08/12/2009
Revue de presse de la Mission Agrobiosciences. 7 décembre 2009

Sommet de Copenhague : le changement climatique en « Pôle » position dans les médias (article revue de presse)

copyright cyberpresse. cndp.fr/

L’information n’aura échappé à personne. Ce lundi 7 décembre 2009, tous les regards sont tournés vers la ville de Copenhague qui accueille jusqu’au 18 décembre, le sommet international sur le changement climatique. 15 000 personnes issues de 192 pays doivent participer à ces journées dont l’objectif est de définir un nouveau traité visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, dans le prolongement du protocole de Kyoto qui doit prendre fin en 2012.
Un sommet qui focalise toutes les attentions et fait l’objet de traitements divers par les médias, selon qu’ils en pointent les enjeux, les écueils ou mettent en garde les dirigeants politiques contre les risques de l’inaction. Bref panorama des infos relayées ce lundi 7 décembre.

Dans le sillage de l’après Kyoto
Au fil de ses pages, le journal Libération livre toutes les "clés pour comprendre les enjeux" de la conférence de Copenhague. Le quotidien rappelle ainsi que le protocole de Kyoto est le « premier outil international et unique instrument multilatéral de lutte mondiale contre l’effet de serre ». Conclu en 1997, entré en vigueur 8 ans plus tard en 2005, ce protocole visait à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Reste qu’il n’avait, à l’époque, été ratifié que par 38 pays, chacun ayant ses propres « objectifs différenciés ». Et qu’il arrivera à terme en 2012. C’est dans ce contexte que s’inscrit le sommet de Copenhague. Avec comme objectif, précise l’article, de « limiter à deux degrés la hausse de la température moyenne à la surface de la Terre » par une réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Précisons que cet objectif a comme présupposé, d’une part, d’étendre la ratification du Traité aux nations identifiées comme "pollueuses" qui n’avaient pas signé le traité de Kyoto, telles que les Etats-Unis, la Chine ou l’Inde, et, d’autre part, de s’accorder sur la répartition des efforts nécessaires entre les différentes nations pour y parvenir.
C’est là que le bât blesse. Car pour certaines nations, les pays industrialisés, en particulier ceux de l’Union européenne, ont une « responsabilité historique » dans le réchauffement climatique, du fait de leur développement précoce. D’où la réticence, nous dit Libération, des pays émergents comme la Chine et l’Inde, à l’essor et au développement récents, à s’asseoir à la table des négociations ; et la position initiale des Etats-Unis qui avaient, au nom de cette « responsabilité historique » refusé de ratifier le traité de Kyoto en 1997.

Un contexte qui cristallise des sentiments contradictoires
Depuis, la situation a évolué : à quelques jours de l’ouverture du Sommet, les pays jusque-là réticents ont finalement confirmé leur présence et indiqué qu’ils allaient s’engager à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Des annonces qui font souffler un (certain) vent d’optimiste comme le rapportent Le Monde - « La conférence de Copenhague s’ouvre sur un certain espoir » ou encore L’Express « La conférence de Copenhague s’ouvre dans un certain optimiste ».
Pour autant, tout le monde ne partage pas cette analyse. Ainsi, France Soir titre pour sa part que le « sommet sera difficile » tandis que Marie Verdier, dans le journal La Croix, détaille « Les quatre enjeux de Copenhague, et retrace quelques-unes des difficultés qu’il faudra surmonter.
En vertu du principe de responsabilité historique, « l’essentiel de l’effort doit porter sur les pays industrialisés censés, s’ils veulent respecter les recommandations du GIEC [1], réduire leurs émissions de 25 à 40% d’ici 2020 par rapport à 1990 ». Reste, explique la journaliste, que « personne ne parle le même langage ni n’utilise les mêmes règles de calcul ». Ainsi, les Etats-Unis ou le Canada ont bien annoncé des engagements en accord avec les recommandations du GIEC. Mais ceux-ci ne se basent pas sur les années 1990, ce qui brouille la donne. Exemple : "Les Etats-Unis s’engagent (...) à une réduction de 17% mais leurs calculs se basent sur 2005. Ce qui revient à une baisse de 4% seulement par rapport à 1990". Du côté des pays émergents, les réductions sont quantifiées en « intensité carbone » dont le mode de calcul fausse tout autant les données. Autant d’éléments qui risquent bien de compliquer les négociations.
Autre point sensible, l’aide apportée aux Pays du Sud pour leur permettre de se développer « sans recourir aux énergies fossiles ». Et si, pour ce faire, un fonds climat devrait être créé à l’ONU, la problématique n’est pas résolue pour autant, tant que les Etats ne se sont pas accordés sur le financement et les critères d’attribution de ces aides. Sans compter que certaines nations, comme l’Afrique du sud, ont conditionné leur engagement à l’octroi de ce coup de pouce par les pays riches. Un contexte qui conduit nombre de journaux à pointer ce rapport de force Nord Sud comme l’un des enjeux majeurs des négociations de Copenhague.

La pression monte
Reste que la presse ne s’est pas contentée, ce lundi 7 décembre, de se faire l’écho des enjeux ou des difficultés que devront surmonter les dirigeants politiques. Ainsi, ce même jour, 56 journaux de 45 pays faisaient page commune en publiant le même éditorial. Parmi eux, Le Monde, Libération, The Guardian ou El Païs, et autant de quotidiens nationaux dans lesquels on pouvait lire cette phrase : « nous appelons les représentants des 192 pays rassemblés à Copenhague à ne pas hésiter, à ne pas sombrer dans les querelles, à ne pas rejeter la responsabilité sur les autres mais à transformer cet échec majeur de la politique moderne en occasion d’agir » (Le Monde).

Sans remettre en cause cette démarche, on peut néanmoins s’étonner du déferlement médiatique que connaît cette thématique au regard d’autres sujets comme, par exemple, le récent sommet de la FAO à Rome, en novembre dernier. Ou encore s’interroger, comme le faisait Jean-Claude Flamant, de la Mission Agrobiosciences, lors d’un billet, sur le fait que, d’une certaine manière, « le discours sur le changement climatique serait plus bouleversant que le changement lui-même ». Une posture que pointe également Vincent Courtillot, invité ce lundi 7 décembre de la matinale de France Inter. Interrogé, entre autres choses, sur la manière dont on parle du changement climatique, le géophysicien a émis l’idée que cette question était trop souvent abordée de manière dramatique, ce qui n’était pas sans générer une forme d’anxiété... à l’effet contre-productif.
Une dernière information pour conclure. En prévision de ce sommet, la FAO a publié, le mardi 1er décembre, un rapport dans lequel elle explique que "les pratiques culturales qui capturent le carbone et le stockent dans les sols agricoles offrent quelques-unes des options les plus prometteuses pour une action précoce (...) pour lutter contre le changement climatique". Mieux, elle indique qu’il s’agirait même d’une voie particulièrement intéressante pour les pays en voie de développement. On peut donc regretter que l’agriculture n’ait pas été conviée à la table des négociations de la capitale danoise... et que peu de médias se soient fait l’écho de ce rapport.

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences. 7 décembre 2009

Sources :

A propos du changement climatique, on peut lire sur le magazine Web de la Mission Agrobiosciences (publications originales accessibles gratuitement)  :

Libération, Le Monde, l’Express, France Soir, France Inter, 7 décembre 2009. La Croix, 6 décembre 2009. Communiqué de presse de la FAO, 1er décembre 2009

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h00-18h00) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top