prsentation contacts partenaires abonnez-vous à la lettre électronique Retour  l'Accueil
Loading
La Conversation de Midi-Pyrénées
Université des lycéens
Propos Epars
Les billets
Les entretiens
Les chroniques
Publications
En collaboration
Nos Sélections
Culture scientifique en Midi-Pyrénées
Les mutuelles communales : des territoires aux petits soins  
Du barrage de Sivens aux « grands projets inutiles et imposés » : le temps des barricades ? 
Embargo sur les produits alimentaires : des Russes et des ruses ?  
Diffusion de la table ronde "Alimentation du bétail : des modèles à ruminer"
Ecouter les Tables rondes Développement durable sur FMR le samedi 6 décembre 2014, de 8h00 à 9h30.
Avec Valérie Bris, directrice adjointe Coop de France nutrition animale, Nathalie Priymenko, docteur vétérinaire en nutrition animale, enseignant-chercheur à l’Envt, et Bruno Dufayet, éleveur de Salers, Cantal
en savoir+
Transition alimentaire : pourra-t-on éviter le grand carnage ? (annonce)
Les Tables rondes "Développement durable", mercredi 7 janvier 2015, de 14h00 à 17h00
Avec Jean-Pierre Poulain, sociologue (Isthia-Univ. Toulouse-Jean Jaurès) ; Yves Martin-Prével, épidémiologiste et nutritionniste (IRD) ; et Serge Michels, président de Protéines SAS
en savoir+
    Abonnez-vous à notre flux RSS  
Le sens des mots
Bestial, c’est humain ?
Par Valérie Péan. Mission Agrobiosciences.

A propos de bien être animal, la peur du traitement « inhumain » à l’égard des animaux semble rejoindre la peur de notre « animalité ».

 

Sans prétendre retracer la longue et complexe histoire des relations entre l’homme et l’animal, ce qui semble certain, c’est qu’il y a fois un rapprochement et une distance plus forte. Du côté de la distance, nous nous sommes éloigné de la nature et d’une certaine faune. Par le déclin de l’instrumentalisation des animaux : la disparition des bêtes de somme, en somme.

Il ne reste plus que leur fonction nourricière, qui, elle-même, décline pour certaines espèces, comme le cheval et le lapin. Ce dernier ayant changé de statut pour devenir animal familier. Ce n’est d’ailleurs pas le seul.

Plus d’ours, plus de loups, plus de bêtes féroces, plus de peur instinctive. On voit les animaux dans les zoos et les fermes pédagogiques. Et là, évidemment, derrière les grilles, ils nous semblent plus proches. Mais il n’y a pas que cela. Du fait de cette distance, nous souhaitons à nouveau nous entourer d’animaux, même si ce ne sont pas les mêmes.

Le langage semble bien signaler cette volonté de rapprochement : on parle aujourd’hui d’animaux, et non plus de bêtes. La différence est importante. Car bestia, qui signifie « bête féroce » en latin (bestial désignait au départ, en tant que nom commun, le gladiateur qui combattait les fauves), exclut de cette catégorie les hommes. Il a peu à peu été remplacé par le mot savant « animal » (à partir du 16ème siècle), qui a progressivement inclut l’espèce humaine, peut-être à partir de Darwin.

Dans les faits, non seulement les animaux de compagnie classiques se multiplient, comme les chats et les chiens, mais d’autres animaux considérés jadis comme des nuisibles, deviennent à leur tout familiers. Ils entrent dans la famille. Nous voulons être avec. Auprès d’eux. Ce sont les rongeurs, voire les serpents, araignées, insectes et autres. Ce sont les nouveaux animaux de compagnie.

Même les animaux de la ferme, peut-être moins aptes à attendrir, ont été miniaturisés, rendus nains. Cochons, chèvres... Nous les avons réduits comme pour mieux les infantiliser.

On pourrait croire a priori que nous ne cessons de repousser les frontières des espèces que nous pouvons (et souhaitons) apprivoiser, comme le renard du Petit prince. Mais si l’on reprend le sens premier du apprivoiser comme celui de « s’attacher ». Il s’agit de rendre privé. S’approprier. Ce qui traduit plutôt une relation de maître à esclave,.

C’est donc loin de signifier que nous serions tous des animaux (on dit nos amis les bêtes, pas nos sœurs les bêtes) , mais au contraire, de marquer très nettement notre spécificité d’homo sapiens.

Ainsi, se soucier du bien-être animal -ce qui en soi paraît on ne peut plus normal- exprime le rejet de pratiques barbares, cruelles, « bestiales » ! Cela semble creuser la différence fondamentale entre notre espèce et toutes les autres : on ne cherche absolument pas à voir la part d’animalité en nous.

C’est au contraire au nom de notre humanité, que nous pensons comme un devoir de traiter correctement les animaux. La peur du traitement inhumain à l’égard des animaux semble là rejoindre la peur de notre animalité. Et les traiter de manière humaine serait pour nous un véritable marqueur identitaire.

Valérie Péan

 

 

Dans cette rubrique

Bobos, le beau rôle ?
« Sidération » : quand le non-sens conduit à la jouissance
Forêt : la loi de la jungle (chronique originale)
Et si le scandale, c’était bon pour la morale ? (chronique originale)
Un trop-plein de pénuries, comme un désir du manque.
Chiffres des villes et lettres des champs. (Chronique originale).
Nous sommes tous des impactés (chronique originale)
"La communication grand public de l’agriculture : les experts au château" (chronique originale)
La relecture de la journée "Nourrir l’humanité, refaire le monde" (publication originale)
Spéculation : le spectre de la Grèce (chronique originale)
Le vaccin, la vache et ses vices cachés (chronique originale)
Les espaces publics, ou l’apologie du terrain vague (chronique originale)
Changement climatique : le débat se réchauffe, le consensus se fissure
Le "capital-santé" ou le corps du délit...
Ma Russie - Morceaux d’histoire - Chronique, Saratov - Moscou, 16 - 20 Octobre 2007

   
   
© 2004-2007 Nuances-du-sud.fr