Accueil > Archives > Le Monde, 27 août 2008 ; Sud Ouest, 27 août 2008 ; New Press, 27 août 2008 ; (...)

Le Monde, 27 août 2008 ; Sud Ouest, 27 août 2008 ; New Press, 27 août 2008 ; AFP, 26 août 2008 ; Europe 1, 26 août 2008 ; Le Télégramme, 22 août 2008 ; Le Temps, 16 août 2008.

mercredi 27 août 2008

Un été tentaculaire

Les envahisseurs bleus
Qu’on ne s’y trompe pas. Le meilleur ami de la méduse, c’est l’homme (après la crevette). Pour preuve, les dizaines de physalies, puisque tel est leur nom de famille, qui se sont attroupés sur les rivages landais et girondins, après ceux du Morbihan, durant la saison estivale. Huit baigneurs ont été hospitalisés, victimes de brûlures dues aux piqures urticantes de ces indésirables.
L’affaire est sérieuse, puisque la préfecture a lancé un appel à la vigilance et que la gendarmerie a été envoyée en reconnaissance aérienne. La bête, bleue dès qu’elle est immergée, identifiée par l’Ifremer, se serait laissée porter sur nos côtes par les vents et les courants.

Le chaud et le froid
Les côtes françaises ne sont pas seules à bénéficier de ce triste privilège. Comme le rapporte Le Temps de Genève, les mollusques se multiplient au point qu’il en a été signalé au large de l’Antarctique et de l’Alaska, alors qu’on les rencontrait jusqu’alors en eaux chaudes. Elles sont non seulement plus nombreuses mais, en outre, elles prolongent leur durée de présence (pouvant séjourner durant 5 jours là où elles ne restaient auparavant que quarante-huit heures).
Antipathiques aux humains, les méduses ont pourtant pour principales proies les autres espèces marines. Le Temps narre la descente d’un banc de méduses dans la réserve de saumons de la très britannique couronne, et qui n’en fit qu’une bouchée. Pas un, sur cent mille, qui survécût !
Le journal dresse dans la foulée la liste des victimes de ces monstres marins : crevettes, filets des pêcheurs, poissons, etc.
L’heure est à la vigilance et même, comme en Australie, à la prévention, bien précaire cependant, puisque aucun continent n’a encore pu éloigner ces envahisseurs tentaculaires de ses mers.
L’auteur conclut pourtant sur une note optimiste, rappelant les vertus médicinales et alimentaires de l’animal et, indirectement, son rôle pour que revienne à notre conscience l’urgence de « corriger notre gestion des mers. »

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences du 27 août 2008 :

Sud 0uest, 27 août 2008
Le Monde, 27 août 2008
NewPress, 27 août 2008
AFP, 26 août 2008
Europe 1, 26 août 2008
Le Télégramme, 22 août 2008
Le Temps, 16 août 2008.

Top