prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
La Conversation de Midi-Pyrénées
Université des lycéens
Propos Epars
Diffusion sur Radio FMR
Les billets
Les entretiens
Les chroniques
Publications
En collaboration
Nos Sélections
Culture scientifique en Midi-Pyrénées
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois 
Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?
Vendredi 29 et samedi 30 juillet 2016
22èmes controverses européennes de Marciac. A Marciac (Gers), au coeur du festival de jazz.
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Le billet de la Mission Agrobiosciences. Octobre 2009
Le diable se cacherait-il (aussi) dans les proximités ? (billet)
Par Jean-Claude Flamant, Mission Agrobiosciences
JPEG - 1.5 ko
Jean-Claude Flamant

La consommation engagée, tout particulièrement l’approvisionnement en proximité ou encore l’achat de produits issus du commerce équitable, semble avoir le vent en poupe. Portés par des valeurs "citoyennes", ces modes de consommation, visant à aider les petits producteurs, auraient, par ailleurs, bien d’autres qualités. Ainsi, par exemple, s’approvisionner en proximité permettrait de réduire, en limitant les transports, l’émission de gaz à effet à serre, notamment celle de CO2. Qu’en est-il dans le faits ? Et quels freins ces nouveaux modes de consommation rencontrent-ils ? Jean-Claude Flamant mène l’enquête dans ce billet de la Mission Agrobiosciences.

 

Le diable se cacherait-il (aussi) dans les proximités ?
Le billet de Jean-Claude Flamant

"Plus que jamais, avec la crise économique, les consommateurs privilégient les "prix bas". Une tendance "lourde" qui ne doit pas empêcher de percevoir que de nouveaux types de comportements prennent actuellement de la consistance : s’approvisionner "en proximité" et acheter des produits du commerce équitable. Ils ont comme point commun d’être portés par des valeurs "citoyennes" contestant le prix comme seule référence. Un écho aux analyses de Robert Rochefort, directeur du CREDOC, dans son ouvrage « Bon consommateur, mauvais citoyen » [1].
Certes leur poids est encore négligeable, qu’il s’agisse des fruits et légumes dans les "paniers" de type "AMAP", ou encore du café, thé, chocolat et autres produits tropicaux pour le commerce équitable. Mais si leur progression se confirmait, ils pourraient infléchir l’économie des chaînes alimentaires ; une consommation « engagée » dont le marketing ne manquera pas de se saisir si la tendance venait à se confirmer. Ces comportements émergents ont en commun de vouloir aider les petits producteurs sur la base de rapports contractuels impliquant les mangeurs, mais ils divergent sur le fait que l’un privilégie les producteurs proches, tandis que l’autre concerne ceux de contrées lointaines. Le "diable" se cache dans les détails, on le sait ! Mais se cacherait-il aussi dans les proximités géographiques ? Enquête...

Une manière de consommer plus à même de lutter contre le réchauffement climatique ?

Tout d’abord, s’approvisionner en proximité permettrait de réduire les émissions de CO2. Alors que les médias se font le relais du changement climatique qui nous menacerait inéluctablement, l’ADEME [2] élabore des indicateurs d’émission de CO2 par produit - "l’étiquette carbone" - qui pourraient apporter aux consommateurs un référentiel complémentaire à celui du prix pour guider leur choix. Mais qu’en est-il du comportement des consommateurs eux-mêmes ? D’où la question : se déplace-t-on moins en achetant ponctuellement ses fruits et légumes chez un producteur local plutôt qu’en réalisant l’ensemble des achats ménagers dans une grande surface ? Pas évident souligne Sylvie Brunel dans son ouvrage « A qui profite le développement durable ? » [3]. Elle remarque notamment [4] : « Se servir chez les petits détaillants et producteurs multiplie les déplacements. Surtout si, croyant bien faire, vous allez chercher directement vos produits à la ferme. Le bilan énergétique entre les deux modes d’approvisionnement penche en réalité en faveur de l’hypermarché qui concentre en un seul lieu la totalité des produits et s’approvisionne lui-même en jouant sur les économies d’échelle ».
Paradoxe ! Quant aux produits provenant de pays lointains - c’est évidemment le cas des produits du commerce équitable - les dépenses en énergie fossile seraient fortement minimisées par le recours aux modes de transport par bateau plutôt que par avion ou camion quoique plus rapides. Alors, avantage aux produits frais de proximité ou non ? La réponse n’est pas aussi évidente.

Quelle coexistence avec les rythmes de la vie moderne ?

Notre santé trouverait aussi son compte dans la consommation de proximité, avec des régimes alimentaires plus diversifiés d’une saison à l’autre, plus en harmonie avec les rythmes naturels, mettant notamment l’accent sur les fruits et légumes et, ceci, en accord avec les recommandations de consommation du PNNS [5]. Donc tout bénéfice. Le prix à payer est celui d’un abonnement de quelques mois auprès d’un producteur de "paniers" hebdomadaires de fruits et légumes. Mais là encore il y a une limite : celle des exigences en temps de préparations culinaires à l’échelle familiale, plus élevées que si l’on a recours à des produits déjà préparés. Voilà donc une option citoyenne confrontée à la réalité des modes de vie de tout un chacun, avec toujours moins de temps consacré aux tâches ménagères. On peut certes décréter qu’il est nécessaire de changer les comportements mais, de fait, les rythmes quotidiens donnent moins de place à la cuisine, même si les consommateurs en rêvent en regardant les émissions de télévision qui magnifient les vertus de la gastronomie.

Un mode d’approvisionnement moins anxiogène ?

Autre aspect sensible, non seulement la proximité apporterait des bénéfices santé mais elle offrirait aussi une garantie contre les risques sanitaires... Ainsi, au cours des Etats Généraux de l’Alimentation, en décembre 2000, lors de la 2ème crise de la vache folle, l’idée s’était dégagée qu’un des antidotes aux crises de sécurité sanitaire des aliments consisterait à favoriser un mouvement ample de consommation de produits de proximité. Elle aurait pour vertu de réduire l’ampleur des risques sanitaires du fait des volumes plus faibles provenant de chaque producteur individuel, avec une moindre diffusion géographique que la production agroalimentaire de masse. Et, de plus, la proximité donnerait confiance. Focale sur les propos du sociologue Jocelyn Raude : il défend justement que c’est l’allongement des chaînes alimentaires qui génèrerait l’anxiété et les peurs vis-à-vis de notre alimentation.

Des liens sociaux plus étroits ?

Quatrième aspect, le possible resserrement des liens entre producteurs et consommateurs. La consommation de proximité s’opposerait efficacement à leur dilution par le mouvement généralisé de la mondialisation sans oublier, aussi, sa contribution à la gestion des territoires avec le maintien de producteurs notamment en périurbain [6]. Examinons cela de plus près.
Oui, ce mode de consommation est efficace si cette proximité se traduit par des contacts personnels étroits entre les consommateurs urbains et les producteurs. Si elle est jouée comme des occasions de dialogue à propos de la réalité des pratiques des uns et des perceptions qu’en ont les autres et, ceci, d’autant plus qu’elle est accompagnée, par exemple, de rassemblements à caractère festif comme en témoigne le développement d’initiatives du type randonnée à travers champs qui reçoivent, chaque fois, l’adhésion de plusieurs centaines de personnes au cours d’une même journée. Paradoxalement, la dispersion de l’habitat résultant des dynamiques d’urbanisation de ces trente dernières années, jugée dispendieuse en terrains agricoles et en carburants pour les déplacements quotidiens, offrirait aussi plus de possibilités de rencontres favorables aux agriculteurs producteurs que la ville "compacte". La vertu de la proximité ne résiderait pas alors dans la limitation des émissions de CO2 pour « sauver la planète », mais tout simplement en un rapprochement social entre les producteurs et les mangeurs et, aussi, dans l’encouragement fait aux petits producteurs de maintenir leurs activités sur le territoire. Mais là encore, la réalité pèse. Il y a le ressenti des habitants des lotissements proches des cultures : poussière, bruits, épandages douteux, mouches provenant des étables, odeurs... Certains urbains s’installant à proximité d’exploitations agricoles ne supportent pas ! Le dialogue ne doit pas ignorer l’existence de ces nuisances comme les possibilités de les limiter.

Qu’en est-il pour le commerce équitable ?

Retour, pour finir, aux produits du commerce équitable... Ils bénéficient d’une même image positive que la consommation de proximité alors qu’ils ont parcouru des milliers de kilomètres pour parvenir sur nos tables. Au nom de la « défense de la planète » et pour « lutter contre le changement climatique », devrions-nous alors éliminer café, thé, chocolat, voire même bananes et ananas de notre consommation quotidienne ? Certains ne sont pas loin de le préconiser. Peut-être faut-il raisonner "à l’envers". Les distances entre producteurs et mangeurs étant là structurelles pour ce type de produits, les consommateurs pourraient trouver des assurances dans les engagements contractuels qui sont à la base du commerce équitable. On le sait, les arguments favorables seraient l’existence de contrats entre des coopératives de petits producteurs et les négociants, garantissant les termes d’un cahier des charges complexe : conditions de production, prix garantis pour des quantités achetées, redistribution d’une plus value dans des projets collectifs de développement, etc. Dans la mesure évidemment où les consommateurs ont confiance dans les organismes en charge de valider ces contrats.

Et le diable dans tout ça ?... Le diable se cacherait-il (aussi) dans les proximités ? C’était ma question. Ne se cacherait-il pas en effet dans les réalités de la vie quotidienne qui, là comme ailleurs, conditionnent les comportements d’achat alimentaire des citoyens et font obstacle à la mise en œuvre de leurs bonnes intentions ?

Le billet de la Mission Agrobiosciences, par Jean-Claude Flamant, octobre 2009

Accéder à l’ensemble des billets de la Mission Agrobiosciences

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- Agriculture et Alimentation : Grandeurs et limites des circuits courts. Entretien avec Bernard Mondy, économiste, membre de l’UMR dynamiques rurales, enseignant à [l’Ecole Nationale de Formation Agronomique (Enfa). Réalisé dans le cadre de "ça ne mange pas de pain !" (anciennement Le Plateau du J’Go) le 4 juin 2007 ( Télécharger l’Intégrale en version PDF).
- La consommation engagée : mode passagère ou tendance durable ?. Entretien avec Geneviève Cazes-Valette, Professeur de marketing à l’ESC Toulouse, et anthropologue. Réalisé dans le cadre de "ça ne mange pas de pain !" (anciennement Le Plateau du J’Go) le 4 décembre 2006
- Les malheurs du mangeur : consommateur ou citoyen, faut-il choisir ?. L’Intégrale de "ça ne mange pas de pain !" de mars 2008. Au menu : lecture critique de l’ouvrage "Bon consommateur, mauvais citoyen" ; peut-on consommer en bonne conscience ? ; les mangeurs français résistent à l’obésité et les clones s’invitent dans nos assiettes.
- Les dualités de l’alimentation contemporaine. Par Jean-Pierre Poulain, socio-anthropologue de l’alimentation.
- Quels défis et quels paris pour le commerce équitable ? Le cahier du café-débat de Marciac avec Alexis Krycève, directeur marketing d’Alter Eco.
- Développement durable : une nouvelle manière d’acheter des indulgences ? L’interview de la géographe Sylvie Brunel par Jacques Rochefort dans le cadre "Ça ne mange pas de pain !" de janvier 2008 "Aïe, le retour des obscurantistes !"

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens. Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

[1] (Odile Jacob, 2007)

[2] Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie

[3] (Larousse, collection "A vrai dire", 2008)

[4] (pages 26-27)

[5] Plan National Nutrition Santé

[6] notamment dans le cadre des SCoT (Schémas de Cohérence Territoriale)

 

Dans cette rubrique

Risques, société, décision : "Les peurs peuvent-elles avoir une vertu pédagogique ?" (article original)
Prospective : des années entières dans les tourmentes ? (article original)
« Serons-nous bientôt obligés de nous priver de viande ? Et même de lait ? »
L’eau en débat à Saragosse et dans toute l’Europe. Cette quantité de débats garantira-t-elle la qualité des eaux en 2015 ? Et à quel prix ?
La SAGA des bio-agro carburants. Tirer le fil de l’histoire !
Les signaux faibles : de l’intuition à la co-construction
Le changement climatique, à la fois inéluctable et incertain ?
Cachez ces OGM que je ne saurais voir !

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr