Accueil > Archives > Le Monde, 4 juillet 2003

Le Monde, 4 juillet 2003

vendredi 4 juillet 2003

Les vins de Champagne vont-ils dans vingt ans se retrouver en Belgique ? Lancé à l’automne, un plan d’action vise à réduire localement et rapidement les émissions de gaz à effet de serre. Depuis 1880, le mois de mai a été le plus chaud que l’on ait connu. Les 23 et 24 juin s’est tenu un colloque à Paris au Muséum national d’histoire naturelle : "Les élus face aux risques climatiques" organisé par l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (Onerc)qui avait pour but de faire dialoguer climatologues, responsables de l’administration et décideurs locaux et régionaux sur les actions à engager pour réduire les gaz à effet de serre (GES).
Débat très important dans la mesure où les pays industrialisés doivent réduire de 5% leurs émissions d’ici 2008 à 2012 selon les engagements pris à Kyoto. Or, les faits sont inquiétants car selon la société météorologique de France les émissions de combustibles fossiles dans l’atmosphère sont en train de bouleverser le climat de la planète. Cependant les scientifiques restent prudents car il est encore difficile d’établir statistiquement un lien direct entre le réchauffement global et les évènements météorologiques hors norme constatés récemment. Pourtant l’on est sûr d’une chose : le réchauffement s’accentuera si aucune mesure n’est prise. Pour Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de l’Ecologie et du Développement Durable, comme pour nombre d’élus locaux il convient de mettre en place une politique locale et nationale volontariste pour amorcer une réduction des émissions de gaz à effet de serre.Impliquer davantage les collectivités territoriales tel est un des enjeux.


Voir en ligne : Lutte contre le changement climatique sur le site du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable

Top