Accueil > Archives > jeudi 09 février 2006, L’Humanité, Le Figaro, Libération, Le Monde, Les Echos, (...)

jeudi 09 février 2006, L’Humanité, Le Figaro, Libération, Le Monde, Les Echos, La Libre Belgique, L’Express.fr, Sud Ouest, La Dépêche du Midi et Le Mensuel du Golfe du Morbihan

jeudi 9 février 2006

OGM : bataille politique, bras de fer économique et doutes scientifiques. Le projet de loi sur les OGM en France a été présenté au conseil des ministres alors que l’OMC, à la demande des USA, du Canada et de l’Argentine, assimile les moratoires nationaux européens à du protectionnisme. « Les OGM marquent des points en France et à l’OMC », tente de résumer un article de synthèse de l’Expansion publié sur le site de l’Express, qui appartient au même groupe de presse. A cette exception près, la plupart des autres titres de la presse ne font pas vraiment de lien entre ces deux informations et privilégient le projet de loi franco-français. « Les parcelles de plantes transgéniques devront être déclarées »
, retient rapidement Sud-Ouest, qui ne signale la condamnation de l’Union Européenne par l’OMC que dans un court encadré. Autre titre du grand Sud-Ouest de la France très concerné par les cultures d’OGM, la Dépêche du Midi ne relève pas la polémique engagée de part et d’autre de l’Atlantique mais revient longuement sur un projet de loi qui « sème la tempête ». Le quotidien régional toulousain publie également une courte interview de l’ancien journaliste Michel Cardoze, retraité très actif dans le Gers à la tête de l’Association pour un réferendum gersois, qui accuse les pouvoirs publics de « jouer la montre ». « Pendant de longues années, la patrie du célèbre syndicaliste agricole José Bové a repoussé ce débat, jugé trop délicat car trop passionnel », souligne le correspondant à Paris de La Libre Belgique. Dans L’Humanité, Vincent Defait souligne que le projet de loi français a fini par être examiné sous la pression de Bruxelles. Dans Le Figaro, Marc Mennessier précise que la France court le risque d’une astreinte journalière de 168 000 euros et souligne que « les principaux décrets d’application devront être publiés avant la décision de la Cour européenne si la France veut s’épargner l’humiliation d’une condamnation ». Le quotidien de Serge Dassaut relaie également « le cri d’alarme des salariés de la semence », signalant la pétition mise en ligne contre les destructions de parcelles d’OGM (et même non-OGM !) « perpétrées cet été sous l’oeil complaisant des médias », souligne Marc Mennessier. Sur le même registre, L’Express se réjouit sur son site d’avoir « enfin une loi ». Le journaliste Jean-Marc Biais espère que le vote du texte par le Parlement permettra « de sortir d’un débat irrationnel qui, depuis des années, paralyse l’innovation de la France dans ce domaine et menace son rang de grande puissance agricole ». A l’inverse, le quotidien communiste publie une interview d’Olivier Keller, chargé du dossier OGM à la Confédération paysanne, qui dénonce « un texte au service des sociétés de biotechnologie ». Le mensuel du Golfe du Morbihan signale pour sa part la visite qualifiée « d’inopinée » d’un collectif "Bretagne sans OGM" à la mairie de Vannes, où le ministre de la recherche François Goulard, qui a présenté le texte de loi mercredi devant le conseil des ministres, est également premier-adjoint.
Le Figaro revient ce jeudi sur la condamnation de l’Union Européenne par l’OMC. « Six États membres, dont la France, doivent mettre leur réglementation sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) en conformité avec leurs obligations internationales », retient en substance Marc Mennessier de ce rapport « intérimaire » de plus de 1 000 pages. Pour Libération, « l’OMC a pris le parti génétique de l’Amérique ». L’Union Européenne est-elle « le bouclier ou le cheval de Troie de la mondialisation », se demande en conclusion (et entre parenthèses) Christian Losson. Contrairement à Libération, qui souligne que rapport, « confidentiel », est sévère à l’encontre des mesures prises individuellement par plusieurs pays membres de l’UE (dont la France) pour réglementer l’importation d’OGM, les Echos préfère mettre en avant un rapport qui « semble mesuré », tout en précisant que personne n’avait encore « pris la pleine mesure de ce pavé de plus de mille pages ». L’Union « s’est dotée d’une législation très sophistiquée - voire trop - sur la culture, la dissémination, l’étiquetage et la traçabilité des OGM », estime Les Echos. Le journaliste pense que la décision de l’OMC « risque plutôt d’attiser la fronde anti-OGM dans une Europe où l’opinion publique est majoritairement hostile aux produits transgéniques ».
A l’écart de ces deux débats, national et international, Le Monde préfère pour sa part revenir sur les éventuels effets nocifs des OGM sur la santé. « Plusieurs études récentes, réalisées par des chercheurs crédibles et publiées dans des revues scientifiques, concordent pour jeter un doute sur la totale innocuité des OGM », insiste Hervé Kempf. Le journaliste du Monde dénonce dans un deuxième article le « secret industriel » et « le silence » autour des tests toxicologiques.


Voir en ligne : Le rapport confidentiel de l’OMC devrait être consultable sur un site spécialisé de l’Institut for Agriculture and Trade Policy (en anglais), qui milite pour une agriculture familiale et paysanne aux USA

Top