prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
La Conversation de Midi-Pyrénées
Université des lycéens
Propos Epars
Diffusion sur Radio FMR
Les billets
Les entretiens
Les chroniques
Publications
En collaboration
Nos Sélections
Culture scientifique en Midi-Pyrénées
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois 
Diffusion sur FMR (89.1) et par le Web, le samedi 4 juin 2016 de 8h à 9h 30
Science, éthique, économie, bien-être animal... Ferme chinoise des 1 million de vaches clonées : pourquoi c’est du bidon ?
Un entretien avec Jean-Paul Renard (biologiste) et Vincent Grégoire-Delory (éthicien)
en savoir+
Elevage, Europe, représentation syndicale et politique, éducation, recherche… Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?
Appel à contributions ouvert jusqu’au lundi 18 juillet 2016
Dans le cadre des 22èmes Controverses européennes de Marciac
en savoir+
Avec quoi nous faut-il rompre pour réinventer l’avenir ?
Vendredi 29 et samedi 30 juillet 2016
22èmes controverses européennes de Marciac. A Marciac (Gers), au coeur du festival de jazz.
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Sélection d’ouvrage. Sciences société.
"Le principe responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique". Note de lecture de l’ouvrage de Hans Jonas
Par Jean-Claude Flamant, président de la Mission Agrobiosciences

« Le principe responsabilité » , l’ouvrage de Hans Jonas, fait partie de ceux qui ont eu le plus d’influence sur les évolutions de la société au cours des dernières décennies en France et plus largement dans le monde. Il n’est paru en traduction française qu’en 1991, alors que les lecteurs de langue allemande disposaient du texte original depuis 1979. Il est considéré comme ayant modifié la vision de l’humanité sur son futur et sur la conception de sa place sur terre. Par une réflexion inédite sur les transformations induites par les innovations technologiques, il est considéré comme étant l’inspirateur de concepts tels que « développement durable », « générations futures », « principe de précaution », aujourd’hui largement répandus au sein de la société. Mais qu’en est-il exactement ? Retour sur le texte trente ans après ! Une note de lecture signée Jean-Claude Flamant, Mission Agrobiosciences

 

Tout d’abord, soyons clair, cet ouvrage - 420 pages en format poche - qui a eu un grand succès d’édition, n’est pas d’une lecture facile. On pourrait même parler de « lecture douloureuse », alors qu’Hervé Kempf ressentait « une étrange sensation de fraîcheur » dans sa « Rétrolecture » parue dans Le Monde du 17 août 2008. D’abord le style n’a pas la fluidité d’un essai philosophique accessible au grand public (tel que l’offre par exemple Luc Ferry), ceci étant dû peut-être aux problèmes posés par la traduction en français d’une pensée complexe bien ajustée à la logique de construction de la phrase allemande. Quant au fond, le lecteur est saisi par la rudesse de l’argumentaire. Hans Jonas ne prend pas de gants : ce n’est pas tant la science qui pose problème, affirme-t-il, que la technologie qui en est issue parce que celle-ci a rencontré un succès remarquable et inédit. Et il nous invite de manière pressante à considérer que, paradoxalement, c’est cette réussite qui pose problème. Problème pour nos sociétés contemporaines qui doivent faire face à des risques insoupçonnés lors de l’irruption de la technologie dans tous les compartiments de la vie quotidienne, mais plus encore pour les sociétés de demain, et pour la planète elle-même par l’épuisement des ressources sur lesquelles s’est fondé ce succès. C’est la raison pour laquelle Hans Jonas s’atèle à l’élaboration des bases d’« une éthique de la société technologique  » selon des principes qui, pour lui, devraient rompre avec ceux de l’éthique traditionnelle.

Cette question de l’éthique apparaît centrale dans le raisonnement de Hans Jonas et constitue l’originalité de sa réflexion, dont se déduit ce qui fonde le concept de responsabilité. A noter qu’à aucun endroit dans le texte il n’est question de « principe de précaution », alors que l’accent est mis sur la notion de « responsabilité ». Il expose en effet que l’éthique, au sens traditionnel, régit les rapports directs entre les membres contemporains d’une société et qu’elle concerne par conséquent leurs responsabilités sur un plan interpersonnel. Notre problème, pointe-t-il avec bon sens, c’est que nos nouveaux pouvoirs technologiques sont tels qu’ils interpellent et impliquent de fait les vivants de demain, ceux des générations futures. Or, avec l’expérience des dernières décennies, nous pouvons nous douter que ces nouveaux pouvoirs pourront poser autant de problèmes que ceux que rencontrent les sociétés actuelles dus aux choix technologiques des générations antérieures. D’où une difficulté majeure, celui de l’impossible rapport avec des personnes qui n’existent pas encore et dont les besoins et les références sont inconnus. Mais Hans Jonas franchit une étape supplémentaire en posant qu’il ne s’agit pas uniquement de nos rapports aux sociétés futures mais qu’il faut aussi envisager le cas de la planète elle-même. L’éthique traditionnelle, souligne-t-il, régit « le commerce direct de l’homme avec l’homme », elle est donc fondamentalement de nature anthropocentrique. Or un tiers s’interpose, la nature. Nous ne pouvons ignorer, insiste l’auteur que, pour la première fois depuis que l’humanité existe, ses capacités d’action sur la nature, acquises au cours des dernières décennies - c’est-à-dire un bref instant à l’échelle de l’univers - ont des conséquences majeures sur notre planète et donc sur les conditions d’existence de l’humanité, «  avec l’usage d’objets inédits pour des conséquences inédites  ». Qu’en est-il alors de l’éthique de notre responsabilité vis-à-vis de la nature ? Ou d’une éthique interpersonnelle faisant intervenir la planète comme tiers ? D’où, évidemment, une critique en règle de la notion de progrès tel que celui-ci a été conçu jusqu’à présent.

Pourquoi en est-on arrivé à formuler de telles questions, inconcevables au long des siècles et des millénaires précédents ? Pour Hans Jonas, la mutation complète réalisée par l’humanité est d’être passée de la production de connaissances pour la connaissance, à une conception de la science qui s’auto-justifie par les performances de l’innovation technologique permettant d’accéder à de nouveaux domaines de progrès. Et comment cela est-il devenu possible ? Hans Jonas répond en mettant en cause les utopies qui ont surgi au cours des trois derniers siècles et il en fait longuement l’analyse pour en souligner les dangers. Deux cibles font de sa part l’objet de critiques répétées. Tout d’abord, « Le principe espérance » dû à Ernst Bloch, et auquel il fait allusion en choisissant pour titre de son essai « Le principe responsabilité ». Deuxième cible, mis en accusation, le marxisme. Peut-être faut-il noter à ce propos qu’à la date de la première édition, 1979, le marxisme domine encore l’URSS et d’autres Etats dans le monde et inspire de nombreux intellectuels, alors que l’édition française ne sera disponible qu’après la chute du Mur de Berlin et l’effondrement de l’URSS. L’utopie est dangereuse, assure l’auteur, quelle qu’elle soit, en ce sens qu’elle donne à croire en des demains toujours plus heureux grâce au progrès des sciences et aux nouvelles technologies. «  Une erreur anthropologique de l’utopie  » pour Hans Jonas. Et s’il en vient à mettre en cause l’utopie, c’est que «  la critique de l’utopie est la critique de la technique poussée à l’extrême  ». En outre, poursuit-il, «  assourdie par la bénédiction du succès à court terme, la voie de la prudence a beaucoup plus de mal à se faire entendre  ». Or ce que l’on appelle « progrès » ne peut pas être considéré comme un processus indéfini, car l’avenir de l’humanité est étroitement lié à l’avenir de la nature et de la planète, nature et planète qui pourraient être irrémédiablement modifiées voire ruinées par l’humanité. Sans aucun doute de sa part, Hans Jonas considère que la voie prise depuis deux siècles ne peut conduire qu’à «  une impasse tragique  ». Et il évoque « l’ultime veto de la nature contre l’utopie ».

Finalement, au bout de ce raisonnement implacable, la recherche scientifique en tant que production de connaissances peut-elle être d’un quelconque recours alors que c’est son articulation à l’innovation technologique qui a posé problème ? Il ne doit pas y avoir d’ambiguïté affirme Hans Jonas : « Poursuivre le risque de la connaissance est un devoir suprême ». Le progrès de la connaissance est le seul qui soit à ses yeux un progrès authentique quelles que soient ses difficultés de réalisation et alors que ses progressions se réalisent selon des démarches fragmentaires, d’où son caractère de moins en moins communicable aux profanes. Quoiqu’il en soit, la science doit changer de logique : « Une nouvelle science est requise  », accompagnée d’« une modération dans les fins contre l’immodération de l’utopie », une nouvelle science qui s’investirait tout spécialement dans la connaissance des « limites de la tolérance de la nature » en privilégiant les interactions et les systèmes complexes. Plus particulièrement, Hans Jonas énumère brièvement quatre « problèmes » qui méritent cet investissement : la nourriture, la matière première, l’énergie et le « problème thermique ultime », problèmes qui ont effectivement envahi l’actualité du monde, trente après leur formulation.

La question fondamentale, conclut-il, est celle du « rêve de l’authenticité humaine  ». C’est à ce niveau là que devrait se concevoir « Le principe Espérance », et non pas en référence à une « futurologie technologique-sociale  ». Et d’énoncer quelques principes. Tout d’abord, « l’ambiguïté fait partie de l’homme  », il est donc vain d’attendre des vérités absolues. Car, poursuit-il, la «  nature  » de l’homme est d’être « exposé au bien et au mal ». Pour appeler à « une amélioration des conditions sans l’appât de l’utopie ». C’est à l’issue de sa quête laborieuse d’une nouvelle éthique, «  pour la civilisation technologique  », qu’Hans Jonas affirme qu’il est salutaire que l’humanité ait peur : « Au principe « Espérance  », dit-il, nous opposons le principe «  Responsabilité », et non le principe « Crainte ». C’est pourquoi, il s’investit dans la promotion d’une peur, non pas la peur «  qui déconseille d’agir, mais celle qui invite à agir ». Notre peur est légitime, considère-t-il, non pas sous l’angle de notre ressenti (j’ai peur de...), mais sous l’angle de notre responsabilité (j’ai peur pour...). Et d’argumenter en conclusion : « Plus ce qui est à craindre est encore loin dans l’avenir, plus c’est éloigné de notre propre bien-être ou de notre malheur et plus c’est non familier dans son genre, plus la lucidité de l’imagination et la sensibilité du sentir doivent être délibérément mobilisés à cet effet : une heuristique de la peur qui dépiste le danger devient nécessaire  ». Un chantier ouvert pour la recherche scientifique et de nouveaux défis pour la décision politique.

Note de lecture de l’ouvrage de Hans Jonas, « Le principe responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique ». (Traduction de l’allemand et présentation par Jean Greisch ; Flammarion Champs Essais (3ème édition, 1995)), par Jean-Claude Flamant, Mission Agrobiosciences. Janvier 2009.

En complément de cette note de lecture, on peut lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences, l’article d’Olivier Godard, "Peut-on séparer de façon précoce le bon grain de l’ivraie ?". Une réflexion sur la maîtrise des risques collectifs qui propose notamment une analyse critique du "principe responsabilité" de Hans Jonas.

Lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :
- Le principe de précaution : en a-t-on vraiment pris la mesure ?". La restitution de la Conversation de Midi-Pyrénées, introduite par le philosophe et avocat, Jean-Michel Ducomte (IEP Toulouse) et l’économiste, Nicolas Treich (Lerna Inra).
- "Peut-il y avoir un apprentissage collectif du risque ?". La restitution de la Conversation de Midi-Pyrénées, introduite par Olivier Moch, directeur général adjoint de Météo France et Patrick Denoux, maître de conférences à l’Université de Toulouse-Le Mirail. Avec la réaction de Georges Mas, psychosociologue, consultant.
- « La nature du pouvoir scientifique ». Par Jean-Pierre Zalta, ancien président de la Commission de Génie Génétique du Cnrs (CGG-CNRS). Dans le cadre de la 6ème Université d’Eté de Marciac : "Biotechnologies : fascinations... interpellation" et "Être de son temps à la campagne "
- « Les Critiques de la science ». Par Alain Trousson, professeur de philosophie. Dans le cadre de la 6ème Université d’Eté de Marciac : "Biotechnologies : fascinations... interpellation" et "Être de son temps à la campagne "
- "La revanche de Prométhée, quelques réflexions sur l’idée de progrès". Par Jean-Michel Ducomte, avocat et enseignant. Juin 2002
- Développement durable : une nouvelle manière d’acheter des indulgences ?. L’interview de la géographe Sylvie Brunel par Jacques Rochefort dans le cadre "Ça ne mange pas de pain !" de janvier 2008 "Aïe, le retour des obscurantistes !"

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens. Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

 

 

Dans cette rubrique

Inscrivez-vous au Forum-débat
Le Bien-être animal, de la Science au Droit
Eté en Méditerranée : observez la Scamonée !

Quand les OGM en voient de toutes les couleurs


Les abeilles, on en parle beaucoup, et pour cause !
Je suis Charlie
Réduction, pour des raisons économiques et environnementales, de la dépendance de l’agriculture aux engrais et aux pesticides par Guillaume Bécard, Laboratoire de Recherche Sciences Végétales (LRSV) UMR5546 CNRS/Univ.Paul Sabatier
La légitime récompense de Jean Tirole
Portraits : regards sur l’animal et son langage
Colloque. « Des animaux et des hommes. Héritages partagés, futurs à construire » (annonce)
Vivre avec le loup ? Trois mille ans de conflits
A l’avant garde du quantified self : les biohackers
Gaz de schiste : fractures ouvertes (article revue de presse)
L’économie circulaire, une idée qui passe en boucle ? (article de revue de presse)
Bon vent à Anny Cazenave...

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr