prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois 
Diffusion sur FMR (89.1) et par le Web, le samedi 4 juin 2016 de 8h à 9h 30
Science, éthique, économie, bien-être animal... Ferme chinoise des 1 million de vaches clonées : pourquoi c’est du bidon ?
Un entretien avec Jean-Paul Renard (biologiste) et Vincent Grégoire-Delory (éthicien)
en savoir+
Elevage, Europe, représentation syndicale et politique, éducation, recherche… Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?
Appel à contributions ouvert jusqu’au lundi 18 juillet 2016
Dans le cadre des 22èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?
Vendredi 29 et samedi 30 juillet 2016
22èmes controverses européennes de Marciac. A Marciac (Gers), au coeur du festival de jazz.
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Méditerranée - L’Algérie sous tensions. 10 février 2011
La faillite du régime algérien ? Par manque de compétences, la rente pétrolière n’est pas investie de façon suffisamment productive. (entretien original)
Un entretien avec Slimane Bedrani, économiste algérien

Interviewé fin janvier par la Mission Agrobiosciences sur le climat social en Algérie, à la lumière des révoltes des pays arabes, le chercheur en économie algérien, Slimane Bedrani, affirmait que le calme régnait alors, mais que le pouvoir scrutait d’un œil très attentif la déstabilisation à l’œuvre dans les pays voisins, et qu’il en tirerait certainement des conclusions. Ce qu’il commença à faire sans trop attendre.
Rappelons qu’en début d’année, plusieurs régions d’Algérie ont été le siège d’émeutes provoquées par la flambée des prix des denrées alimentaires (faisant 2 ou 5 morts selon les sources, et plusieurs centaines de blessés), et que le nombre de décès par immolation, depuis la mi-janvier se monte à trois (sans compter les tentatives ratées).
Comme annoncé par Slimane Bedrani, donc, le jeudi 3 février 2011, le président Abdelaziz Bouteflika, conscient de l’affaiblissement du régime, annonçait la prochaine levée de l’état d’urgence, en vigueur dans le pays depuis 1992, la mise en place de plusieurs mesures en faveur des libertés, notamment plus d’ouverture pour l’opposition, en particulier au travers de la radio et de la télévision publiques. Las, la grogne monte.
Le 8 février, le personnel paramédical algérien des hôpitaux publics et des polycliniques se mettait en grève illimitée, sur la base de revendications socioprofessionnelles. Et puis, à venir, ce samedi 12 février, où tous les regards seront suspendus sur Alger. La Coordination nationale pour le changement et la démocratie maintient, en effet, la manifestation pourtant interdite dans la capitale.
Dans cette interview, Slimane Bedrani revient sur la situation tunisienne et explique en quoi le contexte algérien est différent. Surtout, il pointe le déficit de compétences au sommet de l’Etat et le manque d’efficacité dans l’investissement de la rente pétrolière, qui conduit à un retard de développement du pays. Et à des aberrations comme l’embauche de main d’œuvre chinoise pour la construction de logements alors que, selon des rapports du FMI et de l’OCDE, le taux de chômage du pays reste incroyablement élevé (13,8% en 2007) par rapport aux pays en transition et ceux de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (Mena).

 

Mission Agrobiosciences. Comment réagissez-vous aux événements qui se déroulent actuellement en Tunisie et en Egypte ?
Slimane Bedrani. Avec optimisme ! Cela prouve que l’aspiration à la liberté finit toujours par l’emporter, même si les peuples ou certains groupes sociaux subissent, longtemps, une oppression. Je pense quand même, particulièrement, aux femmes qui restent dans une situation de soumission très forte, dans les pays musulmans. J’espère qu’un jour, elles aussi, seront libérées du patriarcat, du moins sous sa forme actuelle. J’ai l’impression que nombre de mes concitoyens, moi le premier, sont étonnés. Nous pensions que, comme en Algérie, il pourrait y avoir des manifestations à cause du manque de logements, pour telle injustice. Mais nous ne pensions pas que les populations tunisiennes et égyptiennes se soulèveraient pour des raisons politiques. Pour changer de dirigeants. Ma crainte : est-ce que cela va vraiment durer ? Regardons la géopolitique de la région. Je crois beaucoup à la puissance du lobby israélien, fortement soutenu par les Etats-Unis. Franchement, la démocratie dans les pays arabes arrange-t-elle, à moyen et long terme, Israël et les Américains ? Je n’en suis pas sûr. Des pays arabes démocratiques défendraient les Palestiniens de façon beaucoup plus vigoureuse.

Quel est le climat actuel en Algérie ? Il y a eu, il y a, des émeutes, des immolations, des grèves, des manifestations…
C’est vrai, il y a eu en début d’année des manifestations et des émeutes dans de nombreuses villes algériennes, des grandes et des petites, certes plus importantes que les précédentes. Mais je me permets de relativiser ce phénomène, qui n’est pas vraiment nouveau, en Algérie. Car ce qui différencie vraiment notre pays du Maroc et de la Tunisie, par exemple, c’est que, depuis la fin des années 80, des émeutes et des manifestations se tiennent quasiment toutes les semaines, dans un coin ou un autre du pays. Pourquoi ? C’est un effet « positif » de la décennie noire que nous avons connue : la population algérienne n’a plus peur du pouvoir, comme les Tunisiens craignaient Ben Ali et sa police. Supposons que, chez nous, des logements soient construits pour les classes démunies et que la population constate qu’il y a eu des magouilles dans l’attribution des logements. Ils font immédiatement une manifestation, bloquent les routes, enflamment des pneus, caillassent les infrastructures publiques, etc. Et cela dure depuis les années 90.

Cependant, l’influence, le souffle des révoltes voisines est-il palpable ? Auprès des jeunes, des élites ?
L’influence, oui, mais pas la contagion comme on a pu l’entendre, qui fait penser à une maladie. Là il n’y a pas de maladie, au contraire ! Alors oui, bien sûr, l’influence se fait sentir, en particulier sur la jeunesse et les élites qui aspirent à une plus grande liberté, même si la liberté d’expression écrite a toujours été beaucoup plus importante en Algérie, qu’elle ne l’était en Tunisie. Reste que la télévision et la radio publiques [1] continuent de fonctionner comme sous Ben Ali. Elles sont étroitement surveillées, aux ordres des dirigeants.
Et puis, nos élites trouvent que le niveau atteint par la corruption freine le développement du pays. D’un autre côté, il y a deux ou trois mois, le salaire des enseignants du supérieur a été doublé en Algérie. Les élites profitent, donc, de la redistribution de la rente pétrolière, ce qui les rend moins revendicatives.
Pour continuer la comparaison avec la Tunisie, les classes moyennes n’étaient pas si mal loties que cela sur le plan économique. Par exemple, jusqu’à aujourd’hui, les enseignants tunisiens ont toujours été bien mieux payés que leurs collègues algériens. Reste qu’une fois atteint un certain niveau de revenus, les gens aspirent à autre chose qu’à se remplir le ventre. A parler. A ce propos, je vais vous raconter une blague qui circule en Tunisie et en Algérie depuis au moins une trentaine d’années, depuis l’époque de Boumediene et de… Ben Ali. C’est l’histoire du chien algérien, qui va en Tunisie, et du chien tunisien, qui se rend en Algérie, qui se rencontrent à la frontière... Le chien algérien demande au chien tunisien ce qu’il vient faire en Algérie : « Tu es bien gras. Ici, tu vas crever de faim. » Le chien tunisien lui répond : « Je suis peut être en bonne santé, un peu gras, mais je viens en Algérie pour aboyer un peu. ». Les Tunisiens avaient un grand besoin de s’exprimer…

Le contexte est donc différent. Et puis, en Tunisie, la révolte est partie du monde rural. Sans oublier de rappeler, que les revenus des énergies fossiles rapportent quelque 174 milliards d’euros à l’Etat algérien. Le problème n’est donc peut-être pas tant l’argent que la redistribution des richesses ?
Oui, et je crois que la situation est particulière à la Tunisie, et je ne pense pas que le même schéma puisse se reproduire en Algérie ou dans un autre pays arabe. En Egypte par exemple, les émeutes sont urbaines ce qui, sociologiquement, est beaucoup plus compréhensible, les ruraux étant, en général, plus conservateurs. Mais je crois que la grande faillite du régime algérien, c’est son incapacité à produire un développement qui réponde aux demandeurs d’emploi. Alors, certes, il y a de l’argent et le régime algérien est suffisamment responsable pour redistribuer une partie de cette rente, qui ne part pas uniquement dans des comptes en Suisse et de pays occidentaux. Elle a d’ailleurs été relativement bien redistribuée en milieu rural. Malgré la suppression des subventions des prix à la production pour un certain nombre de produits, sauf les céréales et le lait, au cours des vingt dernières années, l’agriculture a été quand même relativement subventionnée, surtout pour des investissements dans des infrastructures comme les routes, les dispensaires, le creusement de puits, les forages, l’outillage et les machines agricoles, les chambres froides, les équipements d’irrigation localisée ou d’aspersion… même si c’est encore insuffisant, à mon avis. Et puis, l’électricité est quasiment généralisée sur l’ensemble du territoire rural.
Dans le moindre coin perdu des campagnes d’Algérie, on trouve des lignes électriques. Sauf, qu’elles ne pas rentabilisées. C’est flagrant ! Quand une quinzaine de poteaux électriques alimentent les trois ou quatre pièces d’une petite ferme dans un coin perdu, on se demande pourquoi ce gaspillage ?
Alors certes, il existe une redistribution de la rente pétrolière par différents canaux, mais de façon générale elle n’est pas investie de façon très productive. Par exemple, nous sommes en train de dépenser des milliards de dollars pour réaliser l’autoroute Est-Ouest. Cette infrastructure est utile, mais au lieu de profiter de cette opportunité pour créer des industries et des services dédiés à la réalisation de ce grand ouvrage, nous importons tout de l’étranger, du fer, une partie du ciment, y compris de la main-d’œuvre. Nous en avions parlé aux Controverses de Marciac l’été dernier. L’Algérie importe de la main d’œuvre chinoise, pour construire les logements. Ce n’est pas normal. Je pense que cette façon de procéder est due en grande partie au fait qu’un régime autoritaire s’entoure de personnes qui ne sont pas les plus compétentes. Avec une telle rente pétrolière, n’importe qui, et surtout des amis, peuvent être mis en place à des postes de responsabilités, même s’ils sont incompétents. Et cela retarde énormément le pays.

Propos recueillis par Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences

Lire les autres entretiens réalisés par la Mission Agrobiosciences sur la révolution tunisienne et sa possible contagion :
- Qui sème le vent, récolte l’émeute, la revue de presse de la Mission Agrobiosciences à propos du retour des émeutes de la faim, du 6 janvier 2011
- Tunisie : Pourquoi c’est à Sidi Bouzid que tout a commencé.... Entretien avec Mohamed Elloumi, agro-économiste à l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT). 18 janvier 2011.
- "La société civile algérienne est en colère mais épuisée. Ses élites ont été décapitées.". Entretien avec Omar Bessaoud, enseignant-chercheur à l’Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier dans le domaine des « Sociétés rurales et ingénierie du développement. 24 janvier 2011.
- De la Tunisie vers l’Egypte, la Jordanie ou la Syrie ? La perspective d’une « contagion » révèle le lien arabe mais ne saurait masquer les différences. Entretien avec Pierre Blanc. Rédacteur en chef de « Confluences Méditerranée » et enseignant-chercheur en géopolitique. 27 janvier 2011.
- Les révoltes au sud de la Méditerranée au prisme de la sécurité alimentaire. Quelles perspectives pour l’Europe et l’Union pour la méditerranée ?. Entretien avec Sébastien Abis, Administrateur au Secrétariat Général du Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM). 7 février 2011.

Accéder à toutes nos publications sur la Méditerranée

A propos des lignes de tensions qui traversent le bassin méditerranéen, on peut lire les publications de la 16ème Université d’Eté de Marciac "La Méditerranée au coeur de l’Europe : sonder les fractures, dévoiler les failles, révéler les accords" :
- Sécurité alimentaire du bassin méditerranéen : un deal gagnant-gagnant est possible entre les pays du Sud et ceux du Nord. Par Slimane Bedrani, économiste algérien
- Union pour la Méditerranée : comment les inacceptables communs des opinions publiques sont aussi de puissants facteurs de cohésion. Par Emmanuel DUPUY, chercheur Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM), chargé de mission Secrétariat d’Etat à la défense et aux Anciens combattants.
- Le pourtour des regards : de quelle Méditerranée se réclame-t-on ?. Une table ronde avec Selma Tozanli, Omar Bessaoud, Mohamed Elloumi et Jean-Sylvestre Mongrenier. Télécharger le document PDF
- Méditerranée : le pourtour des fractures. Par Barah Mikail, directeur de recherche à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques. Télécharger le document PDF
- Le rêve méditerranéen, une vision aveuglante ? Une table ronde avec Henry Laurens, historien, et Salam Kawakibi, chercheur en sciences politiques. Télécharger le document PDF
- Le bréviaire géographique de la Méditerranée. Par Michel Foucher, Professeur à l’école normale supérieure de Paris.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h-20h) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société ». Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens. Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1] Au moment de l’interview, le 27 janvier, le président Bouteflika n’avait pas encore annoncé une ouverture de la radio et de la télévision publiques.

 

Dans cette rubrique

La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Mai 2016
Numérique : Pour une politique spécifique aux territoires ruraux
Adaptation au changement climatique et atténuation des gaz à effet de serre : comment favoriser la mobilisation des agriculteurs ?
L’accès à l’internet haut débit doit être considéré comme un besoin social fondamental.
Des « tiers-lieux » à la campagne : quels univers de justification ?
"Si je m’intéresse davantage à une politique de petits pas, il n’est pas inutile de penser la rupture". Publication originale. 14 décembre 2015
Nos agricultures paysannes réussissent, là où les OGM ont échoué
AVERTISSEMENT
Boeuf en Inde, porc en France : à propos d’une bien illusoire et trompeuse identité alimentaire nationale (publication originale)
Crise de l’élevage : enlevez les oeillères !
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Avril 2015
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Mars 2015
Le sol, une ressource (interview filmée)
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Février 2015
Agroforesterie moderne en France : les verrous culturels, économiques et agronomiques

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr