Accueil > Archives > Le Monde, 26 août 2008 ; AFP, 26 août 2008 ; rtbf.be, 26 août 2008 ; Mondial (...)

Le Monde, 26 août 2008 ; AFP, 26 août 2008 ; rtbf.be, 26 août 2008 ; Mondial Info, 25 août 2008 ; Allgemeine Zeitung, 10 décembre 2005 (traduction).

mercredi 27 août 2008

L’Eolienne et la Chauve-Souris, apologue écologique<br
Les éoliennes, c’est du vent ?
Chacun voyant un environnement unique à sa porte, les porteurs de projet d’énergie éolienne ne se sont pas fait que des amis. Contre de virtuelles ou réelles implantations, il n’a pas manqué d’alliances paradoxales entre riverains, élus, promoteurs, écolos ou industriels pour, çà et là, mener l’assaut.
En matière de défense environnementale, on ne compte plus les oiseaux affolés qui ont achevé leur existence sous le coup des pales. Les détracteurs de l’éolien industriel évoquaient un véritable massacre des oiseaux migrateurs.
On ramassait aussi en nombre des cadavres de chauves-souris… mais, bizarrement, aucune trace d’impact.
Un crime sans assassin ?

Les chauves-souris y laissent des plumes
La revue Current Biology du 26 août, publie une étude des chercheurs canadiens de l’université de Calgary, rapportée notamment par l’AFP, Le Monde, rtbf.be, Mondial Info.
Cette étude fait état d’une hécatombe de chauves-souris à proximité des éoliennes, qui avait déjà été relatée en 2005 par Allgemeine Zeitung. La moitié des petits mammifères ne présentaient pas de blessures externes, ce qui excluait la responsabilité des hélices.
La capacité de nos bestioles à s’orienter aux ultrasons ne faisait que renforcer la perplexité des observateurs.
Mais l’obstination des chercheurs a fini par trouver l’explication. Les malheureux volatiles seraient victimes d’un « barotraumatisme » ; autrement dit, un choc provoqué « par la baisse brutale de la pression de l’air au voisinage des lames dont la vitesse dépasse, à leur extrémité, la barre des 200 km/h ». la conséquence est une hémorragie interne fatale.
Les écosystèmes pourraient, à plus ou moins brève échéance, être gravement déstabilisés par la disparition de ces espèces, identifiées comme principalement migratoires, prédateurs d’insectes et de parasites. Le problème de cette chute démographique est aggravé par le faible taux de reproduction de ces chiroptères (moins d’un petit par année).

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences du 26 août 2008 :

Le Monde, 26 août 2008
AFP , 26 août 2008
rtbf.be, 26 août 2008
Allgemeine Zeitung, 10 décembre 2005 (traduction).

Top