prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
"Ça ne mange pas de pain !"
Salon International de la Qualité Alimentaire (SISQA)
Publications
Les recettes de Fernand Cousteaux
En collaboration
Nos sélections
Modèle productiviste : ces agriculteurs qui sortent du rang 
To be or not to be… an OGM ? 
Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois 
Conférence-débat : "Agriculture de conservation des sols : une gestion agroécologique pour une double performance économique et environnementale"
16 septembre 2016, de 9h00 à 17h00, à l’ENSFEA Toulouse Auzeville.
En introduction, une vidéo réalisée par la Mission Agrobiosciences-Inra.
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Dans le cadre du Plateau du J’GO co-organisé par la Mission Agrobiosciences, le Restaurant le J’GO et Radio Mon Païs.
« Comment nourrir 9 milliards d’hommes en 2050 ? »
Alimentation en débat : les Chroniques « Les Pieds dans le Plat » de la Mission Agrobiosciences
JPEG - 2.9 ko
Copyright www.agrobiosciences.org

Chronique suivie d’un entretien et d’un débat avec Jean-Louis Rastoin, auteur du livre « Nourrir 9 milliards d’hommes en 2050, agronome et économiste, à SupAgro de Montpellier. Réalisée le 4 décembre 2006.

Aujourd’hui, notre planète compte 6,4 milliards d’hommes et 850 millions de Terriens souffrent de sous-alimentation chronique (soit une personne sur sept), principalement situés dans les pays en développement. Ce sont les paysans qui sont les premières victimes de la faim. D’ici 2050, la population mondiale devrait passer de 6,4 à 9 milliards d’habitants, ce qui fera exploser les besoins en alimentation et en énergie. En particulier dans les pays du Sud, qui vont accueillir ces 3 milliards de personnes supplémentaires. Dès lors, se posent trois questions :Comment va t on produire des aliments en quantité suffisante ? En respectant les écosystèmes ? Et en les distribuant de manière équitable entre tous ? Déjà, il va falloir multiplier par deux ou trois la production agricole, ce qui ne sera pas simple si les terres entrent en compétition avec celles destinées aux biocarburants. N’empêche, il semblerait que nous n’ayons pas trop le choix et qu’il faille accroître les rendements massivement. Nous avons déjà traité ce problème, dans les années 60 par la Révolution Verte, à grands renforts d’engrais et de pesticides, un modèle aujourd’hui révolu d’un point de vue écologique et économique, ne serait-ce que parce que le prix des engrais va flamber avec celui du pétrole. Sans oublier que l’eau va devrait devenir une denrée rare. On attend donc beaucoup de la mise au point de plantes résistantes à la sécheresse, à la salinité et à haut rendement énergétique, mais le grand défi à relever reste celui de la réduction de la pauvreté des paysans. En tout cas, les chercheurs prennent l’affaire très au sérieux. Pas moins de trois livres ont été publiés cette année. Celui de Louis Malassis « Ils vous nourriront tous, les paysans du monde, si... » (Ed. Cirad-Inra), qui est un véritable plaidoyer pour les paysans du monde ; Nourrir la planète de Michel Griffon (Ed. Odile Jacob)-, qui défend une agriculture écologique intensive ; et « Nourrir 9 milliards d’hommes en 2050 », un ouvrage collectif de chercheurs d’Agropolis, édité par l’ADPF, l’Association pour la diffusion de la pensée française, du ministère des Affaires étrangères, ce qui laisse penser que les politiques prennent, eux-aussi, l’affaire au sérieux. Nous recevons ce soir Jean-Louis Rastoin, co-auteur de ce dernier livre, agronome et
Suivez-nous sur facebook

 

économiste, directeur de l’unité de recherche Moïsa (Marchés, organisations, institutions et stratégies d’acteurs », à Montpellier SupAgro.

L’Entretien Avec Jean-Louis Rastoin. Economiste et agronome. Réalisé par Sylvie Berthier. Mission Agrobiosciences.

Sylvie Berthier. 850 millions de personnes sont encore sous-alimentées dans le monde. Comment en est-on arrivés là ? S’agit-il d’un problème de production agricole insuffisante ou de distribution inéquitable des ressources ?

Jean-Louis Rastoin. J’aimerais préciser, en préambule, que la question de la capacité de notre planète à nourrir 9 milliards d’hommes est éminemment complexe et ne peut être traitée que par une approche multidisciplinaire, à la fois technique, économique, sociologique, écologique et surtout politique. Il faut d’abord souligner les progrès accomplis : il y avait 30% de personnes sous-alimentées en 1930, soit 1,3 milliard d’individus. On est passé aujourd’hui à 15% de la population, mais on peine à descendre en dessous. En 1995, l’objectif du Sommet mondial de l’alimentation de la FAO, à Rome, était de réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées en 20 ans (entre 1995 à 2015). On le sait, cet objectif ne sera pas atteint. Nous en sommes même très loin. Alors, quelle est l’explication ? On peut sérieusement s’interroger sur l’efficacité du Système alimentaire mondial. Comment en est-on arrivé là ? L’explication n’est pas technique, mais d’ordre politique et institutionnel. En effet, en 2006, la ration alimentaire moyenne consommée par Terrien est proche des standards recommandés par les nutritionnistes, à savoir 2 600 kcal/j et 60 g. de protéines. Toutefois, on observe des écarts considérables entre la façon dont nous, les riches, nous alimentons, avec plus de 3 700 kcal/j et 90 g, et les pauvres qui arrivent à peine à 2 500 kcal et 30 g. On se trouve donc en face d’un problème d’inégale répartition de la nourriture qui s’explique par des difficultés d’accès aux ressources productives ou aux aliments. Par exemple, l’utilisation d’engrais est de 10 à 100 fois moindre au Sud qu’au Nord. Idem pour les machines agricoles, les financements, etc. La productivité d’ un paysan burkinabé est mille fois moindre que celle d’un agrimanager du bassin parisien. De plus, les pays les plus pauvres, qui n’ont déjà pas de potentiel agricole, ne disposent généralement pas d’argent pour importer. Restent, enfin, les problèmes d’organisation et d’institutions dans ces pays, où le droit n’existe pas, et l’absence ou la défaillance du cadre institutionnel régissant l’accès aux ressources.

Quelles sont les pistes proposées dans « Nourrir 9 milliards d’hommes en 2050 » de manière durable, écologique et équitable. D’abord pour les pays pauvres ? Effectivement, le diagnostic que je viens de faire suggère des pistes d’action, mais rappelons déjà que le tiers de l’humanité dispose de moins de 2 dollars par personne et par jour pour vivre et que cela concerne principalement des agriculteurs et leur famille La première piste d’action consiste à accroître de façon massive la production, en jouant à la fois sur les leviers technique et financier, ce qui implique un renforcement très important de la coopération internationale. Seconde piste, comme nous allons vers un épuisement de ressources, comme les engrais notamment (issus des énergies fossiles), il faudra donner la priorité à ces pays-là. Par ailleurs, il faudra utiliser les terres de façon judicieuse et sans doute les consacrer davantage à l’alimentation qu’à la production de biocarburants. Troisième piste : accentuer l’effort de recherche et développement agronomique sur les milieux arides et tropicaux. En particulier ne pas rejeter la solution des Ogm pour ces agricultures qui sont très sous productives. Enfin, dernière piste, renforcer le cadre institutionnel et organisationnel de ces pays, en particulier résoudre le problème de l’accès à la terre. Il est impératif de mener des réformes agraires dans ces pays-là pour augmenter la productivité, de revoir la fiscalité, bref de réduire la pauvreté.

Les pays riches comptent eux-aussi de nombreux dysfonctionnements. Outre, le nombre important de personnes sous-alimentées, ces pays connaissent d’importants problèmes d’obésité et de maladies cardiovasculaires. Allons-nous devoir changer de modèle alimentaire ? C’est vrai, la question alimentaire frappe aussi désormais les pays riches. D’après l’Organisation mondiale de la santé, un milliard de gens sont en état de suralimentation. On est en plein désordre alimentaire. D’abord, nous devons retrouver le sens d’une alimentation équilibrée, ce qui passe avant tout par l’éducation, mais aussi par la communication et les messages publicitaires, à la télévision et via Internet. Il faut aussi mener des actions auprès des producteurs. Le système de production agro-industriel crée de l’obésité en surchargeant les produits alimentaires en sucre et en graisses. Il faut donc imaginer un modèle alternatif de production alimentaire. Il est clair que lorsque, comme aujourd’hui aux USA, 30% de citoyens sont en surcharge pondérale il devient indispensable de réorienter le modèle de consommation alimentaire avec de véritables politiques nutritionnelles. Enfin, il paraît important de « reconquérir le marché intérieur » ou mieux le « marché régional ». En effet, en raison de l’uniformisation des modèles de consommation, au Nord comme au Sud, les gens ont tendance à manger la même chose, c’est-à-dire des produits « globaux », standardisés. Or, les modèles de consommation sont historiquement diversifiés et à base de produits « locaux ». L’idée est ici de réintroduire ces produits de terroir par le biais des 2 principaux canaux de distribution du monde contemporain : les GMS (grande et moyenne surface) et la RHF (restauration hors foyer). Les géants de la grande distribution sont naturellement demandeurs de produits régionaux qui constituent des « points d’appel » dans les magasins. Pour la RHF commerciale, c’est plus difficile en dehors du haut de gamme. Il est donc suggéré de sensibiliser la RHF collective, c’est-à-dire les restaurants scolaires, des hôpitaux, des administrations et des entreprises. Dans le secteur public (santé, éducation, collectivités locales, etc.), cela pourrait faire partie d’une véritable politique régionale. Les retombées sur l’économie et l’emploi sont évidentes, puisque l’on favoriserait ainsi les circuits courts.

Dans le contexte international actuel, est-ce réaliste ? Est-ce que cela ne pose pas la question d’un consensus international ? Vous savez qu’il y a des négociations à l’OMC. La dernière en date, celle qui s’est tenue à l’été 2006, a échoué sur la question agricole. Il semblerait qu’il y ait une maturation de cette question. Les orientations indiquées nécessitent évidemment un minimum de consensus au plan intergouvernemental, car elles posent la question de l’allocation des ressources (par exemple, la question des subventions à l’agriculture), mais aussi celle des politiques agricoles et alimentaires qui ont forcément un volet extérieur. Une exception agricole et alimentaire semble aujourd’hui à portée de main après une période de libéralisation débridée. Les gouvernements prennent conscience que le système alimentaire ne peut se gérer de la même façon que l’automobile ou le textile, car l’aliment reste la base de la sécurité physique et psychologique et, donc, de la stabilité politique, à la fois nationale et internationale. Il faut une exception pour ces produits, qui doivent être gérer au plan mondial. En gros, il faut autoriser les subventions à l’agriculture, les aides au revenu agricole et, selon le niveau de richesses des pays, ajuster les politiques internationales. Il faut, par ailleurs, traiter le problème de l’alimentation en même temps que celui de l’environnement, d’où la nécessité de créer une Agence internationale de l’environnement. Et de coordonner le tout.

Propos de table : Discussion avec le public

Une question qui fâche : on parle de tous les remèdes sauf de diminuer la population mondiale ? A ce rythme, la terre sera surpeuplée et il n’y aura bientôt plus de forêt ni de biodiversité Pour vous rassurer, la population de la planète risque de plafonner, puis de fléchir dans moins d’un demi-siècle. En 2050, nous devrions être 9 milliards : ce sera l’état stationnaire. Après cette date, la population mondiale devrait probablement diminuer.

Une question à double aspect. J’ai lu que José Bové prône l’autosuffisance alimentaire pour ces pays-là. Vous avez dit des choses qui sont peut être un peu différentes. Ce qui peut être choquant pour l’auditoire, et à José Bové, c’est de dire « Allons-y gaiement avec les Ogm pour les pays pauvres ! », comme si on voulait à la fois s’en débarrasser et affirmer en même temps que c’est bon pour les pauvres. Je crois que c’est bon pour tout le monde, et qu’il fallait le préciser En ce qui concerne la capacité des pays pauvres à se nourrir, cela dépend de leur potentiel agroclimatique. Certains pays disposent de terres et d’eau, le Brésil et l’Argentine par exemple. Du coup, ils peuvent considérablement développer la production, atteindre l’autosuffisance et même exporter. En revanche, d’autres pays n’ont ni terre, ni eau. C’est le cas de la zone sahélienne ou de l’Algérie. Il n’est pas possible d’envisager l’autosuffisance alimentaire dans ces pays, qui vont devoir importer des biens alimentaires. Pour ce faire, il faudra bien que le revenu de ces pays augmentent. Sur la question des Ogm, je pense qu’il faut prendre un peu de distance. Il n’est pas question de coller au pays pauvres ce « fléau ». Les Ogm peuvent rendre de grands services, dans la résistance à la sécheresse, notamment.

Je pense que les pays pauvres n’accepteront les Ogm que si, nous-mêmes, nous les acceptons. Ce serait un service à leur rendre que d’arrêter de déconner en disant que c’est satanique On en prend de toute façon le chemin, puisqu’une décision de l’Union européenne autorise progressivement les Ogm en Europe. Alors, les États doivent appliquer les réglementations, mais en France il y a des réticences pour des raisons sociales et politiques. J’ajoute que les Ogm peuvent être utiles pour réduire la pollution chimique et économiser des pesticides. La deuxième crise alimentaire de grande ampleur qui nous attend, c’est la pollution par les pesticides.

Michel Griffon propose, dans son livre, des techniques d’agriculture écologique intensive qui peuvent être aussi des réponses à la productivité massive. Il n’y a pas que les Ogm Bien-sûr, il existe des solutions agronomiques comme, par exemple, revenir à des modèles diversifiés polyculture-élevage, qui permettent d’augmenter la fertilité des sols, etc. Mais, il faut être lucide, on n’attendra jamais, avec ces modèles proches de l’agriculture biologique, les rendements que l’on obtient dans l’agriculture industrialisée, dont il faudra limiter les dégâts.

Pouvez vous nous donner des précisions sur la Chine. Récemment, ce pays a pris des dispositions en faveur de l’agriculture pour alléger la fiscalité La Chine va atteindre l’état stationnaire. Sa population, très largement concentrée sur la côte, va se stabiliser autour de 1 milliard 300 millions d’habitants. Le gros problème de ce pays, c’est que les ressources en terres et en eau sont insuffisantes. De nombreux observateurs affirment qu’elle va être obligée d’importer une partie de son alimentation. Les mesures fiscales dont vous parlez sont destinées à stimuler la production interne.

Par rapport au réchauffement de la planète, comment ça va se passer ? Restera-t-il suffisamment de terres pour les cultures ? D’après les simulations réalisées par les climatologues et les agronomes, il devrait s’opérer une compensation au niveau des cultures, avec une migration vers le Nord. Il n’y a aura pas de problèmes considérables. En gros, on peut considérer qu’il y aura encore 6 milliards d’hectares cultivables sur la surface de la terre. Le gros problème que nous avons aujourd’hui, c’est la concurrence entre ce qu’on appelle la chimie verte (les biocarburants, les plastiques issus de l’agriculture...) et les cultures alimentaires. Les conclusions de nos études montrent qu’il faudra dédier en priorité les terres agricoles à l’alimentation. Il est un peu illusoire de penser qu’on va substituer le pétrole par les biocarburants pour l’ensemble de la planète. C’est une vue utopique. Les énergies vertes serviront de tampon pendant un certain temps. Ensuite, il faudra passer à d’autres énergies. Les milieux de l’agribusiness sont actuellement euphoriques car le coup d’envoi de la chimie verte a été donné (substitution du carbone fossile par le carbone vert). Cependant, les calculettes ont fonctionné et il apparaît clairement que, au moins pour les biocarburants de première génération (issus de la betterave sucrière, du blé, du colza....), en Europe, les disponibilités en terre sont nettement insuffisantes. Cela génère donc une tension entre la production d’aliments et celle d’énergie ou de plastiques. Il faut se poser la question d’une meilleure valorisation de la terre. En France et dans de nombreux pays, l’alimentation devra être prioritaire, alors que dans certains très grands pays agricoles, comme le Brésil ou l’Argentine, les biocarburants sont économiquement viables.

Est-ce que, potentiellement, techniquement, la planète pourrait nourrir les 9 milliards d’humains à venir ? Si, oui, est -ce que le problème qui s’annonce est encore politique ? Oui, il y a possibilité de nourrir 9 milliards d’habitants. Les agronomes disent que c’est techniquement envisageable. Le gros problème reste le déséquilibre de la répartition internationale de cette production qui est à portée de main dans les pays riches, mais pas dans les pays pauvres. Bref, il va falloir stimuler la production dans les pays pauvres et la ralentir ou la reconvertir dans les pays riches.

Est-il utopique de penser que, un jour, on pourrait irriguer les déserts ? Certes, il y a de l’eau en abondance sur Terre et, vous avez raison, on peut dessaler l’eau de la mer Méditerranée pour irriguer le Sahara, mais cela a un coût économique exorbitant. Reste que le problème numéro 1 que nous avons, c’est l’eau douce à la surface de la planète. En 2025, la moitié de la population mondiale, presque 4 milliards d’individus, n’aura pas accès à l’eau potable. Il y a là un problème social et de santé urgents à résoudre, avant tout, même avant celui de l’agriculture. Car il faut boire avant de manger.

Cette Chronique « Comment nourrir 9 milliards d’hommes en 2050 ? » est une des séquences de l’émission du 8 décembre 2006. Accéder à l’Intégrale de cette émission-. Le Plateau du J’GO est co-organisé par la Mission Agrobiosciences, le Restaurant du J’GO et Radio Mon Païs.

Consulter le catalogue "Lutte contre la faim : analyses, décryptages, leviers d’action" publié par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Voir les films de la journée "Nourrir l’Humanité, Refaire le Monde" organisée par la Mission Agrobiosciences en Mars 2010 avec Edgard Pisani, Bertrand Hervieu, Lucien Bourgeois, Bruno Maire, Jean-Luc Gréau, Henri Rouillé d’Orfeuil, Jacques Berger, François Papy, Jean-Pierre Poulain, Jean-Luc Mayaud, Jacques Prade, Stéphane Le Foll, Patrick Denoux, Bernard Charlery de la Masselière. Site de Université de tous les savoirs. Canal U

Lire Produire plus et mieux : le casse-tête (chinois ?) des productions animales], une chronique de la Mission Agrobiosciences, mars 2011

Accéder à toutes les publications « Alimentation en Débats du Plateau du J’GO-.Un Télescopage de points de vue de scientifiques, producteurs et cuisiniers sur l’actualité de l’Alimentation et de la Société organisé par la Mission Agrobiosciences. En collaboration avec le bistrot du J’Go à Toulouse. Rencontres enregistrées et diffusées le troisième mardi de chaque mois de 17h30 à 18h30 et le troisième mercredi de chaque mois de 13h à 14h sur Radio Mon Païs (90.1).

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

- Voir un long extrait du film : Politique Agricole Commune : La Voix de ses Pères. Sur le site du Gouvernement - Réalisé en 2009 par Noémie Roché en collaboration avec la Mission Agrobiosciences, édité par le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire. Avec les témoignages de : Edgard Pisani-, ministre de l’Agriculture de 1962 à 1966, commissaire européen en charge du développement de 1981 à 1983. Pierre Méhaignerie, député, ministre de l’Agriculture de 1977 à 1981. Georges Rencki, professeur au Collège d’Europe, proche conseiller du commissaire européen à l’agriculture Sicco Mansholt (1958-1972) Michel Rocard, Premier ministre (1988-1991) ; ministre de l’Agriculture (1983-1985) ; président, avec Alain Juppé, de la Commission chargée de réfléchir à l’utilisation du futur emprunt national Jean François-Poncet-, sénateur du Lot-et-Garonne, Vice-Président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées ; vice-président de la Commission des affaires européennes Henri Nallet, vice-président de la fondation Jean Jaurès, Président de l’Observatoire national de l’enseignement agricole (ONEA), ministre de l’Agriculture de 1985 à 1986 et de 1988 à 1990. Jean Pinchon (1925-2009), ancien président de l’Inao, directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture Edgar Faure, de 1966 à 1968. Bertrand Hervieu-, Inspecteur général de l’agriculture, ancien Secrétaire général du CIHEAM (Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes). Michel Tesseydou, agriculteur, ancien président du CNJA, le Centre national des jeunes agriculteurs Lucien Bourgeois-, économiste, membre de section du Conseil Economique, Social et Environnemental de Paris.. Luc Guyau, agriculteur et ancien président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA). Michel Jacquot, avocat spécialiste du droit communautaire, directeur du FEOGA - Fonds européen d’orientation et de garantie agricole européenne - de 1987 à 1997.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens. Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES-

 

 

Dans cette rubrique

Danemark, Roumanie, Allemagne : ces supermarchés qui défient les lois
Cuisine et détention. "Cosa mangiare ?" (Qu’est-ce qu’on mange ?)
Consommation de viande en Inde : les « vacheries » des nationalistes (article revue de presse)
Salades, pesticides & Bisphénol A. Les éléments perturbateurs (article revue de presse)
Ingénieur de spécialisation "Innovations dans les Systèmes Alimentaires et Agroalimentaires du Monde" ou Mastère spécialisé "Innovations et Politiques pour une alimentation durable"
Les mercredis du Pavillon de la France - Exposition universelle de Milan
L’alimentation dans les maisons de retraite : Buffet froid…
Contaminants chimiques dans les aliments : quels effets à long terme ?
Glaner, est-ce voler ?
Diversité des systèmes alimentaires et changements globaux (annonce)
Levée des restrictions alimentaires en provenance du Japon : silence radio ?
Comment mangent les familles contemporaines ?
Capitalisme et surconsommation : l’organisation d’une faim déstructurée
Pourquoi cette peur au ventre ? Nouvelles obsessions alimentaires (Sélection d’ouvrage)
Etiquetage de la viande. L’origine pour seul cheval de bataille ? (article revue de presse)

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr