prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
Les Controverses européennes de Marciac
Café-débat à Marciac
Le Café de l’Agriculture
Nos publications
Chroniques "Le pas de côté"
En collaboration
Nos sélections
Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques.
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois 
Elevage, Europe, représentation syndicale et politique, éducation, recherche… Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?
Appel à contributions ouvert jusqu’au lundi 18 juillet 2016
Dans le cadre des 22èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?
Vendredi 29 et samedi 30 juillet 2016
22èmes controverses européennes de Marciac. A Marciac (Gers), au coeur du festival de jazz.
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Méditerranée. 27 janvier 2011
De la Tunisie vers l’Egypte, la Jordanie ou la Syrie ? La perspective d’une « contagion » révèle le lien arabe mais ne saurait masquer les différences. (Entretien original)
Un entretien avec Pierre Blanc. Rédacteur en chef de « Confluences Méditerranée » et enseignant-chercheur en géopolitique.
JPEG - 4.9 ko
Pierre Blanc

« Contagion », voilà le mot clé répété de toutes parts à propos de la révolution tunisienne. Une idée qui révèle en partie notre vision d’un Monde Arabe qui serait uniforme. Interrogé « à chaud » par la Mission Agrobiosciences, le rédacteur en chef de la revue « Confluences Méditerranée », Pierre Blanc, relève effectivement la force du lien arabe, une grande connexion des populations par le biais médiatique et la force d’entraînement des réseaux sociaux ainsi qu’une similitude de difficultés. Mais l’idée univoque d’un effet de « contagion » de la révolution tunisienne à tout le Maghreb et au Proche Orient ne saurait masquer les différences d’un espace national à l’autre. Pierre Blanc nous propose ce nécessaire éclairage entre les raisons de la détestation mais aussi les arguments de légitimité des régimes en place, les différences d’impact de la question palestinienne, la disparité des liens de chacun avec les USA ou l’Europe… Un maillage complexe qui distingue les fils d’hypothétiques « contagions ». Au cœur de ce contexte en ébullition : la sécurité alimentaire. Si Pierre Blanc doute que ces régimes joueraient actuellement la sécurité alimentaire en échange de la perpétuation des dictatures - selon lui, ils continueront plutôt d’asséner « c’est nous ou le chaos politique » autrement dit l’islam politique -, il fait en revanche de la sécurité alimentaire une question déterminante pour d’éventuelles démocraties.

 

De la Tunisie vers l’Egypte, la Jordanie ou la Syrie ?… La perspective d’une « contagion » révèle le lien arabe mais ne saurait masquer les différences.

Mission Agrobiosciences. A propos de la révolution tunisienne, on parle d’une "contagion" possible dans les autres pays du monde arabe, ce qui laisse entendre que les situations sont similaires et que Le Caire pourrait basculer à son tour. Quel est votre point de vue à ce propos ?
Pierre Blanc.On est dans un moment très étonnant, peut-être historique : l’intellectuel libanais, Samir Kassir, avait pu parler de malheur du monde arabe pour souligner la profondeur de son sommeil dans la nuit de l’autoritarisme et de la corruption. Et puis, le désespoir exprimé par l’immolation de Mohamed Bouazzani est venu déclencher une trajectoire d’espoir dont on ne connaît ni l’issue, ni l’ampleur.
En tout cas, il est un fait que la contagion est bien à l’œuvre dans le monde arabe. Les manifestations mais aussi les immolations et les affrontements touchent pratiquement tous ces pays. Cette lame de fond souligne la grande connexion des populations arabes par le biais médiatique : le rôle d’Al-Jazira n’est plus à démontrer mais on découvre aussi la force d’entraînement des réseaux sociaux. En outre, il est indéniable que si cette connexion médiatique permet ce phénomène d’entraînement, celui-ci est lié également à la force du « lien arabe » qui continue d’exister en dépit des divisions – parfois très lourdes - qui traversent la région. Cependant, il importe surtout de souligner que si les populations de cette zone s’identifient au mouvement tunisien, c’est bien parce qu’elles subissent peu ou prou les mêmes difficultés : le chômage, la cherté de la vie, l’arbitraire policier et la clôture plus ou moins consacrée du champ politique.
Par rapport à l’Egypte, qui compte plus de 80 millions d’habitants, il est indéniable que les regards sont tournés vers elle parce que c’est un grand pays à l’aune régionale. Qu’observe-t-on en ce moment ? Des manifestations se produisent au Caire mais également dans les villes du delta, de Haute-Egypte et de la côte. Aussi, y a-t-il un réel contraste avec le quasi plébiscite du PND [1] de Moubarak aux dernières élections législatives d’il y a moins de deux mois…Le feu couve donc. Mais la situation de ce pays est somme toute différente de celle de la Tunisie. En particulier, l’armée semble très liée au parti au pouvoir, ce qui n’était pas le cas en Tunisie. Mais quand le peuple s’emballe, ces considérations peuvent vite être balayées. Ne perdons pas de vue que la corruption y est galopante, les inégalités profondes avec notamment une fonction publique paupérisée et une paysannerie souvent disqualifiée, les infrastructures manquent et le régime y est clairement policier.
Même si l’Egypte n’a plus le rôle central qu’elle avait dans le monde arabe, il ne fait aucun doute qu’une révolution, si elle s’y produit, aura des retombées encore plus lourdes sur la région, ne serait-ce que parce que c’est le géant régional.

Derrière ce terme de contagion… N’y a-t-il pas là l’idée, peut-être naïve, que le Monde arabe serait, sinon uniforme, mais en tout cas inscrit dans les mêmes réalités du Maghreb au Moyen-Orient ? Quelles sont selon-vous les grandes distinctions propres à chaque pays, que l’on retrouve dans le Maghreb, en Egypte, en Syrie ou encore en Jordanie ?
Puisqu’on parle de contagion, une chose est de se transmettre, une autre chose est de s’implanter massivement. Or, effectivement, la situation politique est différente d’un espace national à un autre, ce qui rend les opinions plus ou moins perméables. Il y a des régimes clairement honnis, c’était le cas de la Tunisie, c’est sans doute le cas de l’Algérie et de l’Egypte, tandis que pour d’autres – je pense au Maroc et à la Jordanie – la légitimité monarchique semble édulcorer quelque peu les oppositions. Mais même dans ces cas, on peut aussi se poser la question de savoir si cette légitimité est à ce point ancrée. Dans le cas de la Syrie, c’est encore différent : le président tient sa légitimité de sa promotion des « minoritaires » et des secteurs aisés du sunnisme, tous très inquiets de l’islam politique.
Si on prend du recul par rapport à l’ensemble de la région, on constate que le niveau de détestation des élites semble conditionné par la perception de la corruption, surtout dans un contexte de stagnation économique. Or, force est d’admettre que les pouvoirs n’affichent pas leurs forfaitures avec la même « transparence ». Par ailleurs, le niveau d’éducation semble jouer sur le degré de tolérance à cette corruption.

Quelles sont selon-vous les différences d’un point de vue géopolitique ?
En cette période où l’on a tendance à tout globaliser, il serait erroné de masquer les différences géopolitiques entre tous ces pays. Par exemple, la grande question arabe – à savoir la question palestinienne – n’affecte pas les pays du Machrek [2] avec la même acuité que ceux du Maghreb. Sur cette question, l’Egypte, la Syrie, le Liban et la Jordanie sont très liés aux évolutions du conflit, ce qui donne un poids réel aux militaires : l’Egypte parce que la Bande de Gaza – prison à ciel ouvert - jouxte son territoire, la Jordanie parce qu’elle compte 60 à 70% de Palestiniens, le Liban parce que ce pays fragile abrite des camps eux-mêmes instables et que le Hezbollah a mis le soutien aux Palestiniens en priorité dans son agenda, la Syrie parce qu’Israël occupe le Golan et qu’elle a fait du soutien aux Palestiniens un soutien plus rhétorique qu’effectif. Sur la question irakienne, le clivage est le même entre Machrek et Maghreb, pour des raisons de proximité géographique mais également parce que la composition de certains Etats du Machrek (Syrie et Liban) emprunte à la mosaïque irakienne, avec notamment la présence de Chiites aux côtés des Sunnites.
Le système de relations est également un peu différent : quand l’Egypte regarde surtout vers les Etats-Unis avec ce que cela comporte comme incompréhension dans l’opinion publique, le Maghreb regarde davantage vers l’Europe.
Une autre différence entre les deux espaces réside dans la proximité géographique du Golfe qui irrigue davantage les économies du Machrek que celles du Maghreb mais qui concourt également plus à leur Wahhabisation, comme en Egypte où la prégnance de l’islam politique s’explique aussi par cette influence.
En ce qui concerne l’islam politique, agité comme la grande menace par les dirigeants actuels, là aussi la réalité est différente d’un pays à l’autre. Son influence est difficilement mesurable dans certains pays du silence – la Syrie et la Libye – où les islamistes sont clairement pourchassés. En Egypte, les frères musulmans n’ont pas de sièges au parlement parce qu’ils ont boycotté les dernières élections mais ils en avaient 85 dans la dernière assemblée et les salafistes sont bien implantés. Ailleurs (en Jordanie, au Liban, au Maroc, en Palestine jusqu’en 2007), ils sont plus ou moins intégrés dans le jeu politique, ce qui les conduit à devoir composer. Est-ce là la preuve que le meilleur service rendu aux islamistes est de les exclure ? En tout cas, il faut faire confiance aux sociétés civiles pour résister à leur influence.

Les événements Tunisiens peuvent-ils déjà influer pour pousser les politiques de développement en cours en Egypte, en Jordanie, en Syrie ?
Il est trop tôt pour le dire. Pour l’heure, les gouvernements tentent d’éteindre les incendies en procédant à des mesures conjoncturelles de subventionnement des produits de première nécessité. Au-delà de ces mesures, il est indéniable qu’il y a l’urgence d’un développement équilibré. La croissance est une réalité dans la plupart des pays – en tout cas avant la crise économique commencée en 2008 – mais elle est trop liée à l’économie pétrolière, y compris dans les pays qui ne produisent pas de pétrole mais qui profitent des retours des migrants et de l’investissement des pétrodollars. Il y a donc un besoin d’équilibrer le développement entre secteurs avec la nécessité de promouvoir les activités productives plutôt que l’économie de rente.
En outre, dans les trois pays que vous citez, il y a besoin d’un développement harmonieux entre catégories sociales mais également entre territoires. La révolution de Jasmin a montré la détermination des populations de certaines zones éloignées des dynamiques de développement, c’est-à-dire les régions les plus éloignées des littoraux. Or force est de constater que le mal-développement affecte toutes les régions intérieures en Egypte (la Haute-Egypte), en Jordanie (les régions méridionales et orientales) et en Syrie (la Djézireh). Mais c’est le cas dans tout le monde arabe. Dans la plupart des pays, du Maghreb au Machrek, le soutien à l’agriculture apparaît comme un vecteur indéniable de lutte contre les disparités territoriales.

La sécurité alimentaire n’est elle pas l’un des arguments clés des régimes en place pour repousser toute idée de démocratisation ?
On a pu parler effectivement de despotisme oriental pour les sociétés asiatiques où effectivement la force de l’Etat s’expliquait par le besoin d’une réponse d’ampleur, collective et coordonnée, aux problèmes posés par la nature, en particulier les problèmes hydriques. Je ne vois pas ce mécanisme à l’œuvre dans le monde arabe. Quant au fait que les pays arabes joueraient la sécurité alimentaire en échange de la perpétuation de la dictature, il est difficile de voir cela dans les discours publics. Plutôt que « c’est nous ou le chaos alimentaire », ce serait plutôt « c’est nous ou le chaos politique » autrement dit l’islam politique. Mais là encore, d’un pays à l’autre cet argument est plus ou moins utilisé.

La sécurité alimentaire restera-t-elle l’un des défis les plus difficiles à relever pour les éventuelles démocraties ? Elle pourrait aussi les faire tomber...
Il est clair que cette question est déterminante. L’insécurité alimentaire vient de la double caractéristique des pays arabes : ils sont très nettement importateurs de produits de base et les pauvres sont très nombreux. Des politiques de subvention aux produits de base cherchent à résoudre la question de l’accès pour les plus pauvres. Mais on voit bien que la réponse est partielle car quand les prix flambent, les populations les plus pauvres se portent sur les produits subventionnés et délaissent les autres au risque d’un déséquilibre alimentaire. Par ailleurs, avec la flambée des prix, ce sont les budgets publics qui en pâtissent.
Pour les pays arabes, le défi en termes de sécurité alimentaire est donc de faire reculer la pauvreté et d’accroître l’offre alimentaire. Il semble que sur ce dernier point, des marges de manœuvres existent encore mais plus ou moins importantes en fonction des pays arabes. Il est clair que le Maroc a plus de possibilité que la Jordanie. Dans l’ensemble quand même, le monde arabe manque d’eau et de terres.

En cas de démocratisation (hypothétique), quelles seraient les priorités pour relever ces défis agricoles au Moyen-Orient ? Avec qui ? Selon quels types de coopération ?
Les pays arabes ont mis la question agricole en priorité de leurs agendas dans les années 60 avec d’ambitieuses réformes foncières et de grands ouvrages hydrauliques. Puis dans les années 80, la plupart des pays de la région ont cherché à promouvoir un modèle libéral fondé sur les avantages comparatifs : on exporte ce qu’on sait faire de mieux à partir d’unités de production performantes et on cherche à traiter les autres – la grande majorité – par des accompagnements sociaux (dans le meilleur des cas) en espérant que la pompe aux emplois des autres secteurs se déclenche. Or, ce modèle n’a pas fonctionné. L’insécurité alimentaire n’a pas reculé, les ressources ne sont pas mieux utilisées, et l’agriculture de survie s’est étendue en l’absence de possibilités de sortie vers des les autres secteurs. On voit ainsi que la réponse en termes de développement agricole dépend du dynamisme des autres secteurs. Mais bien sûr, on ne peut pas tout attendre de cela parce que le « déversement démographique » n’est pas forcément réalisable à court terme, et il n’est pas souhaitable d’ailleurs, en tout cas pas dans des proportions qui pourraient accroître le déséquilibre territorial des pays arabes.
Pour ce qui est du développement agricole lui-même, il est évident qu’il faut remettre dans le jeu beaucoup d’exploitations disqualifiées, peut-être en leur reconnaissant d’autres missions que celle de produire mais également en leur facilitant l’accès aux financements dont elles sont encore trop souvent exclues.
Par ailleurs, dans une région qui manque d’eau et de terre, à défaut d’avoir une agriculture auto-suffisante, on peut rationnaliser encore l’usage des ressources. C’est une autre priorité : produire plus sans doute, mais produire mieux certainement.
La coopération dans le domaine scientifique et du développement rural est bien sûr à promouvoir. De même sur la question alimentaire, la gravité de la situation impose un devoir de solidarité du Nord, notamment sur la question de l’affectation de surfaces agricoles vers les biocarburants alors que la rive Sud manque de blé. Mais sans doute faut-il aller plus loin en pensant les politiques céréalières à l’échelle méditerranéenne.

Entretien réalisé par Jean-Marie Guilloux, Mission Agrobiosciences. 27 janvier 2011

A propos de la Révolution tunisienne et sa possible "contagion", on peut lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences :
- Qui sème du vent, récolte l’émeute. Revue de presse de la Mission Agrobiosciences, 6 janvier 2011.
- Tunisie : pourquoi c’est à Sidi Bouzid que tout a commencé…. Entretien avec Mohamed Elloumi, agro-économiste à l’Institut national de la recherche agronomique de Tunisie (INRAT). 18 janvier 2011.
- "La société civile algérienne est en colère mais épuisée. Ses élites ont été décapitées.". Entretien avec Omar Bessaoud, enseignant-chercheur, 24 janvier 2011.

Accéder à toutes nos publications sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques

Accéder au site de la revue "Confluences Méditerranée"

A propos des lignes de tensions qui traversent le bassin méditerranéen, on peut lire les publications de la 16ème Université d’Eté de Marciac "La Méditerranée au coeur de l’Europe : sonder les fractures, dévoiler les failles, révéler les accords" :
- Sécurité alimentaire du bassin méditerranéen : un deal gagnant-gagnant est possible entre les pays du Sud et ceux du Nord. Par Slimane Bedrani, économiste algérien
- Union pour la Méditerranée : comment les inacceptables communs des opinions publiques sont aussi de puissants facteurs de cohésion. Par Emmanuel DUPUY, chercheur Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM), chargé de mission Secrétariat d’Etat à la défense et aux Anciens combattants.
- Le pourtour des regards : de quelle Méditerranée se réclame-t-on ?. Une table ronde avec Selma Tozanli, Omar Bessaoud, Mohamed Elloumi et Jean-Sylvestre Mongrenier. Télécharger le document PDF
- Méditerranée : le pourtour des fractures. Par Barah Mikail, directeur de recherche à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques. Télécharger le document PDF
- Le rêve méditerranéen, une vision aveuglante ? Une table ronde avec Henry Laurens, historien, et Salam Kawakibi, chercheur en sciences politiques. Télécharger le document PDF
- Le bréviaire géographique de la Méditerranée. Par Michel Foucher, Professeur à l’école normale supérieure de Paris.

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens. Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1] Parti National Démocratique

[2] Maghreb : Le Maghreb désigne les pays du soleil couchant (Occident se dit maghrib en arabe) par opposition au Machrek, pays du soleil levant.

 

Dans cette rubrique

La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Mai 2016
Numérique : Pour une politique spécifique aux territoires ruraux
Adaptation au changement climatique et atténuation des gaz à effet de serre : comment favoriser la mobilisation des agriculteurs ?
L’accès à l’internet haut débit doit être considéré comme un besoin social fondamental.
Des « tiers-lieux » à la campagne : quels univers de justification ?
"Si je m’intéresse davantage à une politique de petits pas, il n’est pas inutile de penser la rupture". Publication originale. 14 décembre 2015
Nos agricultures paysannes réussissent, là où les OGM ont échoué
AVERTISSEMENT
Boeuf en Inde, porc en France : à propos d’une bien illusoire et trompeuse identité alimentaire nationale (publication originale)
Crise de l’élevage : enlevez les oeillères !
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Avril 2015
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Mars 2015
Le sol, une ressource (interview filmée)
La lettre électronique de la Mission Agrobiosciences. Février 2015
Agroforesterie moderne en France : les verrous culturels, économiques et agronomiques

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr