confirment également que le tiers-lieu accroît le capital social, la capacité d’ouverture et d’animation (surtout si le site est au centre du village) ; il renforce la dynamique associative et constitue une réponse à l’isolement ; il accroît l’attractivité des territoires (image favorable pour les jeunes et créatifs), permettant souvent le lien entre systèmes productifs et facilitant l’identification et la valorisation de ressources spécifiques qui peuvent être de natures diverses, matérielles ou immatérielles, marchandes ou non (ressources économiques, sociales, politiques, culturelles, environnementales, paysagères…) ; cette attractivité autorise en retour l’accueil de nouveaux habitants, de créateurs, souvent mis en réseaux.
Pour autant, des limites à la diffusion des usages numériques et des « tiers lieux » sont souvent évoquées avec l’hypothèse que, outre les retards dans les infrastructures pour cause de faibles densités, des raisons socioculturelles viendraient entraver le mouvement, les ruraux ne prendraient pas la mesure de l’intérêt et de l’importance des changements en cours. Si nos enquêtes montrent qu’un noyau de base d’acteurs motivés (notamment un tissu associatif ou de TPE/PME) est nécessaire au démarrage, elles illustrent la complexité de la construction sociale et des imaginaires qui sont à l’œuvre. Il nous paraît utile d’échelonner les arguments des acteurs par le positionnement de leurs justifications, ce qui permet de repérer des compromis possibles ainsi que les types de dynamiques territoriales que les « tiers lieux » sont susceptibles d’engendrer (accéder au PDF "tableau des différents univers de justification des tiers-lieux" ci-dessous). En complétant l’approche de la « convention Internet » élaborée par Ph. Vidal [4], nous pouvons re-mobiliser utilement les univers de justifications des économies de la grandeur à la suite de Max Weber. Se distinguent alors quelques grands profils d’acteurs [5] dans l’espace rural – des « nostalgiques » qui s’inscrivent davantage dans le champ « domestique » et recherchent un territoire « patrimonialisé », une société conviviale, une valorisation équilibrée des ressources, aux « pragmatiques » qui combinent les différents modes de justification et dont le mot d’ordre est de développer des activités pour la vie économique et sociale, ce qui passe par la recherche de performance, la création d’emplois, la valorisation des ressources locales, la recherche de lien social, en passant par les « nouveaux enracinés » qui font le choix de s’investir dans la vie locale pour faire vivre les lieux avec une forte sensibilité patrimoniale, et qui sont souvent membres actifs de collectifs, de réseaux sociaux, d’associations de défense du cadre de vie. Afin de conforter la diffusion des usages numériques et des « tiers lieux », il est essentiel de conforter mutuellement ces profils et univers de justification.

Une contribution de Laurent Rieutort, géographe, professeur à l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, Directeur de l’Institut d’Auvergne du Développement des Territoires (IADT).

Voir le tableau des différents univers de justification des tiers-lieux

Nous vous invitons à prendre part au débat en nous faisant parvenir vos contributions, et vous proposons deux interventions filmées pour amorcer la réflexion. Vos contributions seront publiées sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences et feront l’objet d’une note d’éclairage diffusée au début 2016, au moment de l’ouverture des débats parlementaires.

Pour nourrir la réflexion
- Un phénomène général de transformation de la société Benoît Thieulin, président du Conseil national du numérique
- Les territoires ruraux en mode projets Sébastien Côte, président de RURALITIC

Vos contributions, en pratique :
Merci de nous faire parvenir le fruit de vos réflexions, en une page, avant le 31 mars 2016, à christophe@agrobiosciences.com

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  : Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1] LANDEL Pierre-Antoine, LEROUX Sébastien, 2012, TIC et Construction de ressources territoriales, CNRS. Villes et Territoires Numériques, Paris, pp. 99-111

[2] Voir "Usages numériques, ingénierie et innovations au service du développement territorial"

[3] La notion de tiers-lieu a été introduite par le sociologue américain Ray Oldenburg (1989). Elle fait référence à ces espaces intermédiaires, à mi-chemin entre espace de travail et domicile, et qui constituent des espace d’échange, de travail collaboratif, de production (fablabs) voire de pouvoir, en transformant l’accès à la connaissance, à l’innovation...

[4] VIDAL P., 2011, « Territorialisation de la “convention Internet” dans les espaces ruraux », NETCOM, vol. 25, n° 3-4, pp. 137-164.

[5] Voir la classification de GUISEPELLI E, 2014, Le paysage au croisement des développements agricole et territorial : cohérences, contradictions et perspectives, Dossier d’habilitation à diriger des recherches en géographie, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, tome 1 : 288 p.


PDF -8 ko

 

Dans cette rubrique

Agroécologie : un terme aux multiples facettes
Entre l’agriculture et la société, une idée de nature au coeur des tensions... et d’une réconciliation possible
Bien-être animal : une nouvelle norme ISO, pour qui, pourquoi ?
Une fraîcheur contemporaine retrouvée pour penser le rural autrement !
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Juillet 2016
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Mai 2016
Numérique : Pour une politique spécifique aux territoires ruraux
Adaptation au changement climatique et atténuation des gaz à effet de serre : comment favoriser la mobilisation des agriculteurs ?
L’accès à l’internet haut débit doit être considéré comme un besoin social fondamental.
"Si je m’intéresse davantage à une politique de petits pas, il n’est pas inutile de penser la rupture". Publication originale. 14 décembre 2015
Nos agricultures paysannes réussissent, là où les OGM ont échoué
AVERTISSEMENT
Boeuf en Inde, porc en France : à propos d’une bien illusoire et trompeuse identité alimentaire nationale (publication originale)
Crise de l’élevage : enlevez les oeillères !
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Avril 2015

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr