Accueil > Archives > Le Monde ; AFP ; Cyberpresse.ca ; Le Figaro ; Le Parisien ; Le Télégramme ; (...)

Le Monde ; AFP ; Cyberpresse.ca ; Le Figaro ; Le Parisien ; Le Télégramme ; 20 minutes.ch

vendredi 20 novembre 2009

"Sale temps pour le cochon !"

Sale temps pour le cochon en ce mois de novembre. Si l’on en croit la presse, il est dévalué, grippé, séquencé et même érigé au rang d’accessoire de mode. C’est dire toutes les cochoncetés qui lui tombent sur le groin.

« Tout est bon dans le cochon... sauf le prix  » peut-on lire en titre d’un article du Monde, qui se fait l’écho de la grande manifestation des agriculteurs à Rennes, le vendredi 16 octobre. Lait, fruits et légumes, bovins, viticulture : la plupart des productions enregistrent en 2009 une forte de baisse des prix entraînant une diminution du revenu des agriculteurs. « Le prix du porc atteint lui aussi un niveau très critique dépassant à peine 1€ le kilo de carcasse alors que le prix d’équilibre se situerait autour de 1,15 €/kg  » précise l’AFP. Bref, l’industrie porcine est en crise, en Bretagne, en France... et même au Québec.
Là-bas non plus le prix de vente ne couvre plus les coûts de production. En cause notamment un dollar canadien élevé, qui freine les exportations, et une baisse des ventes engendrée par la grippe H1N1 : « la première vague de grippe A qui s’appelait alors grippe porcine a fait du mal à l’industrie », explique Stéphanie Bérubé dans Cyberpresse.ca. Sans compter que, outre l’impact de la dénomination « grippe porcine », l’image du suidé en a pris un coup suite à l’annonce, mi-octobre, de la découverte de porcs infectés par le virus H1N1 aux Etats-Unis, comme le rapporte le Figaro. Précisons tout de même qu’il ne s’agissait pas de porcs destinés à la consommation mais de porcs de la foire agricole du Minnesota et que ces dernier ne présentaient aucun symptôme.
N’empêche, les faits sont là : le porc peut attraper la grippe. Dans la foulée, l’agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a annoncé début novembre, « avoir mis au point un test de diagnostic de la grippe H1N1 pour l’animal, ainsi qu’une série de recommandations au cas où un élevage venait à être touché en France » peut-on lire dans le Parisien, tout en précisant bien que la grippe H1N1 demeurait un « problème de santé publique et non de santé animale ».
La santé animale et humaine, il en est justement question dans une dépêche récente de l’AFP qui indique qu’une « équipe internationale de chercheurs est parvenue à séquencer environ 98% du génome d’un porc d’élevage » - la lignée dite Duroc. Une « percée » précise la dépêche, qui devrait « améliorer les techniques d’élevage, permettre de mieux comprendre les maladies porcines voire même les affections humaines ». On le sait, le porc est un animal physiologiquement proche de l’homme. Il serait même, selon Le Télégramme, un « cobaye idéal pour toutes les études liées au comportement alimentaire de l’homme ». Le quotidien régional se fait l’écho d’un projet de recherche de l’Inra visant à développer, par croisement de plusieurs races, des « mini-porcs » avec comme objectif « de créer un porc [...] petit et docile qui développe facilement les maladies liées à l’alimentation comme l’obésité ou des maladies cardio-vasculaires ».
Qu’on se le dise, les cochons de petite taille ont le vent en poupe ! A en croire l’édition suisse de 20 minutes, ils seraient "carrément" tendance outre-atlantique : « Après Paris Hilton, c’est au tour de Victoria Beckham d’acheter des porcelets... de compagnie ». Mauvaise blague ou syndrome de Babe, ce petit cochon héros d’un film australien de Chris Noonan, l’annonce a attiré les foudres de PETA, l’association de défense des droits des animaux, qui accuse l’ex-chanteuse de prendre les animaux pour des « accessoires jetables ».
Comme indiqué en introduction de cette revue de presse, le cochon est bien malmené ces derniers temps. Espérons néanmoins que toutes ces informations n’entraveront pas l’appétit des téléspectateurs de la première chaîne, qui paraît-il, à en croire 20 minutes, « sont des fanas de charcuteries ».

Revue de presse de l’émission de novembre de "ça ne mange pas de pain !", "Tours de cochons : les heurts et malheurs du porc" 16 novembre 2009

Sources :

Top