prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois 
10ème Université de la Vigne au Vin : "Soif de nature. Communication et avenir du vin ?"
Jeudi 10 novembre 2016, à Ferrals-les-Corbières (Aude)
Entrée libre
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
La revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 14 janvier 2014
A Carhaix, les Chinois boivent du petit lait (article revue de presse)
Agro-media, les Echos, le Figaro, la France Agricole

En Bretagne, il n’y a pas que les bonnets qui sont rouges, les tapis aussi. Deux kilomètres d’étoffe avaient ainsi été déployés pour inaugurer, en grandes pompes, la construction de l’usine de production de lait en poudre le vendredi 10 janvier dernier, à Carhaix. Fruit de la rencontre de deux géants de l’agroalimentaire, le chinois Synutra, et la coopérative française Sodiaal, l’usine doit livrer chaque année quelque 100 000 tonnes de lait en poudre, exclusivement à destination du marché chinois.
Alors que la demande mondiale de ce produit s’accroît, chacun place ses pions en prévision des futures évolutions du marché. Un vaste monopoly que retrace cette revue de presse de la Mission Agrobiosciences.

 

Au bon lait de Carhaix
Le compte est rond. Et il se porte tout de même à 100 000. C’est le tonnage de poudre de lait que doit livrer la future usine de Carhaix, la « plus grande et la plus moderne du monde » selon les dires du PDG de Synutra, Liang Zhang. Prévue pour 2015, l’usine, financée par cette entreprise chinoise spécialisée dans l’alimentation infantile, doit traiter 300 000 tonnes de lait par an, et 30 000 de lactosérum [1] et employer 260 personnes.
Pour assurer l’approvisionnement, une coopérative française, bien implantée en Bretagne : Sodiaal. Propriétaire des marques Candia ou Yoplait, troisième collecteur européen de lait, le groupe s’est engagé à fournir la totalité des besoins en lait et en lactosérum. L’investissement chinois assurera un débouché à 20% de la collecte laitière de Sodiaal en Bretagne et devrait solliciter environ 700 producteurs de la région » détaille Agro-media. Le tout sera emballé et expédié en Chine.

Le Made in France, gage de qualité
Pour comprendre les raisons d’un tel investissement (près de 100 millions d’euros nous dit le Figaro), il faut remonter à l’année 2008 et au scandale du lait coupé avec de la mélamine. A l’époque, pour gonfler artificiellement la teneur en protéines des laits infantiles, les fabricants chinois avaient ajouté ce composé, toxique pour les reins. Résultat : 300 000 nourrissons hospitalisés, plusieurs décès et un discrédit durable quant à la qualité des produits alimentaires chinois. Avec cette production « made in France » et ses exigences sanitaires en matière de lait infantile, les investisseurs chinois espèrent redorer leur blason.
Ce n’est pas tout. Comme l’explique le directeur de Synutra France, Christian Mazuray, il s’agit aussi de sécuriser les approvisionnements. « Les Chinois sont très présents dans le porc et les céréales, pas dans les vaches laitières », révèle cet ancien d’Entremont aux Echos. En outre, avec l’entrée en vigueur de la nouvelle politique de natalité, «  le nombre d’enfants de moins de 3 ans devrait augmenter de 13% environ d’ici à la fin 2017, estiment certains experts. ». Quand on sait qu’ils sont d’ores et déjà 20 millions, on comprend vite que le secteur est très porteur… Sans compter qu’avec la suppression programmée des quotas laitiers pour 2015, « ce nouveau marché est bienvenue chez les producteurs » précise le quotidien.

Comme une traînée de poudre
Premier importateur de lait au monde, la Chine « tire le prix du lait vers des sommets » titre une note de conjecture du Figaro. Citant Luc Morelon, membre de la Fédération internationale de laiterie, elle indique que les importations chinoises de poudre en lait entier sont « en progression d’environ 30% par rapport à 2012 » et qu’elles « représentent environ 40% de la demande mondiale de ce type de produit ». Avec, pour conséquence, une augmentation des prix payés aux producteurs. « Le prix annoncé pour le mois de janvier (…), oscille entre 360 et 410€ les 1000 litres, des niveaux jamais atteints à cette période de l’année ». Voilà qui devrait redonner un peu d’air aux éleveurs après des années de vache maigre.
« Avec 1,3 milliards d’habitants et une surface agricole utile de 9%, le prochain enjeu de ce pays est la nourriture » déclare au Figaro le maire de Carhaix, Christian Troadec. Le quotidien passe en revue les projets d’investissement sur le sol français. Depuis 2009, la société chinoise Biostime achète de la poudre de lait à la laiterie de Montaigu en Vendée. Et, en juillet dernier, elle a acquis 20% du capital de la coopérative normande Isigny-Sainte-Mère ». En Bretagne, à Plouvien, le groupe Sill « travaille à la construction d’une tour de séchage dont la production pourrait également être destinée à la Chine ». Bref, c’est la ruée vers l’Ouest…

Et demain, le marché indien
Autre pays, autre compagnie, autre stratégie. Car dans les mêmes temps, le groupe Lactalis, quant à lui, poursuit son ascension mondiale et son implantation dans les pays émergents. Dernier épisode en date relaté par les Echos, le rachat, total, de l’indien Tirumala, l’un des principaux groupes laitiers d’Inde, et de ses sept usines. Désormais, Lactalis « possède plus de 200 sites industriels dans 37 pays ».
L’acquisition n’a rien du hasard puisque, précise la journaliste Marie-Josée Cougard, l’Inde « offre des perspectives de croissance de l’ordre de 13 à 15% ». Quand on sait que le pays est le plus gros producteur de lait au monde, on se dit que la partie est loin d’être terminée.

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 14 janvier 2014.

Sources
- Lait infantile : construction d’une usine géante en Bretagne pour alimenter le marché chinois Agro-média, 13 janvier 2014.
- Le chinois Synutra s’installe dans le Finistère Stanislas du Guerny, Les Echos, 13 janvier 2014.
- La Chine tire le prix du lait vers des sommets Le Figaro, 10 janvier 2014.
- Lait : baisse de plus d’un tiers du nombre d’exploitations en dix ans La France agricole, 3 janvier 2014.
- Quand la Chine investit dans le lait breton Le Figaro, 13 janvier 2014.
- Lactalis achète sept usines de lait en Inde, le premier producteur mondial Marie-Josée Cougard, Les Echos, 7 janvier 2014.

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- Agroalimentaire breton. Un seul mot d’ordre : l’emploi Revue de presse, 17 octobre 2012.
- L’accord allemand Merkel/SPD, une opportunité pour la Bretagne ? Interview de Jean-Paul Simier (15 novembre 2013), directeur des filières alimentaires à l’Agence économique de Bretagne. Décembre 2013.
- Scandale alimentaire en Chine : l’affaire du lait tourne au vinaigre Revue de presse, 19 septembre 2008.
- Pour 100 briques, t’as plus rien (Retour sur la grève du lait) Revue de presse du 14 septembre 2009.
- Quand les viticulteurs partent à l’assaut du marché chinois (témoignage) Témoignage d’Olivier Bourdet Pees et de Jean-Pierre Grangé, Producteurs Plaimont. Dans le cadre des 18èmes Controverses européennes de Marciac, 1er et 2 août 2012. Accéder aux Actes de cette 18e édition

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur les thèmes de  : Alimentation et Société ; Cancers et alimentation ; Obésité ; Consommation & développement durable ; Lutte contre la faim ; Crises alimentaires ; "Ça ne mange pas de pain !" ; Méditerranée ; Agriculture et société ; Politique agricole commune ; OGM et Progrès en Débat ; Les relations entre l’homme et l’animal ; Sciences-Société-Décision Publique ; Science et Lycéens ; Histoires de... ; Produits de terroir ; Agriculture et les bioénergies ; Les enjeux de l’eau ; Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1] La poudre de lactosérum est utilisée dans la fabrication des laits infantiles

 

Dans cette rubrique

Note de lecture. "Les agriculteurs à la reconquête du monde. Pourquoi le monde agricole va survivre et même nous sauver"
Le Mensuel de l’Académie d’Agriculture de France. Juin 2016
Note de lecture : « Éthique des relations homme/animal. Pour une juste mesure ».
Quand l’INRA a son mot à dire.
« Conférence Permanente de l’Agriculture » : lancement d’une nouvelle instance en Aquitaine Limousin Poitou-Charentes avec cet objectif commun, (ré)inventer l’agriculture.
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Mai 2016
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France
Nuisibles ? Approches interdisciplinaires
« Des terres et des territoires ». Récit cartographique à l’aquarelle expo et web sur les problématiques de l’agriculture : terres, eau, semences, forêt, sociétés humaines, ...
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France
« Les antibiotiques en élevage : préjugés, réalités, avenir »

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr