Accueil > Archives > jeudi 06 juillet 2006, Le Monde, L’Express, Le Quotidien du Peuple, Plein (...)

jeudi 06 juillet 2006, Le Monde, L’Express, Le Quotidien du Peuple, Plein Champ, Agrisalon et Terre-Net

jeudi 6 juillet 2006

Qui nourrira la planète en 2015 ? La production et la consommation de produits agricoles augmentent plus rapidement dans les pays en développement que dans les économies développées, relève un rapport conjoint de la FAO et de l’OCDE, publié le 4 juillet, qui s’inquiète en constatant que « l’amélioration de la productivité n’est pas suffisante pour répondre aux besoins alimentaires de populations en pleine croissance ». L’information est passés inaperçue dans les médias généralistes, à l’exception du Monde, qui alerte en titre sur cette productivité agricole « insuffisante pour nourrir les plus pauvres ». Le rapport est en revanche abondamment repris, mais sans catastrophisme, dans la presse agricole spécialisée. La production agricole mondiale va croître, lentement, annonce sans s’affoler Plein Champs. « La production de blé en 2015 va être supérieure de 13% à celle de 2005 et celle de céréales secondaires augmenter de 18% pendant cette période », retient ce site "expert des professionnels agricoles". Ce sont les pays en développement (Brésil, Inde, Chine) qui vont « peser de plus en plus lourd dans l’évolution des échanges agricoles mondiaux », explique en bref Terre-Net, qui pronostique pour ses lecteurs, agriculteurs, une forte demande des « importations de viande et de produits transformés, et par conséquent d’aliments du bétail nécessaires à la production animale ». De l’autre coté de la balance, Agrisalon annonce que « les pays en développement les plus pauvres » seront « de plus en plus dépendants des marchés mondiaux pour assurer leur sécurité alimentaire ». Le rapport FAO/OCDE préconise la libéralisation des échanges, note Laetitia Clavreul dans le Monde, qui ajoute qu’il « insiste aussi sur la nécessité d’investir dans l’agriculture des pays les moins développés ». La journaliste signale enfin qu’il convient de rester attentif « au maintien des terres agricoles, souvent sacrifiées pour l’urbanisation », et « à l’impact sur les cultures alimentaires du développement des biocarburants ».


Voir en ligne : Le communiqué commun FAO/OCDE

Top