prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois 
Diffusion sur FMR (89.1) et par le Web, le samedi 4 juin 2016 de 8h à 9h 30
Science, éthique, économie, bien-être animal... Ferme chinoise des 1 million de vaches clonées : pourquoi c’est du bidon ?
Un entretien avec Jean-Paul Renard (biologiste) et Vincent Grégoire-Delory (éthicien)
en savoir+
Elevage, Europe, représentation syndicale et politique, éducation, recherche… Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?
Appel à contributions ouvert jusqu’au lundi 18 juillet 2016
Dans le cadre des 22èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?
Vendredi 29 et samedi 30 juillet 2016
22èmes controverses européennes de Marciac. A Marciac (Gers), au coeur du festival de jazz.
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
La revue de presse de la Mission Agrobiosciences. 18 avril 2011
Agriculture. Quand l’Ethiopie ne touche plus terre... (article revue de presse)
Courrier International, The Guardian, Sur le Feu, L’expansion
JPEG - 5.8 ko
©goodmorningafrika

Pour bon nombre d’observateurs, il s’agit d’une conséquence des récentes crises financière et alimentaire. Dès 2008, tout particulièrement en Afrique, les gouvernements des pays en voie de développement ont cédé des surfaces grandissantes de terres arables aux firmes étrangères des pays riches. Dans un contexte d’incertitude des marchés internationaux, l’acquisition de ces terres encore non cultivées était censée permettre de cultiver ailleurs ce que l’on ne pouvait produire chez soi et, ce faisant, de sécuriser ses approvisionnements.
Qualifié par les uns « d’accaparement des terres », au pire de « néocolonialisme », ce processus de location ou de vente de terres devait tout au contraire pour d’autres, y compris au sein de la Banque mondiale, « permettre de moderniser l’agriculture [des pays en voie de développement] et générer plus de profits et de denrées alimentaires pour la population locale » (Courrier International, août 2010). Un deal "gagnant-gagnant" en théorie. Depuis lors, les projets se sont multipliés au Congo, au Soudan, en Tanzanie, au Kenya ou encore à Madagascar, suscitant, toujours et encore les mêmes polémiques. Le nombre d’hectares ainsi cédés croît rapidement – 35 millions dont la grande majorité en Afrique si l’on en croit les dernières données de la Banque mondiale. Un phénomène qui soulève de nombreuses questions comme l’illustre parfaitement l’un des derniers projets en date en Ethiopie, projet au coeur du documentaire "Planète à vendre" d’Alexis Marant diffusé ce mardi sur Arte. Décryptages au fil de cette revue de presse de la Mission Agrobiosciences.

 

Ethiopie. Le "deal" du siècle
Pour le quotidien anglais The Guardian, il s’agit tout simplement du « deal » du siècle. En Ethiopie, le gouvernement vient de passer un accord avec l’un des géants mondiaux de l’agro-business, l’entreprise indienne Karuturi. L’accord porte sur la location, pendant 50 ans, de 3 millions d’hectares de terres dans la région du Gambella ! Des terres vierges, extrêmement fertiles, cédées à un prix dérisoire aux dires du responsable du projet, Karmjeet Sekhon [1]. L’objectif ? Cultiver, dans des exploitations ultra modernisées, de l’huile de palme, du sucre de canne ou encore du riz. En « échange », l’entreprise prévoit la construction de multiples infrastructures – routes, réservoirs - et même des villages entiers, pour accueillir les 60 000 personnes qui travailleront sur ces terres.

Objectif : assurer les approvisionnements
Amélioration des pratiques culturales et des rendements, accès aux dernières technologies, modernisation des infrastructures, création d’emplois… C’est là, officiellement, tout l’enjeu de ce type de démarche qui, aux yeux du ministre éthiopien de l’agriculture, « permettra indéniablement de soutenir le développement de l’agriculture paysanne » (Cité par le site Sur le feu). Et, toujours selon les autorités, devrait résoudre au passage l’éternel problème de la pénurie alimentaire, l’Ethiopie étant l’une des nations les plus dépendantes au monde des aides alimentaires et au développement. C’est donc au nom de la sécurisation des approvisionnements et de la réduction de la pauvreté que le gouvernement multiplie les accords avec des firmes étrangères, dans le cadre de son Plan de croissance et de transformation quinquennal. L’Inde n’est pas en effet la seule nation a avoir bénéficié de l’octroie de terres à bas prix. Selon The Guardian, ce sont pas moins de 36 pays dont la Chine, le Pakistan ou l’Arabie Saoudite qui développent actuellement des projets de grande envergure, principalement dans la région du Gamella.
Non sans faire grincer quelques dents.

Une fausse bonne idée ?
Le site « Sur le feu » dresse la liste des limites d’une telle démarche. Premier écueil pointé, la nature même des denrées cultivées. L’article explique ainsi qu’un riche investisseur saoudien met actuellement sur pied une grande ferme rizicole, dont la production doit être vendue sur le marché éthiopien à hauteur de 40%. Lorsque qu’on sait que, bien souvent, les denrées produites sur ces terres louées sont en très grande majorité destinées à l’exportation, on peut se réjouir que, dans ce cas, elles atterrissent aussi sur le marché intérieur. Mais voilà : la consommation de riz n’est pas très répandue en Ethiopie souligne l’article…
Autre point d’accroche avec la politique gouvernementale, si ces terres sont effectivement fertiles et vierges, elles ne sont pas pour autant désertes… Traditionnellement, le Gamella est, pour de nombreux éleveurs nomades de la région, une terre de pâturage. En théorie, même si cette dernière appartient à l’Etat, les éleveurs disposent d’un droit d’utilisation pour le pacage et l’agriculture, et ne peuvent en être expulsés. C’est là que les choses se corsent et que le flou s’installe… D’un côté, on peut lire dans la presse que le gouvernement éthiopien mène actuellement une campagne de « villagisation » : les éleveurs qui le souhaitent sont conviés à s’installer dans des villages où l’accès aux services (scolarité, centre de soins, accès à l’eau potable) se trouve renforcé. De l’autre, la presse suggère que ce programme n’a d’autre fonction que d’évincer les éleveurs de leurs terres pour mieux les céder aux firmes étrangères. Une perspective que dément formellement le gouvernement. Quoi qu’il en soit, ce qui semble sûr, c’est qu’avec l’installation progressive de ces grandes exploitations, les zones de pâturage se réduisent peu à peu, mettant ainsi en péril l’activité pastorale. A cela s’ajoute la question des salaires pour les personnes travaillant sur ces exploitations. Pour les grandes firmes, ceux-ci sont conformes aux normes nationales ; pour les travailleurs, la paye se situe bien en dessous des rémunérations promises. D’où le désarroi exprimé par l’un des éleveurs concernés par le programme de « villagisation » : «  Karuturi et le gouvernement nous avaient promis que nous aurions de meilleurs emplois, de meilleures conditions de vie, mais jusqu’à présent, ils n’ont rien fait d’autre que de nous prendre nos terres et nous réduire à une profonde pauvreté ».

Partout, le même refrain…
Ethiopie, Mali, Congo, Zambie… Quelque soit le lieu, la problématique se répète inlassablement. A l’objectif d’autosuffisance alimentaire et de modernisation de l’agriculture annoncé par les gouvernements, répondent les craintes quant à la fragilisation de la souveraineté alimentaire, le risque d’engendrer une génération de paysans sans terre ou encore l’impact sur les écosystèmes.
Au cœur du problème, la grande opacité de termes des accords passés entre les Etats et les grandes firmes. C’est ce que pointait, déjà, en 2009, le rapporteur spécial des Nations-Unies sur le droit à l’alimentation, Olivier de Schutter : « les rares accords que nous avons pu consulter sont préoccupants : longs de trois ou quatre pages au maximum, ils comportent très peu de précisions sur les obligations des investisseurs étrangers (…) les investissements dans les infrastructures, la gestion durable des ressources naturelles, toutes ces questions sont laissées au bon vouloir de l’investisseur. C’est très inquiétant ». Force est de constater que ces propos sont "on ne peut plus" d’actualité.

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences. 18 avril 2011

Lire sur ce sujet la réaction de Valentin Beauval, agronome, membre d’Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières : Cession de terres arables au Mali : "En privant les ruraux de terres, on les prive d’avenir.

Sources :
- "Planète à vendre" ou la délocalisation lucrative de l’agriculture. Romandie news, 15 avril 2011.
- Agriculture. Spéculateurs en quête de terres arables. Courrier International, The Guardian, 26 août 2010.
- Ethiopia at centre of farmland rush. John Vidal, pour The Guardian, 21 mars 2011.
- La propriété des terres agricoles, débat très vif en Ethiopie. Sur le feu, 10 avril 2011.
- Au Mali, la cession des terres crée la polémique. L’expansion/L’express, 28 février 2011.
- Zambie. Les investisseurs étrangers bienvenus. Courrier international, février 2011.
- Economie. Razzia des pays riches sur les terres arables. Courrier International, The Straits Times, 29 septembre 2009.

Alexis Marant, le réalisateur du documentaire "Planète à vendre" était l’invité, ce samedi 16 avril 2011, de l’émission "On n’arrête pas l’éco", aux côtés de l’économiste Philippe Chalmin. En savoir plus

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences  :
- Sols à cultiver, sols à préserver. Quand la terre fait l’objet de nouvelles conquêtes. Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, décembre 2008.
- La sécurité alimentaire, condition sine qua non au développement de toutes les nations. L’intervention de Thomas Lines, analyste économique, spécialiste des marchés agricoles, lors des 16e Controverses de Marciac. La Méditerranée au cœur de l’Europe : sonder les fractures, dévoiler les failles, révéler les accords
- "L’alimentation en bout de course " Les raisons de la flambée des prix agricoles mondiaux. L’intégrale de l’émission "Ça ne mange pas de pain !" diffusée en avril 2008. Avec les participations des économistes, Lucien Bourgeois et Marcel Mazoyer, et de l’historien Steven Laurence Kaplan. Télécharger l’Intégrale PDF
- Crise économique et sécurité alimentaire : les politiques agricoles ont-elles encore un avenir ?. L’intervention de Lucien Bourgeois, économiste, membre de l’Académie d’Agriculture, lors des 15e Controverses de Marciac, « L’Europe et le Monde, de crises en déprises... L’alimentation à couteaux tirés ». Télécharger la conférence PDF

Consulter le catalogue "Lutte contre la faim : analyses, décryptages, leviers d’action" publié par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h-20h) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société ». Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens. Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1] « It’s a cheap. In fact, it’s very cheap » comme le rapporte The Guardian

 

Dans cette rubrique

Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang
To be or not to be… an OGM ? (article revue de presse)
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France. Avril 2016
Pour lever un invisible social et un impensé scientifique : Les 1ères Rencontres interdisciplinaires sur le Travail Animal
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France
Nuisibles ? Approches interdisciplinaires
« Des terres et des territoires ». Récit cartographique à l’aquarelle expo et web sur les problématiques de l’agriculture : terres, eau, semences, forêt, sociétés humaines, ...
Mensuel électronique de l’Académie d’Agriculture de France
« Les antibiotiques en élevage : préjugés, réalités, avenir »
Non, tous les modèles d’agriculture n’ont pas leur place face au défi du changement climatique.
AGRONUMERICUS : Un livre pédago-TIC
Conférence : Agriculture et changement climatique
Contre la crise de l’élevage, essayez l’équitable...
Co-exister, c’est tromper ?
International : Le numérique au secours de l’@limentation et de l’@agriculture ?

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr