prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
La Conversation de Midi-Pyrénées
Université des lycéens
Propos Epars
Les billets
Les entretiens
Les chroniques
Publications
En collaboration
Nos Sélections
Culture scientifique en Midi-Pyrénées
Les mutuelles communales : des territoires aux petits soins  
Du barrage de Sivens aux « grands projets inutiles et imposés » : le temps des barricades ? 
Embargo sur les produits alimentaires : des Russes et des ruses ?  
Diffusion de la rencontre de Propos Epars "Le médicament qui devait sauver l’Afrique"
Ecouter Propos Epars sur FMR, le samedi 7 mars 2015, de 8h00 à 9h30
Avec Guillaume Lachenal, historien de la médecine, et Maryse Lapeyre-Mestre, médecin, pharmacologue.
en savoir+
« Enseignement agricole : transmission des valeurs, laïcité , respect des règles de la République »
10 mars 2003. Au Musée de l’histoire de l’immigration, Paris.
Un débat co-conçu et animé par la Mission Agrobiosciences-Enfa. Avec les interventions de Benjamin Stora et Patrick Denoux.
en savoir+
Science(s) en société : le chercheur entre autonomie, implication et responsabilité.
11 mars 2015. Salle Gambetta, ministère de l’agriculture (Paris) ;
Une Ecole-chercheurs co-organisée par l’Académie d’Agriculture de France, l’Inra et le Ministère de l’Agriculture.
en savoir+
Rencontre avec Matthieu Auzanneau, journaliste indépendant, autour de son ouvrage Or noir. La grande histoire du pétrole. (La Découverte).
Propos épars le jeudi 19 mars 2015 à la librairie Ombres Blanches
En collaboration avec la librairie Ombres Blanches & la Mission Agrobiosciences
en savoir+
Agromatériaux : quand la chimie se met au vert !
Université des Lycéens au Lycée Rive Gauche Toulouse, pour des élèves de 1ère S et Terminale S
Le 25 mars 2015, à 11h, avec Carlos Vaca-Garcia (Laboratoire de Chimie agro-industrielle, Ensiacet)
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Le sens des mots. 15 septembre 2004.
Ce mot qui fait rage...
Par Valérie Péan. Mission Agrobiosciences.

Cela faisait des décennies que nous ne pouvions plus avoir la rage, si ce n’est aux dents ou au cœur, ce qui n’est malgré tout pas mortel. Il ne nous restait que de pâles symptômes d’une pathologie fatale, comme une survivance du langage, l’ombre d’une terreur ancestrale.

 

Plus question d’"avoir"la rage, donc, juste d’"être" en rage. Et là aussi, même la bave aux lèvres, les colères froides ou noires n’ont jamais tué personne. Mieux, quittant l’ordre du vivant, c’étaient les choses qui faisaient rage. Des guerres et des batailles, des débats et polémiques, des tendances dernier cri. Bref, nous étions vaccinés contre cette peur irrationnelle du virus rabbique, qui faisait fuir les populations et se suicider les contaminés. La rage était éradiquée, arrachée du sol français, exterminée comme le furent la faune sauvage et les chiens errants porteurs de la maladie. Mais tout cela, c’était avant.
Avant le 21 août 2004. « Alerte nationale à la rage », « situation très grave », « dispositif d’urgence », « danger de mort »... En quelques semaines, le décès de la petite chienne marocaine enragée, arrivée illégalement en France, a contaminé les gros titres des journaux et mis sur les dents les autorités sanitaires.
Au pays de Pasteur, l’incident fait mal, douloureux rappel de réalités oubliées. Celle de notre mortalité, d’abord. Car une fois passée la période d’incubation, tous les vaccins du monde n’y font rien : la rage tue à coup sûr, sans qu’aucun traitement ne la combatte. Celle, ensuite, de la condition humaine. Supérieure, certes, mais du genre animal quand même. Ce qu’illustrent certains virus qui franchissent allègrement les barrières d’espèce.
D’ailleurs, l’origine même du mot aurait dû nous mettre la puce à l’oreille : la rage est issu du latin rabies, « maladie du chien, transmissible à l’homme ».
Et puis, ne sommes-nous pas en train de payer le tribut de notre attachement grandissant à nos compagnons à quatre pattes ? Un engouement ravageur. Mordus de compagnons fidèles un brin anthropomorphisés, nous avons bien cherché ce qui nous arrive : désormais, ce qui nous lie à l’animal, c’est plus d’l’amour. C’est d’la rage.

Valérie Péan.

Retrouvez "l’alerte rage" sur le site de l’Institut Pasteur : http://www.pasteur.fr/externe

Le point sur la rage sur le site de l’OMS : http://www.who.int/mediacentre/fact...

Téléchargez les Chroniques de la Mission Agrobiosciences : http://www.agrobiosciences.org/rubr...

 

 

Dans cette rubrique

Transition : la révolution sous sédatif
Bobos, le beau rôle ?
« Sidération » : quand le non-sens conduit à la jouissance
Forêt : la loi de la jungle (chronique originale)
Et si le scandale, c’était bon pour la morale ? (chronique originale)
Un trop-plein de pénuries, comme un désir du manque.
Chiffres des villes et lettres des champs. (Chronique originale).
Nous sommes tous des impactés (chronique originale)
"La communication grand public de l’agriculture : les experts au château" (chronique originale)
La relecture de la journée "Nourrir l’humanité, refaire le monde" (publication originale)
Spéculation : le spectre de la Grèce (chronique originale)
Le vaccin, la vache et ses vices cachés (chronique originale)
Les espaces publics, ou l’apologie du terrain vague (chronique originale)
Changement climatique : le débat se réchauffe, le consensus se fissure
Le "capital-santé" ou le corps du délit...

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr