03/05/2011
Veille science et société (3 mai 2011)
Mots-clés: Politiques

La destruction projetée du virus de la variole créée la controverse


Les services scientifiques et techniques des ambassades de France à l’étranger effectuent un important travail de veille scientifique et technique, nous offrant une grille de lecture élargie des tensions se nouant sur l’ensemble de la planète, que ce soit dans les champs des sciences, de l’alimentation, de l’environnement, ou de technologies comme les nanos ou les Ogm. Ce mois-ci, le bulletin issu des Etats-Unis propose un article faisant écho à un sujet récemment traité par la Mission Agrobiosciences : le bioterrorisme, ou plus précisément les enjeux de la destruction du virus de la variole (photo ci-contre)... A lire ci-dessous.

La destruction projetée du virus de la variole créée la controverse
Issu du Bulletin électronique des Etats-Unis [1] du 2 mai 2011

En mai 2011, se tiendra une réunion des délégués de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) afin de statuer sur la destruction ou la conservation du virus de la variole qui a ravagé l’humanité pendant près de trois millénaires. A la suite d’une décennie de campagne de vaccination par l’OMS, l’éradication de la variole est sans doute la plus grande réussite de santé publique moderne, le dernier cas naturel étant survenu en octobre 1977 en Somalie. C’est la seule maladie humaine à avoir été éradiquée et ceci grâce à la vaccination. Parfois décrite comme la maladie la plus dévastatrice de l’histoire de l’humanité, la variole a pour seul et unique hôte l’homme et environ un tiers des personnes infectées succombent à la maladie.

Le débat sur la destruction des deux derniers échantillons conservés par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à Atlanta aux Etats-Unis et le laboratoire gouvernemental russe VECTOR a débuté dans les années 1980, lorsque la maladie a été déclarée éradiquée par l’OMS. La difficulté lors des discussions était de savoir si les informations recueillies sur le virus seraient suffisantes pour empêcher la contamination de la maladie si le virus venait à apparaître une nouvelle fois.

La conservation du virus aurait plusieurs avantages dont la possibilité de prévenir ou traiter une épidémie, s’il était réintroduit par des bioterroristes, resurgissait naturellement ou était synthétisé en laboratoire. La destruction du virus, quant à elle, aurait pour but d’empêcher toute dissémination accidentelle.

La politique

Théoriquement, tout le monde s’accorde sur le fait que le virus doit être détruit. Le débat se situe autour de la date de destruction du virus. Ainsi, les Etats-Unis et la Russie, pays possédant les deux échantillons restants semblent être rétissants à établir une date de destruction.

Bill Hall, porte-parole du ministère américain de la Santé a déclaré que "Les Etats-Unis sont entièrement d’accord pour que ces échantillons soient détruits. Cependant, nous pensons que le moment de destruction est essentiel et nous croyons fermement que l’OMS devrait maintenir en état les échantillons jusqu’à ce que les recherches scientifiques nécessaires soient achevées." Le chef de la santé russe, Gennady G. Onishchenko, a adopté une position similaire, pensant qu’il serait prématuré et même dangereux d’éliminer les souches virales. Certains scientifiques soutiennent également que le virus de la variole doit être conservé pour étudier son mécanisme d’infection particulier selon lequel il cible spécifiquement le système immunitaire humain. D’autres maintiennent que les ADN de 49 souches ayant été catalogués, la conservation du virus n’est plus nécessaire, les recherches pouvant se baser sur les données répertoriées.

L’Assemblée mondiale de la Santé a décidé en 1999 de maintenir le virus afin d’améliorer le vaccin existant qui déclenche trop d’effets secondaires indésirables. La conservation du virus sert aussi au développement de médicaments antiviraux (dont deux sont en voie d’approbation par la Food and Drug Administration) qui visent à traiter les personnes déjà infectées lors d’une réapparition potentielle de la maladie.

Mais quels sont véritablement les risques liés au virus de la variole ?

Dissémination non volontaire du virus

Tout d’abord, la destruction du virus éliminerait la possibilité de dissémination accidentelle comme en 1978 où un rejet accidentel avait fait un mort dans un laboratoire à l’Université de Birmingham. Néanmoins, le virus est présent dans des malades inhumés en terres gelées lors d’épidémies en Sibérie ou en Alaska. Si ces corps venaient à être exhumés, avec la hausse des températures par exemple, le virus pourrait resurgir.

Le bioterrorisme

En 1990, le délai de destruction des deux derniers échantillons avait été fixé à 1993 par l’OMS. Mais en 1994, il est apparu que l’ex-Union soviétique avait réalisé des travaux pour l’utilisation de la variole en arme biologique. Depuis, la destruction des stocks a été reportée à plusieurs reprises en invoquant la possibilité que le virus puisse être détenu par d’autres pays et la nécessité de mener des recherches plus poussées sur ce virus. Les Etats-Unis sont réticents à détruire le virus en cas de stocks non déclarés dans des pays comme la Corée du Nord et l’Iran qui ont nié posséder le virus.

Avant de 11 septembre 2001, la destruction des stocks du virus était envisagée par les Etats-Unis, mais en février 2011, le Wall Street Journal déclarait que des inspections en Irak en 2003 et en 2004 avaient fourni des renseignements suggérant que le virus y était présent. D’où la nécessité de conserver des échantillons du virus et de continuer les recherches sur médicaments et vaccins pouvant contrer la maladie si une épidémie ressurgissait. Depuis 2001, les Etats-Unis ont dépensé 1,8 milliards de dollars pour la variole, principalement pour l’achat de vaccins. Ainsi, le gouvernement a stocké plus de 300 millions de doses, assez pour que chaque américain soit vacciné en cas d’épidémie car depuis 1980, les vaccinations ont été stoppées. "S’il était détruit, alors par la suite, des scientifiques détenant le virus de la variole seraient accusés de crime contre l’humanité", a déclaré le Dr Henderson, ancien directeur de la campagne d’éradication de la maladie.

Synthèse du virus de la variole

En 2002, l’équipe d’Eckard Wimmer à l’Université Stony Brook à New York a produit le premier virus synthétique (poliovirus) en s’appuyant uniquement sur des informations trouvées sur Internet. Cette évolution soulève la possibilité que, même après sa destruction, le virus de la variole pourrait être créé dans un laboratoire par des bioterroristes. E. Wimmer milite en faveur de la destruction du virus de la variole car sa synthèse est particulièrement coûteuse et complexe. Elle nécessite aussi un grand volume de travail et un haut niveau de confinement afin que le virus ne se propage pas dans l’environnement.

Néanmoins, si un groupe terroriste avait les moyens nécessaires pour développer, lyophiliser et répandre le virus de la variole, une attaque bioterroriste réussie pourrait rapidement entraîner une épidémie irréparable dans leur pays d’origine. En effet, une fois le virus présent dans le pays cible, les voyageurs le disperseraient rapidement tout autour du monde.

Les maladies en voie d’éradication

Actuellement, plusieurs maladies font l’objet de programmes d’éradication :

  • la poliomyélite est une maladie virale contagieuse touchant le cerveau où une vaccination orale est disponible. En 2009, on comptait encore 1606 cas.
  • la dracunculose ou maladie du ver de Guinée comptait en 2010, 1797 cas confirmés, principalement en Afrique. Cette maladie, qui touche uniquement l’homme, est transmise par ingestion d’eau contaminée par un malade et devait être éradiquée en 2009.
  • la filariose lymphatique se propage grâce à un parasite porté par un moustique. L’homme est le seul hôte connu et aucun vaccin n’est disponible contre cette maladie qui devrait disparaître d’ici 2020.
  • La rougeole fait partie d’un plan d’éradication déclaré en 2010. Cette maladie virale extrêmement contagieuse et touchant essentiellement les enfants devrait être éradiquée d’ici 2015 même s’il est prévu qu’elle fasse 500.000 morts en 2012.

La tuberculose est une maladie qui fait 2 millions de morts par an et qui pourrait être éradiquée. La difficulté vient du traitement qui repose sur la prise de plusieurs médicaments pendant au moins six mois et aucun vaccin n’a été mis au point pour la tuberculose pulmonaire, forme la plus courante de la maladie.

Certaines maladies infectieuses ne seront probablement jamais éradiquées, du moins par des campagnes de vaccination. La grippe, dont le virus mute chaque année et où le vaccin perd son efficacité est un cas parmi d’autres. La paludisme est, lui, transmis par un parasite transporté par un moustique, devenu résistant à l’insecticide utilisé afin de l’éliminer. Ainsi, les programmes d’éradication doivent être internationaux afin de maximaliser leur efficacité. De plus, des facteurs sont favorables à l’éradication d’une maladie : ainsi, si une maladie a pour seul hôte l’homme, que le virus a une courte durée de survie et qu’une vaccination efficace est disponible, alors la maladie sera plus facilement éradiquée.

Rédacteur : Johanna Ferrand

Lire sur le site de la Mision Agrobiosciences

Une information issue du BE Etats-Unis du 2 mai 2011

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société et Cancers et alimentation. Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « l’Alimentation en question dans "Ça ne mange pas de pain !" (anciennement "Le Plateau du J’Go"). Les actes de l’émission de la Mission Agrobiosciences sur l’actualité de Alimentation-Société diffusée sur Radio Mon Païs (90.1), les 3ème mardi (19h-20h) et mercredi (13h-14h) de chaque mois. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications de la Mission Agrobiosciences sur la Méditerranée : repères sur les enjeux agricoles et alimentaires, analyses géopolitiques. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Agriculture et société » et Politique agricole commune : des publications pour mieux comprendre les ajustements successifs et les enjeux à l’horizon 2013 . Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edités par le magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : "OGM et Progrès en Débat" Des points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Avec les points de vue de Robert Dantzer, Jocelyne Porcher, François Lachapelle... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : "Sciences-Société-Décision Publique"de la Conversation de Midi-Pyrénées. Une expérience pilote d’échanges transdisciplinaires pour éclairer et mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages « Science et Société » et contribuer à l’éclairage de la décision publique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens.
Les cahiers de l’Université des Lycéens, moment de rencontres entre des chercheurs de haut niveau, des lycéens et leurs enseignants. Des publications pédagogiques, agrémentées d’images et de références pour aller plus loin, qui retracent la conférence du chercheur et les questions des lycéens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Histoire de plantes (gui, luzerne, betterave..), de races animales, de produits (foie gras, gariguette...) pour découvrir leur origine humaine et technique et donc mieux saisir ces objets. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes nos publications sur les Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits, saisir les enjeux et les marges de manoeuvre possibles dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international. Mais aussi des repères sur les différents labels et appellations existants. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies. Depuis 2005, nos articles, synthèses de débats, revues de presse, sélections d’ouvrages et de dossiers concernant les biocarburants, les agromatériaux, la chimie verte ou encore l’épuisement des ressources fossiles... Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux. De la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder aux Carnets de Voyages de Jean-Claude Flamant. De Budapest à Alger, en passant par la Turquie ou Saratov en Russie, le regard singulier d’un chercheur buissonnier en quête de sens. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

RECEVOIR GRATUITEMENT LA LETTRE ELECTRONIQUE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top