11/03/2008
Le billet de la Mission Agrobiosciences. Mars 2008

Le changement climatique, à la fois inéluctable et incertain ?

J.-C. Flamant. Copyright P. Assalit

La certitude du changement climatique a pour fondement les travaux et les déclarations des scientifiques concernant la réalité, la mesure, la nature du phénomène. La base est donc "sérieuse" et fortement relayée. Les chercheurs qui travaillent dans ce domaine sont aujourd’hui très écoutés et disposent d’une instance mondiale, le GIEC, qui plaide pour la mise en œuvre de politiques publiques de limitation de l’émission des gaz à effet de serre. Ainsi, les résultats de la récente étude de l’Ademe sur la perception de l’effet de serre révèlent une montée de la prise de conscience du phénomène dans la société. Il faut aussi réaliser que les repères et échelles de référence en matière d’espace ont bougé. Ainsi, tout un chacun peut "voir" physiquement le globe dans son ensemble grâce aux images satellitaires et visualiser chaque jour les phénomènes météo sur son écran de télévision. De même pour les échelles de temps : évoquer maintenant 2050 ne pose pas problème, alors qu’il y a seulement dix ou vingt ans, la prospective était considérée comme le domaine d’initiés. Tous ces facteurs induisent une familiarisation nouvelle de la société, pour ces phénomènes qui se déroulent à l’échelle du monde et de manière globale.

Mais quelle perception les citoyens ont-ils de ce phénomène au quotidien ? D’abord, tout phénomène naturel s’écartant un tant soit peu de la "normale" est attribué par les médias au changement climatique, et ceci comme une évidence, sans attention à tout autre facteur "habituel". En outre, ce qui nous est promis, c’est un futur de catastrophes (voir par exemple l’article paru dans Le Monde, le 11 mars 2008) ! Alors que les idéologies du 20ème siècle et les progrès de la science promettaient "des futurs qui chantent", où il serait possible de "raser gratis", aujourd’hui, on nous annonce pêle-mêle, inondations et sécheresses, territoires côtiers submergés, déplacements de populations, ruine des infrastructures, etc. Notre cadre de vie, notre économie et nos sociétés vont être durablement touchés. Non seulement un "changement", mais un "bouleversement".

Le changement climatique s’accompagnerait donc d’un "dérèglement". Mais cela voudrait dire que les conditions climatologiques auraient été stables autrefois, et que désormais la règle serait la survenue d’événements extrêmes. Certainement pas, car c’est oublier qu’avant que s’installe cette idée, il était déjà courant d’évoquer parmi les personnes plus âgées le temps des années passées, avec des "saisons marquées", de "vrais" hivers et de "vrais" étés, évocation accompagnée de l’expression populaire : « Il n’y a plus de saison ! ». Or, l’analyse du climat en un lieu donné sur plusieurs décennies révèle que s’il y a une constante... c’est la variabilité des années dans la succession des saisons. Aucune année ne ressemble à une année "moyenne" : c’est ce que Jackie Puech, chercheur de l’Unité de recherche Agronomie du Centre INRA de Toulouse, illustrait en reportant minutieusement sur un graphique, depuis les années 60, la pluviométrie et la température journalières et les déficits ou excédents d’eau pour les cultures dans la succession des saisons.

En fait, les chercheurs de Météo France sont prudents dans la présentation qu’ils font des résultats de leurs travaux (voir l’entretien avec Olivier Moch, Météo France). Ils font tourner différents modèles dans leurs ordinateurs pour tenter de simuler le futur en l’étalonnant sur les prévisions que ceux-ci donnent à partir des conditions météorologiques des années passées. Et ils disent d’abord : « Nos différents modèles convergent sur l’idée d’une hausse de la température moyenne, avec des écarts selon les modèles ». Mais quelles conséquences pour les conditions climatiques d’un lieu donné ? Ils disent encore, avec prudence : « S’il y a changement climatique, des années de canicule du type 2003 seront plus fréquentes à partir de 2050 ». Ou encore, « La fréquence des cyclones de type Katerina sera plus élevée ». Mais, en un lieu donné et au niveau du vécu de sa population, l’appréciation objective d’une fréquence n’est pas évidente.

Une autre question mérite encore d’être posée : quelle est la fonction des discours catastrophiques et du matraquage médiatique dont fait l’objet le changement climatique ? Réponse : il faut une prise de conscience collective, - c’est la pédagogie du film d’Al Gore. Mais une prise de conscience pour quoi faire ? En fait, notre destin serait déjà tracé par un phénomène initié par nos sociétés industrielles et par l’exploitation des gisements fossiles de carbone. Il n’y aurait pas d’échappatoire même si nous réduisions aujourd’hui nos émissions de gaz à effet de serre ! Au mieux, les mesures de « lutte contre le changement climatique » ne pourraient qu’éviter une amplification du phénomène. Décourageant n’est-ce pas ! Alors, quelles autres attitudes peut-on raisonner et explorer ? Une piste sérieuse consiste à proposer et à privilégier dès à présent des pratiques assurant une adaptation à la variabilité des conditions météorologiques quelles qu’elles soient, atténuant la vulnérabilité de nos modes de productions, de nos conceptions de l’habitat et de nos logiques de déplacement. Mesures intéressantes puisqu’elles sont valables dans le contexte habituel de nos conditions climatiques et qu’elles sont susceptibles de fonctionner telle une assurance tous risques. Voir sur ce thème, la réflexion amorcée par l’Association Volubilis, à Avignon : « Vivre avec le changement climatique » ?

Le cas de l’agriculture mérite une attention particulière. En effet, les agriculteurs intègrent dans leur métier depuis longtemps cette logique d’adaptation, en réalisant au long des saisons les "ajustements tactiques" au sein des itinéraires techniques de production qu’ils ont choisi, afin de parvenir à la récolte dans les meilleures conditions possibles, alors qu’une année ne ressemble météorologiquement à aucune autre. Ils peuvent aussi se poser la question suivante : dans quelle mesure, les phénomènes liés au changement climatique pourraient-ils amener à effectuer un "changement stratégique" de leur modèle de production ? L’agriculture « écologiquement intensive », prônée par Michel Griffon, relève de ces choix de rupture. Il faut aussi observer que l’augmentation du coût de l’énergie fossile aura pour première conséquence positive, et à court terme, de privilégier des comportements plus économes, et ceci sans avoir à brandir des considérations d’ordre global ou moral.

En définitive, le changement climatique introduit une nouvelle perception du monde. Et comme toujours dans ce type de situation, celle-ci a pour conséquence des bouleversements culturels et sociaux. Le sujet du changement climatique a envahi les médias, l’opinion, les conférences internationales. En ce sens, il s’agit d’un phénomène de société avant d’être un phénomène climatologique. Finalement, le discours sur le changement climatique n’est-il pas plus bouleversant, voire dangereux, que le changement lui-même s’il se focalise sur le seul versant catastrophique en occultant les nécessaires comportements d’adaptation ?

Jean-Claude Flamant, pour la Mission Agrobiosciences
Le 11 mars 2008

A lire sur ce thème, deux ouvrages de Frédéric Denhez, journaliste et écrivain scientifique :

  • Une brève histoire du climat, Edit. L’œil neuf (2008)
  • L’Atlas du réchauffement climatique : Un risque majeur pour la planète, Edit. Autrement,(2007).

A consulter sur le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences :

Le discours sur le changement climatique n’est-il pas plus bouleversant que le changement lui-même ? Par Jean-Claude Flamant, pour la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : Alimentation et Société- Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’alimentation. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications « Alimentation en Débats du Plateau du J’GO-.Un Télescopage de points de vue de scientifiques, producteurs et cuisiniers sur l’actualité de l’Alimentation et de la Société organisé par la Mission Agrobiosciences. Rencontres enregistrées et diffusées le troisième mardi de chaque mois de 17h30 à 18h30 et le troisième mercredi de chaque mois de 13h à 14h sur Radio Mon Païs (90.1).

Accéder à toutes les publications : Agriculture et Société Des conférences-débats, tables rondes, points de vue et analyses afin de mieux cerner les problématiques sociétales liées au devenir de l’agriculture. Edité par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à tous les Entretiens et Publications : OGM et Progrès en Débat » - Des Points de vue transdisciplinaires... pour contribuer au débat démocratique. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les publications : Sur le bien-être animal et les relations entre l’homme et l’animal- Pour mieux comprendre le sens du terme bien-être animal et décrypter les nouveaux enjeux des relations entre l’homme et l’animal. Au cours de forums, de tables rondes, d’entretiens et de restitutions de colloques, la Mission Agrobiosciences cherche, au-delà du décryptage du terme bien-être animal, sujet à controverse, à déceler les enjeux et les nouvelles relations qui lient l’homme et l’animal et à en mesurer les conséquences pour le devenir de l’élevage, de l’alimentation et de la recherche médicale. Un débat complexe mêlant des notions de souffrance et de plaisir, d’éthique, de statut de l’animal, de modèles alimentaires...

Accéder à toutes les Publications : Sciences-Société-Décision Publique- Une « expérience pilote » d’échanges transdisciplinaires pour éclairer les enjeux, mieux raisonner, par l’échange, les situations de blocages en « Science et Société », instruire les débats en cours, clarifier des enjeux scientifiques et sociétaux des avancées de la recherche, participer à l’éclairage de la décision publique et proposer des réflexions et des objets de recherche à la science. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les Publications : Science et Lycéens- Des conférences de scientifiques de haut niveau et des débats avec les lycéens exprimées dans le cadre « L’Université des Lycéens » une expérience pilote pour lutter contre la désaffection des jeunes pour les carrières scientifiques. Ces publications constituent un outil pédagogique « vivant » qui favorise une lecture agréable et une approche « culturelle » de la complexité de la science. Edités par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences

Accéder à toutes les Publications : L’agriculture et les bioénergies.
Depuis 2005, la Mission Agrobiosciences a participé à plusieurs manifestations (et a organisé des débats) sur le thème des bioénergies et de ses enjeux pour le futur de l’agriculture. Le magazine Web « Agrobiosciences » permet d’accéder à leurs contenus et de disposer d’éléments d’éclairage sur les possibilités, les limites, les solutions alternatives. L’ensemble réunit les analyses d’acteurs des filières industrielles et agricoles ainsi que des chercheurs tant dans le domaine de l’économie que de la chimie. (Septembre 2006)

Accéder à toutes publications Histoires de... »- Des conférences-débats, articles et chroniques. Ces publications « Histoire de... » de la Mission Agrobiosciences concernent la science, l’agriculture, l’alimentation et leurs rapports avec la société. Des regards sur l’histoire, pour mieux saisir les objets dont on parle et l’origine technique et humaine des « produits » contemporains. Editées par le Magazine Web de la Mission Agrobiosciences.

Accéder à toutes les publications. Sur l’eau et ses enjeux Pour mieux comprendre les enjeux locaux et mondiaux et les turbulences qui agitent les acteurs de l’eau
Au cours de forums, de tables rondes et de conférences, de revues de presse et de sélections d’ouvrages, la Mission Agrobiosciences cherche à décrypter les enjeux mondiaux et locaux qui agitent le monde de l’eau : de la simple goutte perlant au robinet aux projets de grands barrages, d’irrigations en terres sèches... les turbulences scientifiques, techniques, médiatiques et politiques du précieux liquide.

Accéder à toutes les publications Produits de terroir, appellations d’origine et indications géographiques. Pour tout savoir de l’avenir de ces produits dans le cadre des négociations internationales Une nouvelle rubrique vient de naître sur le site de la Mission Agrobiosciences. Rassemblant l’ensemble des cahiers issus des débats et tables rondes consacrés au thème des produits de terroir et autres appellations d’origine ou indications géographiques, elle offre un dossier complet sur les enjeux et des marges de manoeuvre dans le cadre de la globalisation des marchés et des négociations au plan international.

ACCEDER A LA TOTALITE DE LA REVUE DE PRESSE DE LA MISSION AGROBIOSCIENCES-

Mot-clé Nature du document
A la une
LES CONTROVERSES DE MARCIAC Les actes, les lives…
  • Entre nature et technique, sommes-nous dans une guerre de positions ? Voir le site
  • Agroécologie, Biotech et ubérisation Voir le site
SESAME Sciences et société, alimentation, mondes agricole et environnement
  • [Dossier loup] Puisqu’il le faudra bien, parviendra-t-on à faire avec les loups ? (3) Voir le site
  • [Indicateurs]Vous avez dit MEANS ? Voir le site
AGROBIOSCIENCES TV Détecter, instruire, -animer les questions

A propos du débat autour du glyphosate et plus largement des pesticides, visionner les entretiens réalisés lors du colloque Recherche Ecophyto sur AgrobiosciencesTV avec Philippe Billet, Dominique Desjeux, Claire Lamine, Antoine Messéan, Pierre Ricci....

Voir le site
FIL TWITTER Des mots et des actes
FIL FACEBOOK Des mots et des actes
Top