Accueil > Archives > Europe1.fr, 17 août 2008 ; Les Echos, 17 août 2008 ; Le Monde, 15 août 2008 ; (...)

Europe1.fr, 17 août 2008 ; Les Echos, 17 août 2008 ; Le Monde, 15 août 2008 ; France 3, 15 août 2008 ; Ouest France, 15 août 2008 ; Libération, 14 août 2008.

dimanche 17 août 2008

Le prix imposé par les industriels fait bouillir les producteurs de lait

Un prix qui passe mal auprès des producteurs de lait
Alors que l’augmentation du prix d’achat du litre de lait annoncé par le groupe Entremont Alliance (30 centimes) est en deçà de ce qu’ils attendaient, les producteurs bretons ont manifesté leur colère vendredi 15 août, en bloquant les accès des sites de transformation, à Loudéac et dans les Côtes d’Armor. Ouest France annonce, dans son édition du 15 août, leur intention de poursuivre le mouvement. Libération confirme, par la voix de Jacques Beurel, de la FDSEA 22.
Dans son édition en ligne du même jour, Le Monde rapporte les mesures prises en juillet par la DGCCRF (Direction générale de la consommation, concurrence et de la répression des fraudes) en faveur de la libéralisation du prix du lait. C’est ainsi que, à partir du mois d’octobre, comme Entremont Alliance en a fourni la preuve, ce seront les industriels qui fixeront unilatéralement ce prix en fonction du marché.
Bertrand Posté, secrétaire général de la Fédération nationale des industries laitières (FNIL), indique dans les colonnes du quotidien que ces mesures sont devenues obligatoires en raison de la volatilité des marchés.

Les producteurs ne sont plus consultés
Depuis 10 ans, les fournisseurs et leurs clients, coopératives ou industriels, étaient parvenus à fonctionner commercialement sur des accords de prix interprofessionnels.
Non seulement ce ne sera plus le cas mais ce sont des milliers de petits producteurs qui vont devoir se soumettre aux volontés économiques de quelques gros industriels ou coopératives de transformation.
A Entremont, les producteurs qui s’attendaient à une augmentation de 49 centimes d’euros par litre, selon les anciens systèmes de fixation de valeur, n’en ont reçu que 30.
Les Bretons ont amorcé le mouvement mais il y a fort à parier que le mécontentement gagnera l’ensemble du territoire.
Ainsi, France 3 Rhône Alpes Auvergne laisse la parole à Nicolas Brenas, producteur laitier installé en Auvergne et membre de la Confédération paysanne. Il déplore, autant que ses collègues bretons, une décision aux conséquences désastreuses prévisibles, aggravées par une augmentation générale des prix de matériel, d’outillage ou de matière première (plastique, gasoil, etc.), estimée à 15 %.

Les ministres européens de l’Agriculture auront de la visite
Peut-être les agriculteurs espèrent-ils revenir aux négociations interprofessionnelles pour la fixation du prix du lait, mais, pour leur part, les industriels, qui ont tout à gagner à la dérégulation du secteur, ne sont pas décidés à céder aux pressions paysannes. Par sa voix et celle de Gilles Psalmon, directeur adjoint de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), cité par Le Monde, les producteurs ont fait connaître leur intention de se manifester lors de la réunion des ministres européens de l’Agriculture qui doit se tenir en septembre à Annecy.

Revue de presse de la Mission Agrobiosciences du 17 août 2008 :

Europe1.fr, 15 août 2008 ;
Libération.fr, 14 oût 2008 ;
Les Echos, 17 août 2008 ;
Le Monde, 15 août 2008 ; France 3, 15 août 2008 ; Ouest France, 15 août 2008.

Top