Accueil > Archives > NouvelObs.fr, 15 août 2008 ; Le Parisien, 15 août 2008 ; Atualités-news-environneme

NouvelObs.fr, 15 août 2008 ; Le Parisien, 15 août 2008 ; Atualités-news-environnement, 18 août 2008 ; Arte.tv ; Antenne 2. 18 août 2008

mardi 19 août 2008

Le 15 août, José Bové est monté au ciel

Photos souvenirs
« [Je suis] satisfait du travail accompli », a déclaré José Bové, sur un petit nuage à la fin de l’intervention des faucheurs volontaires sur des parcelles cultivées par le désormais emblématique groupe américain Monsanto.
Nos faucheurs, une centaine de volontaires, s’en sont pris, en ce jour très catholique du 15 août, aux parcelles expérimentales de Valdivienne et de Civaux, dans le département de la Vienne.
Par le canal d’Antenne 2, les militants en ont profité pour revendiquer la responsabilité de la destruction, le 6 août à Valdivienne, de deux parcelles de maïs OGM qui n’avait jusqu’à présent pas été revendiquée. »
Contrairement à une intervention précédente, en 2004, au cours de laquelle les affrontements avaient été musclés, les faucheurs ont œuvré dans la sérénité.
Les gendarmes s’en sont tenus aux clichés souvenirs, laissant au parquet de Poitiers le soin d’instruire l’affaire.
Ayant échappé à la prison, sorti plutôt regonflé de sa grève de la faim en janvier 2008, pour finir adoubé par une bise ministérielle qui a fait couler beaucoup d’encre, José Bové campe, malgré tout, sur sa position de leader du mouvement anti-MON810.

Ni culture ni expérience
Le Grenelle de l’environnement avait pourtant mis au point un compromis et MON810 pouvait sortir de terre à titre expérimental, couvert par la permission ministérielle.
C’était sans compter avec les risques de contamination stigmatisés par les opposants ; encore moins avec les accusations de « modifications génétiques en vue de le rendre tolérant au Roundup », comme le rapportent Nouvelobs.com ou Antenne2.
Certes, le fauchage a eu lieu. Les caméras étaient à l’œuvre, mais que dire du silence des gendarmes, de la placidité des pouvoirs publics ?
José Bové a déclaré devant les caméras que lui et les faucheurs étaient « plus que jamais à l’heure de la mobilisation et de la poursuite du combat contre toutes les formes d’OGM et pour le droit des citoyens à la biodiversité".
Mais avec des coups de force sans pathos, sans affrontements, amnistiés au bout du compte, José Bové restera-t-il tout à fait le même ?

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences du 18 août 2008 :

NouvelObs.fr, 15-08-2008 ;
Atualités-news-environnement, 18-08-2008 ;
arte.tv ; Le Parisien.fr, 15 août 2008 ;
antenne 2.

Top