Accueil > Archives > Les Echos, France Info, Le Nouvel Observateur

Les Echos, France Info, Le Nouvel Observateur

jeudi 2 avril 2009

L’agrocarburant E10 sur la ligne de départ

La date du 1er avril 2009 a été choisie par le gouvernement français pour le lancement des agrocarburants en France. A l’horizon 2010, ceux-ci devraient atteindre 7 % de la consommation de carburant française. Un plan plus ambitieux que les objectifs européens fixés à 5,75 % de la consommation des États membres à cette même date. Outre le débat sur les agrocarburants, tout le monde ne paraît pas satisfait ni de l’engagement de l’État français dans cette voie, ni des objectifs fixés en la matière.

Le carburant E10 (ou SP95-E10) vient de faire son entrée dans les stations-service. Contenant 10 % d’éthanol en plus de l’essence, il a vocation à remplacer le sans-plomb 95 – 5 % d’éthanol – et devrait « permettre à la France de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de un million de tonnes par an en 2010 », indique Les Échos. Oui mais voilà, il apparait déjà plusieurs bémols à son utilisation. Sur France Info, Gaël Virlouvet, administrateur de France Nature Environnement, explique que la compatibilité de l’E10 ne vaut que pour les véhicules immatriculés après l’an 2000, soit 60 % des véhicules à essence. Les vieilles voitures, plus polluantes, devront donc s’en passer.

La disponibilité du carburant ne sera pas du tout immédiate selon Les Échos. Le journal s’interroge en effet sur la mise en place de l’E10 dans le réseau des stations-service françaises, et le résultat n’est pas glorieux : « Chez Total, on évoque 300 stations-service […] dans les deux premières semaines d’avril sur un réseau de 4000. Esso table sur une dizaine de sites sur 700, tandis que Leclerc ou Carrefour se refusent à avancer des chiffres ». Des problèmes se posent en effet concernant l’implantation du carburant E10 : « A peine une trentaine des 161 dépôts de carburants français disposent des installations pour recevoir de l’éthanol », précise Les Échos. « "Entre 40 et 50 % des stations seront équipées à la rentrée scolaire", estime de son côté Alexandre de Benoist, délégué général de l’Union des importateurs de pétrole (UIP)  ». Mais la consommation sera-t-elle au rendez-vous ?

Le prix n’est en effet que peu incitatif : « un à trois centimes de moins que le SP 95 » précise France Info. La radio d’information continue ajoute également que ce carburant brûle plus vite : « Une voiture roulant à l’E10 consommera 1,7% de plus qu’avec du SP 95 classique ». L’intérêt ne résiderait donc que dans l’impact environnemental des agrocarburants ? Encore une fois rien n’est moins sûr car « Il est pour l’instant impossible de chiffrer l’impact de la mise en place de l’E10 sur les émissions de gaz à effet de serre en France », écrit Le Nouvel Observateur, d’autant que les débats sur le sujet sont bien connus : bilan carbone, utilisation des pesticides plus massive, mise en culture de nouvelles terres... L’Allemagne vient elle de faire marche arrière sur la question, jugeant trop faible l’adaptabilité de son parc automobile au carburant E10.

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences. 2 juin 2009.

Sources :

Top