07/09/2011
Veille santé, environnement et société. 7 septembre 2011
Mots-clés: Gaspillage , Santé

Les algues vertes sont bien coupables

L’Ineris, l’Institut national de l’’environnement industriel et des risques, vient de remettre son rapport sur la mort des 36 sangliers des plages des Côtes d’Armor... Comme on s’y attendait, les algues vertes sont bien coupables. Le Journal de l’Environnement, dans un article publié sur son site, le 6 septembre, donne les grandes lignes des conclusions de ce rapport. Et notamment des risques encourus par l’homme. Un article environnement-santé-société, à lire ci-dessous...

Les algues vertes sont bien coupables [1]

Cet été, on les suspectait d’être des criminelles. Aujourd’hui, mardi 6 septembre, les dernières preuves de la culpabilité des algues vertes dans la mort de 36 sangliers sur les plages des Côtes d’Armor viennent d’être apportées par l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) [2]. Ces algues échouées en masse en baie de Morieux sont bien à l’origine de l’hécatombe des animaux sauvages. L’Ineris, qui a mené une campagne d’analyse de l’hydrogène sulfuré, au sol et dans les airs, vient d’en apporter la preuve. Et selon les experts, les risques pour la santé humaine ne sont pas à exclure.

Sollicité par le ministère de l’écologie pour son expertise en matière de risque sanitaire lié aux algues vertes, l’Ineris publie, aujourd’hui mardi 6 septembre, son rapport sur la caractérisation des concentrations en sulfure d’hydrogène (H2S). Il met un terme à la polémique sur la cause de la mort des sangliers, blaireaux et autre ragondins, en juillet dernier, sur la plage de Morieux, dans l’estuaire du Gouessant, Côte d’Armor.

Les résultats présentés dans le document de l’Ineris sont basés sur 2 campagnes de mesures. La première fut menée du 5 au 6 août 2011, pour « caractériser dans différentes zones de la baie les émissions d’hydrogène sulfuré (H2S), liées à la fermentation des algues vertes ». La seconde, réalisée du 4 au 11 août 2001, avait pour but d’évaluer les concentrations en H2S « auxquelles les populations riveraines, ou fréquentant la plage de Morieux et la zone de l’estuaire, sont susceptibles d’être exposées ».

Les conclusions du rapport sont sans appel. Les mesures effectuées à la surface du sol mettent en évidence des dégagements importants de composés soufrés, principalement du H2S, lors du perçage de la croûte des dépôts d’algues. Selon les experts de l’Ineris, des libérations de gaz de type « bouffées instantanées » se produisent alors. Des valeurs de plus de 3.000 mg/m3 ont été relevées. Ces valeurs diminuent à mesure que l’on s’éloigne du sol. Aux points étudiés, les détecteurs, placés à la hauteur de la taille des opérateurs, ont mesuré des valeurs de 15 à 140 mg/m3 d’H2S.

Dans l’air ambiant, les concentrations les plus élevées ont été relevées dans les zones les plus difficiles d’accès, c’est-à-dire dans les zones escarpées et les vasières. Et le rapport conclut : « Les concentrations moyennes, sur chacun des points de la zone de mesure, sur l’ensemble de la période étudiée, sont de 5 à 75 fois supérieures à la valeur témoin locale. »

En ce qui concerne lamort des sangliers, des ragondins et des blaireaux retrouvés dans l’estuaire du Gouessant, 3 hypothèses ont été étudiées. D’abord l’exposition à des cyanobactéries, puis à des substances toxiques ou à de l’H2S. Les travaux de l’Ineris ont été réalisés à partir des résultats d’analyses transmis par la préfecture et la Direction départementale de la protection des populations des Côtes d’Armor, ainsi que par le centre ministériel de veille opérationnelle et d’alerte.

D’après l’analyse des différents résultats, c’est-à-dire les niveaux de concentration en H2S dans les différents milieux de la baie, « les mesures réalisées dans les poumons ou le sang et les symptômes observés chez les animaux morts, l’hypothèse la plus vraisemblable est l’intoxication par l’H2S », affirme le document de l’Ineris.

Et celui-ci de préciser : « Par ailleurs, il faut souligner qu’à des doses chroniques les perturbations de l’odorat sont un handicap pour la vie animale. »

Et quid des humains ? Dans le cas des riverains, c’est-à-dire pour les expositions de longue durée à de faibles concentrations : « les mesures dans l’air ambiant sur une semaine sont représentatives d’une exposition dite « subchronique », car la saison d’échouage des algues s’étend principalement de juin à septembre, soit une exposition potentielle d’environ 4 mois ». Dans ce cas de figure, l’Institut estime que « la situation ne semble pas présenter de risque préoccupant pour la santé ».

Les scientifiques considèrent ainsi que l’odeur d’« œuf pourri », si caractéristique de l’H2S est décelé à des doses très inférieures à celles entraînant des effets sur la santé, « ce qui rend certains scénarios d’exposition à des concentrations élevées ou maximales peu probables ». Et le rapport de compléter : « On peut penser, en effet, que les personnes circulant dans les zones fortement malodorantes ne s’y attardent pas et/ou ne s’approchent pas des zones à risques. »

En ce qui concerne les expositions de courte durée à des concentrations élevées, ce qui est le cas des promeneurs ou randonneurs qui se déplacent sur des zones de dépôts d’algues, des valeurs de 15 à plus de 140 mg/m3 ont été relevées. « Ces concentrations se situent à des niveaux pour lesquels des effets -notamment l’anesthésie de l’odorat- ont été observés chez l’homme, au-delà d’une heure d’exposition en continu sur des zones de dépôts d’algues. »

Même s’il est peu probable qu’un individu soit exposé aux concentrations maximales qui correspondent à des « bouffées » au niveau du sol ou dans les dépôts d’algues, « les concentrations mesurées peuvent atteindre les seuils mortels (2.408 mg/m3 pour une exposition d’une minute) », affirme le document. Les experts confirment ainsi l’hypothèse avancée par les associations de défense de l’environnement : « L’hypothèse de la survenue d’un accident ne peut être écartée ». Et le rapport de citer pour illustrer ses propos, l’exemple d’un enfant jouant dans le sable ou d’une chute grave…

Les plages bretonnes seraient-elles devenues dangereuses pour nos enfants ?

Pour aller plus loin, lire sur le site Web de la Mission Agrobiosciences,
Lire le Cahier issu du Café débat de Marciac
L’application de la Directive Cadre européenne sur l’eau : une chance historique à saisir pour la France ?
, du 3 novembre 2005, avec Jean-Claude Lefeuvre, président de l’Institut français de biodiversité.
Où il est expliqué le phénomène d’eutrophisation et des dangers des cyanobactéries.

Une information issue du Journal de l’Environnement

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (17h30-18h30) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Revues de presse et des livres, interviews et tables rondes avec des économistes, des agronomes, des toxicologues, des historiens... mais aussi des producteurs et des cuisiniers. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens.
Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top