Accueil > Archives > Le Figaro, 23 juillet 2003

Le Figaro, 23 juillet 2003

jeudi 24 juillet 2003

Sahel : trente ans de déficit pluviométrique. La sécheresse du Sahel n’est pas un phénomène nouveau : elle dure depuis les années 70. Pourtant, les trois dernières années de grave sécheresse ont de quoi plonger les habitants du Sahel dans un profond désarroi. Yann L’Hôte, hydrologue à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) à Montpellier "préfère parler d’une simple confirmation de la tendance qui dure depuis trois décennies."
Les effets catastrophiques pour la région sont bien connus : désertification, variation du débit des cours d’eau et des nappes souterraines, ainsi que les famines comme en 68-73 et 80-84.
"Le lac Tchad, qui est un amplificateur des phénomènes climatiques, est passé depuis les années 70 de l’état de "Tchad normal", c’est-à-dire un grand plan d’eau de 20 000 kilomètres carrés, à l’état de "petit Tchad" séparé en trois bassins."
Changement climatique ? La sécheresse au Sahel s’expliquerait par les variations du régime continental, qui alterne chaque année avec le régime océanique après une transition en juin. La fréquence des pluies a chuté d’année en année au cours de cette période. La sécheresse du Sahel serait due à de fortes variations interannuelles du régime des pluies continental.


Voir en ligne : Fiches scientifiques de l’IRD : Sahel

Top